Guide pratique de choix typographique, ebook, Atelier Perrousseaux, RAULT David

“Chaque caractère d’imprimerie, au-delà de sa forme, possède son propre
passé, véhicule un bagage culturel, historique et social, crée par sa
seule présence sur une page, au-delà du sens des mots écrits, une
véritable ambiance. De ce fait, il influe directement sur
l’interprétation du texte et implique de la part du maquettiste ou du
graphiste une bonne connaissance des caractères d’imprimerie et de ce
que leur choix implique.

Ce livre a pour but de vous donner toutes les clés qui vous
permettront d’effectuer le bon choix typographique en fonction d’un
travail donné, de prendre la juste décision et d’effectuer une mise en
page pertinente et esthétique. C’est au total une soixantaine de
typographies qui sont présentées au fil de ces pages, un choix partial
compte tenu des dizaines de milliers de polices disponibles sur
Internet ou ailleurs, mais qui devrait suffire dans la plupart des
situations. Chaque police de caractère est disséquée, son créateur est
présenté, le contexte social est évoqué, et toutes les connotations
impliquées par son utilisation sont mises en avant. Il y a également
un tableau synthétique en fin de livre, à base de mots clés, qui
permettra de trouver simplement et rapidement une ou plusieurs
typographies possibles. Enfin, des personnalités du monde de la
typographie ou de l’édition, comme Erik Spiekermann, Xavier Dupré ou
Ale Paul, ont participé à cet ouvrage en répondant à une question
difficile : quel est leur caractère préféré ?

Tags:

Amazon en avance, le reste du marché à la traîne

Les différents acteurs de l’édition numérique aux Etats-Unis se sont lancés depuis plus d’un an dans une course au catalogue le plus riche. A grand renfort de livres gratuits et de partenariats avec Google, Barnes&Noble, Sony et Apple noie le maigre contenu sous droits dans une masse de grands classiques. Mais que se passe-t-il lorsque l’on veut lire une sortie récente? Le mieux reste d’aller faire un tour chez Amazon dont le catalogue est toujours le plus important. Et de loin !

Le site Labnol.org s’est penché sur la question est nous livre ce graphique étonnant.

Amazon dispose bien du catalogue le plus important, laisse derrière elle le reste de la concurrence. La “machine à lire” d’Amazon est d’une mécanique redoutable. Le Kindle reste le reader le plus diffusé aux Etats-Unis (et au monde) et avec une communauté de lecteurs très active. Les achats d’ebook sont très réguliers et les éditeurs y retrouvent plus facilement leur compte que sur les plateformes mineures de Sony ou encore d’Apple. Proposer son catalogue sur le store de Sony ou d’Apple ne fournit pas la même mise en avant que sur le Kindle Store, ni les mêmes débouchés. Une fois ce constat fait, le choix n’est pas difficile à faire.

Partager cet article :

Twitter
Facebook
Digg
del.icio.us
Wikio
Netvibes
email
Print
PDF

OPDS Catalogs version 1.0 release

The open ebook community and the Internet Archive are pleased to announce the release of the first production version of the Open Publication Distribution System (OPDS) Catalog format for digital content. OPDS Catalogs are an open standard designed to enable the discovery of digital content from any location, on any device, and for any application.

The specification is available at: http://opds-spec.org/specs/opds-catalog-1-0.

Nixonland : le premier livre enrichi pour l’iBookstore


Il n’aura pas fallu plus d’une semaine pour que le premier livre enrichi débarque sur l’iBookstore. La maison d’édition Simon&Schuster a été la plus rapide en sortant une version enrichie de l’ouvrage de Rick Perlstein, Nixonland. Ce titre est téléchargeable sur la librairie US pour 15,99$, le reste du monde ayant été oublié par l’éditeur. Les frontières de la lecture existent encore…

Pourtant, pour TUAW, cet ebook est une belle réalisation que nous aurions bien aimé lire. En plus du texte (publié originalement en 2008), l’ebook inclut 27 vidéos sur l’ancien président américain, interview et événements clefs de son arrivée au pouvoir. Le choix d’ajouter des contenus vidéos complète parfaitement cet ouvrage historique et offre ainsi une expérience de lecture de qualité.

Il est aussi important de noter que Nixonland n’est pas une expérimentation uniquement dédiée à l’iPad. En effet, le titre est également commercialisé en version enrichie sur le Kindle Store. Vendu au prix de 15,99$, Amazon distribue aussi une autre version numérique du bouquin, non-enrichie, pour 13,99$. Simon&Schuster fait donc une différenciation entre la version “homothétique” et la version enrichie d’un titre, les deux étant des produits distincts et avec leur lectorat propre. L’arrivée de nouveau distributeurs d’ebooks enrichis comme Barnes&Noble pourrait également augmenter les débouchés de ces nouvelles éditions.

