Amazon censure certains livres érotiques

“D’autres auteurs, Jess C. Scott, Esmeralda Green, et Frances Gaines Bennett, ont vu leurs livres qui traitaient d’inceste également disparaître des rayonnages d’Amazon. Pire encore, les livres ont été supprimés des Kindles de leurs acheteurs, à l’image de ce qui s’était déjà passé avec 1984 (lire Kindle : Amazon efface des livres à distance).

Une des lectrices a contacté le service clientèle d’Amazon pour se faire rembourser le livre désormais disparu, pour se voir reprocher par son interlocuteur la “gravité” de ses lectures, qu’elle avait osé acheter auprès d’Amazon…”

Tags:

Amazon refait le coup d’Orwell et vide totalement le Kindle d’une cliente, sans explication #fail #kindle

” “nous avons découvert que votre compte est lié directement à un autre qui a été précédemment fermé pour violation de nos politiques”, et de lui rappeler que le contrat d’utilisation d’Amazon l’autorise à supprimer un compte et des contenus “à sa seule discrétion”. Elle n’a jamais pu obtenir le nom du compte qui aurait été lié au siens, ni la ou les clauses contractuelles qui aurai(en)t été violée(s). 

“Nous vous souhaitons bonne chance pour trouver un meilleur commerçant capable de répondre à vos besoins et ne nous pourrons pas vous fournir d’autres explications ou actions sur ces sujets”, a fini par répondre un cadre d’Amazon. (via Numérama).”

Tags:

Un logo "DRM-Free" pour identifier les plateformes sans DRM

“Le site Defective By Design, qui s’oppose depuis de nombreuses années aux DRM, a ainsi créé un logo “DRM-Free” qui identifie les plateformes qui diffusent uniquement des contenus sans mesures techniques de contrôle des droits. “La prise de conscience s’est répandue parmi les individus, les entreprises et d’autres organisations que les DRM sont une restriction inutile des libertés, et qu’ils détournent les gens” qui veulent acheter des contenus, assure le site. Le logo aura donc pour fonction à la fois de rassurer les internautes qui ne veulent pas acheter de contenus sans avoir l’assurance de pouvoir en faire ce qu’ils veulent (le lire avec l’appareil de leur choix, le conserver pendant des années sans craindre qu’un jour les serveurs de contrôle des droits ne soient fermés, en extraire une partie pour le remixer, le distribuer à des amis, etc.). Il aura aussi valeur éducative, grâce à un lien menant à une page d’explications.

“Les DRM créent un bien endommagé. Ils vous empêchent de faire ce qui serait normalement possible s’ils n’étaient pas là, et ils créent une situation dangereuse pour les libertés, la vie privée et la censure”, résume le site. “

Tags:

Les DRM empêchent le cours normal du dépôt légal électronique (BNF)

En effet, les titulaires de droits de propriété intellectuelle sur ces documents y ont intégré des systèmes anti-copie pour empêcher toute reproduction illicite de ceux-ci. Ces systèmes, appelés « Mesures Techniques de Protection » (MTP) ou « Digital Rights Management » (DRM), font obstacle à l’accomplissement par la BnF des missions dont elle a la charge dans le cadre du dépôt légal.  

Tags:

Je n’ai pas le droit de lire le livre que j’ai acheté #DRM #DRMmonAmour

J’ai donc acheté un livre que je n’ai ni le droit ni la possibilité de lire : le seul moyen de pouvoir le lire, ce serait de le “pirater”, et donc de violer la loi qui interdit de contourner les DRM. Un comble : ce livre m’appartient, je l’ai acheté; mais je n’ai pas le droit de le lire, sauf à devenir un “hors la loi”..

Tags:

Splendeurs et misères des DRMs dans la distribution de musique en ligne : une analyse économique

Les Digital Rights Management systems (DRMs) sont des outils privés de protection contre les copies non autorisées et de versionnage des biens culturels numériques. Leur protection légale a constitué l’adaptation principale du copyright et du droit d’auteur dans l’environnement numérique. Dans cette thèse, nous décrivons tout d’abord de façon détaillée l’histoire économique, technologique et juridique des DRMs et de la distribution de musique en ligne aux Etats-Unis et en France, jusqu’au mois de janvier 2009. Cet historique nous permet de mettre en lumière l’évolution surprenante des DRMs dans la distribution de musique en ligne, portés aux nues avant d’être décriés, à la fois comme outils de protection contre la copie, comme outils de versionnage et comme outils juridiques. Nous examinons, selon trois démarches analytiques distinctes, la logique économique de l’utilisation par les maisons de disques des DRMs comme outils de protection contre la copie, puis comme outils de versionnage et, enfin, la logique économique du choix juridique de la protection légale des DRMs comme adaptation principale du copyright et du droit d’auteur dans l’environnement numérique.

Tags:

Quand l’AppStore se vide, l’internet se fragmente | La Feuille

“La nouvelle politique d’Apple est drastique. Elle empêche de mentionner le nom du site web. Elle interdit de mentionner la véritable raison du retrait du magasin dans l’application. Elle rejette les applications incitant les utilisateurs à aller directement sur le site web. Les boutiques de l’AppStore sont en train de devenir des coquilles vides. “

Tags:

DRM: ne dégoûtons pas les acheteurs de livres numériques – Aldus – depuis 2006

“Rien n’est couru pour l’instant mais l’année qui s’annonce va être décisive… DRM et prix élevés sont sur la sellette, nous le savons tous. A l’heure où l’on va beaucoup communiquer sur le livre numérique, les enjeux sont très importants. Ne pas le comprendre serait une erreur historique et je pèse mes mots. Si nous ne voulons pas dégouter les vrais acheteurs, message clair: suppression pure et simple des DRM, pour la musique -après un long calvaire de la profession- c’était début 2009 à MacWorld, rappelez-vous”

Tags:

Adobe announces adoption of ebook DRM by Google

“Adobe Systems Incorporated (Nasdaq:ADBE) today announced that Google has licensed Adobe® Content Server 4 software as its ebook content protection solution for Google eBooks. With the addition of Google, more than 200 publishers and distributors worldwide have now deployed Adobe Content Server, making it the most pervasive Digital Rights Management (DRM) solution for ebooks and other digital publications.”

Tags:

L’échec des DRM illustré par les « Livres numériques » de Fnac.com – Framablog

“Résultat des courses, je suis fiché chez deux grandes entreprises (avec les dérives d’exploitation de mes données personnelles que cela permet), je ne peux pas lire le livre sous Linux. J’ai perdu mon après-midi et je ne peux pas partager le fichier gratuit, d’une œuvre libre de droits, avec mes amis pour leur épargner l’improbable et complexe procédure de téléchargement que j’ai subie. C’est sûr, avec Fnac.com on comprend vraiment la différence entre gratuit, et libre.

Toutefois, si vous êtes séduit, vous pourrez bientôt acheter le Petit Prince dans cet alléchant format, pour la modique somme de 18€…
Épilogue

Finalement, je crois que je vais rester un vieux con et garder mes livres papier. Au moins, dans ce format je peux les lire où je veux (dans un fauteuil, dans mon lit, sur les toilettes, au bord d’une piscine, etc.), quand je veux, que je sois en-ligne ou pas, et les prêter à mes amis.”

Tags: