Don’t Shout Too Loud, Amazon Might Hear | Publishing Perspectives

“Dallas-based startup BookShout, which is backed by book distribution company Ingram Content Group’s CEO John R. Ingram, is doing something that may make Amazon and Barnes & Noble mad: it is importing books that customers have purchased on Nook and Kindle into its own Android, iOS and web apps.”

Tags:

L’impact de l’eBook : un sondage

Aptara, société de services pour l’édition, a réalisé une étude qui vient d’être publiée courant septembre sur la base d’un échantillon de 1350 éditeurs. Plusieurs questions ont été posées dont les réponses mettent en exergue les tendances et les pratiques de nos confrères. Quatre segments ont été passés au crible :

– Le B2B : segment « corporate »,

– Le grand public : segment « trade »,

– Le professionnel : segment STM (scientifique, technique et médical),

– L’éducation : les enfants jusqu’à 12 ans (« K-12″) et l’édition pour les adolescents (« college »).

Il est important de noter que la plus grande partie des réponses proviennent d’éditeurs anglophones (70 % Etats-Unis, 8 % Royaume uni, 3 % Canada et 3 % Australie). Un tiers d’entre eux  vendent toutefois en dehors des Etats-Unis et du Canada, principalement en Allemagne, Espagne et Italie.

NB : cliquer sur les graphiques pour une meilleure lisibilité

La répartition par secteurs

L’édition grand public représente la plus grande part (30%), suivie par le segment éducation pour adolescents (25 %).

La motivation des éditeurs 

Avant tout, les éditeurs cherchent à augmenter leur chiffre d’affaires (42 %) et la demande des consommateurs (36 %), loin devant l’augmentation de la marge (3%).

Le pourcentage des titres distribués sous forme d’eBooks

Ce pourcentage augmente tous segments confondus. En moyenne, 37 % des éditeurs publient plus de 76 % de leurs titres sous cette forme.

Le pourcentage du CA généré par l’eBook

Pour 43 % des éditeurs, l’eBook génère aujourd’hui 1 à 3 % du chiffre d’affaires ; il s’élève à plus de 10 % pour 18 % des éditeurs interrogés. Toutefois, il est à noter que les éditeurs qui publient pour le segment éducatif pour adolescents sont mieux représentés (22 %), ce chiffre tombe à 7 % pour les publications destinées aux moins de 12 ans, sans doute en raison du déficit en équipements de cette cible.

Les terminaux et les plateformes

Les éditeurs ciblent principalement les ordinateurs PC/Mac (19 %), le Kindle (18 %), les supports epub (15 %) et l’ibookstore (15 %). Les PC/Mac sont l’équipement privilégié pour les segments publiant pour les moins de 12 ans (28 %), l’édition professionnelle (25 %) et les adolescents (23 %).

La distribution des eBooks

Rien d’étonnant, c’est Amazon qui domine le marché (18 %). Toutefois, la distribution sur le propre site de l’éditeur représente 16 % en moyenne (29 % pour les moins de 12 ans et 22 % pour l’édition professionnelle). Les éditeurs semblent donc avoir compris que la multiplication des canaux de distribution est un bon moyen de rendre plus visible les livres et par conséquent d’accroître le chiffre d’affaires.

Le chiffre d’affaires des eBooks est généré à 38 % par Amazon et 25 % par le site de l’éditeur.

La rétroconversion du fonds éditorial

44 % des éditeurs ont rétroconverti moins de 25 % de leur fonds éditorial et seulement 14 % ont procédé à cette conversion pour plus de 75 % du fonds. Ce chiffre est assez étonnant, car le eBook est une bonne manière de générer de nouveaux revenus, en particulier pour les titres épuisés. La théorie de la « long tail » semble donc n’avoir pas  été majoritairement appliqué.

eBook ou pBook

Les éditeurs publient majoritairement à la fois sur supports papier et numérique (85 %), ce chiffre est porté à 92 % pour le segment publiant pour les moins de 12 ans. Seulement  10 % des éditeurs publient l’ebook en remplacement du papier.

Workflow

Nous ne sommes pas encore entrés dans l’ère de l’édition multisupport. La source de l’ebook reste le PDF (38 %). C’est donc la chaîne de production traditionnelle qui est conservée. Pourtant investir dans un système éditorial est un bon moyen de réduire les coûts de production,  et de rendre les produits plus rapidement disponibles sur le marché.

Livres enrichis

21 % des éditeurs produisent des livres enrichis (35 % pour le segment des moins de 12 ans) et 42 % sont dans l’expectative.

Développement des applications

La tendance est la même pour les applications. 18 % des éditeurs en développent (23 % pour le grand public) et 41 % sont encore en cours d’investigation. Il y a donc là une réelle opportunité pour les pure players.