Quel sera le premier éditeur français à proposer un titre enrichi? Réponse dans les prochaines semaines…




Partager cet article :

Twitter
Facebook
Digg
del.icio.us
Wikio
Netvibes
email
Print
PDF

5e journées Couperin sur le livre électronique (17 et 18 mai, Lille)

La cellule e-books (la CeB) du consortium organise à l'université Lille 2, les 17 et 18 mai prochains, les 5e journées sur le livre électronique.

Le thème : quelles pratiques pour quels usages ?
L'objectif est de définir quelles sont actuellement les pratiques autour de ces ressources relativement nouvelles, dans les établissements d'enseignement supérieur et de recherche, et quels moyens sont mis en œuvre ou pourraient être mis en place pour faciliter et améliorer ces usages.

launching epub-labs! – Reading 2.0

I am pleased to announce the launch of epub-labs!

EPUB-labs is intended to be an informal, open development
space, with associated mailing list, for ebook and media
developers to begin exploring the best ways of achieving
support for enhanced transmedia and internationalization
experiences for ebooks. epub-labs is intended to foster
discussion of best practices for html5, css v2/v3, and
other technologies for enhanced ebooks, in both web-based
and more traditional package delivery formats.

France : Le livre numérique ne fait pas recette… pour l’instant

lapremierenuit-marclevy
Que se passe-t-il lorsqu’un auteur vedette sort un livre aux Etats-Unis? Certains éditeurs se posent la question suivante : est-ce que la version numérique ne va pas venir cannibaliser les ventes de la version papier? Réflexion propre à la période de transition dans laquelle nous nous trouvons, un tel débat n’a pas encore lieu en France.

Si l’existence d’un marché du livre électronique aux Etats-Unis est une chose indéniable, la situation est bien différente en France. La sortie simultanée en papier et en numérique du dernier roman de Marc Levy, La première nuit, tiré à 400 000 exemplaires, n’a pas rencontré le succès en numérique. En effet, le Nouvel Observateur a annoncé dans ses colonnes que la version numérique de l’écrivain français s’est vendue à… 140 exemplaires ! Par rapport à l’opération médiatique engagée pour la promotion du livre, le résultat est décevant.

Comment peut-on expliquer ce chiffre? Plusieurs éléments peuvent l’expliquer et confirme le fait que le marché français du livre électronique est encore à bâtir. Tout d’abord, la faiblesse du parc existant de readers. En effet, le nombre de readers epapers en circulation en France est assez limité. Aucun chiffres officiels existent mais on peut estimer le parc actuel entre 20 000 et 30 000 appareils, toutes marques confondues. Alors que le marché américain atteint presque les deux millions d’unités après un dernier trimestre de ventes historiques, le marché français n’est pas arrivé à maturité. On peut aussi déplorer l’existence d’un “reader star” comme le Kindle qui a réussi, aux Etats-Unis, à attirer l’attention des médias sur la lecture numérique, comme l’avait fait l’iPod à son époque.

Deux autres éléments sont aussi reconnus comme limitant le développement du marché français : le prix des ebooks et les DRM. Quoiqu’on en dise, les prix sont encore trop élevés. Il est difficile de faire comprendre au consommateur d’acheter un livre numérique à un prix plus proche de livre papier que des prix numériques qui ont été atteints sur d’autres produits culturels comme la musique et la vidéo. La pérennité d’un ebook n’est pas aussi sûre que celle d’un livre papier. L’existence de DRM est un obstacle complémentaire. Comme s’assurer qu’un fichier ePub protégés par des DRM Adobe sera lisible dans quelques années? On passera également sur le fait que l’utilisateur néophyte devra lire quelques pages d’instructions d’utilisations pour comprendre comme installer un ebook sur son reader. Et cela sans même envisager les conditions d’utilisations du fichier qui surprendrait plus d’une association de consommateurs.

Paradoxalement, les plateformes intégrées, comme celles d’Amazon ou de Barnes&Noble, semblent plus simples d’utilisation pour le consommateur. Chaque ebook est lisible sur les appareils compatibles avec la plateforme, l’achat étant mémorisé par les serveurs de l’entreprise, qui vous donnera accès à votre ebook même si vous l’avez effacé par mégarde de votre appareil. Les DRM individuels s’évanouissent dans la plateforme globale. Bien entendu, ces plateformes ont aussi leurs inconvénients. La bibliothèque de chaque lecteur semble à la merci du fournisseur, tant sur le plan de la suppression à distance des données que sur celui de la mémorisation des pratiques de lectures avec une visée commerciale.

L’émergence d’un marché autour de la lecture numérique est dans l’ère du temps et inévitable. En revanche, la question du chemin à suivre pour arriver à construire un modèle durable, tant sur le point de vue culturel que sur le point de vue économique, demeure encore sans réponse.

Partager cet article :

Digg
Twitter
Facebook
RSS
del.icio.us
Wikio FR
Wikio
Google Bookmarks
Mixx
Scoopeo
Print

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search