Challenge

Pour les éditeurs, le format des contenus et la compatibilité des terminaux s sont un réel enjeu. En effet, l’absence de compatibilité impose bien souvent de choisir de développer pour un équipement (Ipad v. tablettes androïd) au détriment d’un autre.

Pour aller plus loin, lire « Stratégie numérique des éditeurs de livres« .

Mon lecteur ebook ? Je m’en sers dans la baignoire…

” Eh bien c’est dans la salle de bain que les utilisateurs passent 3 à 4 % de leur temps, avec leur appareil. En comparaison, 21 % du temps d’utilisation se passe avec sa tablette au lit, et 11 % de l’utilisation du smartphone également sur son matelas. Pour 71 % des personnes, l’utilisation d’un lecteur ebook en position allongée est idéale. “

Tags:

OCLC and Ingram to offer new option for access to e-books [OCLC]

“DUBLIN, Ohio, USA, 11 April 2011—OCLC and Ingram Content Group Inc. will soon offer a new service option that will provide library users short-term access to e-books not in their collection through WorldCat Resource Sharing and ILLiad.

The new service option, to launch in the coming months, expands access to library content available through WorldCat Resource Sharing to include access to e-books from Ingram’s MyiLibrary e-book collection for a period of up to nine days. E-book loans are fee-based, set at 15 percent of the MyiLibrary price for access to the e-book. The fee is managed through the WorldCat Resource Sharing interlibrary loan Fee Management feature, a service that supports payment of resource-sharing services through the library’s OCLC invoice.”

Tags:

OpenCorpus: Compiler efficacement des pages web sous forme de documents ePub

Shared by Bibliobsession, Silvae

Excellent! Il faut tester mais voilà qui met encore un peu plus le epub à la portée de tous!

Description de l'utilisation de DotEpub


http://www.delicious.com Bookmark this on Delicious
– Saved by OF
to







More about this bookmark

Polifile, produire des ePub de qualité : bienvenue

“Appuyé sur les technologies du web, Polifile est d’un accès ergonomique et permet de créer des livres numériques valides, pouvant être vendus ou diffusés sur les principales plate-formes mondiales, ou sur les sites des éditeurs. Polifile dispose d’outils de typographie, d’organisation et de relecture. Il permet l’intégration d’images.”

Tags:

USA : les ventes de livres électroniques explosent

L’association des éditeurs américains vient de rendre public les derniers chiffres concernant les ventes de livres électroniques aux Etats Unis. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le marché de la lecture numérique outre-Atlantique se porte bien. Les ventes ont en effet progressé de 115,8% entre janvier 2010 et janvier 2011 avec un chiffre d’affaire mensuel passant de 32,4  à 69,9 millions de dollars.

Alors que les ventes globales de livres aux Etats Unis pour le mois de janvier s’élevaient à 805,7 millions de dollars, le segment du livre numérique est en passe de franchir la barre des 10% de parts de marché. Une progression vertigineuse qui tend à montrer que les efforts réalisés par Amazon, Google, Apple, Barnes & Noble et les éditeurs américains sont en train de porter le fruit. La démocratisation du livre électronique aux Etats Unis ne fait que commencer, mais elle a le mérite de déjà exister…

La France encore réfractaire à l’achat de livres électroniques

“Les ebooks peinent à décoller en France. Les livres électroniques gratuits représentent 75 % de la totalité des téléchargements en ligne. Parmi les causes de cette situation, un prix à l’achat trop élevé et l’absence de décollage des tablettes électroniques… mais aussi une hostilité française face à l’achat de contenus dématérialisés.”

Tags:

Modèles économiques d’un marché naissant : le livre numérique

Le Département des Etudes de la Prospective et des Statistiques (DEPS) du Ministère de la Culture et de la Communication vient de faire paraître une synthèse très intéressante concernant les différents modèles économiques s’appliquant actuellement au marché du livre numérique en France et dans le monde.

  • Résumé

«Alors que le marché du livre numérique est encore balbutiant en France et représente moins de 1 % du chiffre d’af- faires des éditeurs, les stratégies commerciales mises en œuvre par les acteurs traditionnels de la chaîne du livre et par de nouveaux entrants permettent d’esquisser différentes configurations des marchés du livre numérique. La dématé- rialisation induit des mutations qui auront des conséquences sur l’ensemble de la filière : disparition et apparition d’ac- teurs, perte, création et déplacement de valeur, restructuration industrielle.

Les enjeux de marché, soumis à certaines contraintes techniques comme celle de l’interopérabilité entre normes de fichiers et matériels de lecture, dépendent aussi du maintien ou de l’évolution de la législation régissant le commerce du livre en France : droits de propriété intellectuelle, fiscalité, mode de fixation du prix. Cette photographie cherche à synthétiser les futurs possibles de l’économie du livre numérique.»