Oeuvres indisponibles

La France peut saluer une grande avancée. Peut-être pas, comme le revendique le Syndicat national de l’édition, « une première en Europe », mais en tout cas, c’est une belle chose qui s’est mise en place. Désormais, ou plutôt, bientôt, des centaines de milliers d’oeuvres dites indisponibles, pourront revivre. C’est magnifique.

Hier, l’Assemblée nationale a donc adopté le projet de loi qui va permettre la numérisation de 500.000 livres. C’est donc avec gourmandise que le SNE se félicite, et avec lui la BnF, qui va activement prendre part à cette entreprise. Et le ministère de la Culture, et la Société des Gens de Lettres. 

Tags:

Triple A, Grand Emprunt et numérisation : les conséquences oubliées

Le Triple A, la presse ne parle plus que de cela. Et avec un gouvernement qui désormais minimise, ou tente de faire avaler que finalement, cela n’est plus si grave, difficile de comprendre pourquoi les enjeux initiaux de cette dégradation furent tout d’abord si importants. 

Qu’est-ce donc que cette notation financière ? Pour faire simple, des agences de notation, à la légitimité discutable et discutée, décident, selon certains critères de la solvabilité d’une société, d’un État ou d’une opération. Toutes personne ou société privée qui seraient désireuses d’investir dans l’une de ces trois possibilités vont donc consulter la notation pour savoir quelle est la mesure du risque qu’il prend. 

Tags:

Oeuvres indisponibles : l’exploitation gratuite n’est pas une menace

La future législation concernant les oeuvres indisponibles du XXe siècle, leur numérisation et surtout, leur exploitation commerciale, continue son petit bonhomme de chemin d’un côté à l’Assemblée nationale, de l’autre, au Sénat. Cependant, les sénateurs ont introduit une nuance que l’IABD souhaite défendre avec force. 
 
Dans l’idée, le Sénat souhaite rendre possible une mesure permettant l’exploitation gratuite de l’oeuvre sur le net, sans exclusivité, mais uniquement pour celles « dont aucun titulaire de droits sous une forme imprimée, en dehors de l’éditeur, n’aurait été retrouvé au terme d’un délai de 10 ans ». Un amendement que l’Assemblée nationale n’entend pas de cette oreille, et a tenté de faire supprimer. 

Tags:

Rakuten finalise le rachat de Kobo | eBouquin

Ça y est, la société Kobo est définitivement passée sous le contrôle de la société japonaise Rakuten pour un montant de 315 millions de dollars. Les autorités canadiennes ont validé le rachat presque un mois après l’annonce de la vente par les deux entreprises. Cet argent frais va permettre à la société canadienne d’investir massivement pour rester dans la course face aux géants Amazon, Barnes&Noble ou Apple mais aussi d’être en mesure de soutenir son expansion. Sans moyen, une croissance d’une telle ampleur n’est pas soutenable.

En effet, Kobo a annoncé avoir gagné plus d’un million de clients rien qu’au mois de décembre (contre 5 millions depuis sa création). L’arrivée de nouveaux clients pendant les fêtes a été dix fois plus importante qu’en temps normal. Même si ces nouveaux clients vont consommer sur la librairie Kobo et rapporter à terme de l’argent à la société, elle doit prendre soin de faire évoluer son infrastructure, d’améliorer ses outils et ajouter constamment de nouvelles fonctionnalités. L’entretien d’une gamme d’ereaders, tel que le Kobo Touch qui a rencontré un vif succès pendant les fêtes, est un investissement lourd qui nécessite de solides finances.

Tous ces éléments font que le rachat par Rakuten intervient à un moment idéal pour Kobo (cf. notre précédente analyse). Il va être intéressant de voir dans les prochains mois comment le changement de propriétaire et cet ajout de moyens vont être perceptibles dans le quotidien des lecteurs. En tout cas, les clients européens risquent d’entendre parler un peu plus de l’écosystème Kobo qui compte bien augmenter la cadence pour séduire les lecteurs et endiguer l’avancée d’Amazon.

Tags:

Mode d’emploi de la commercialisation sur iBookstore

iBookstore est aujourd’hui le principal concurrent d’Amazon pour l’autoédition. Mais il ne se donne pas vraiment les moyens de ses ambitions.  Alors qu’Amazon ne réclame que la création d’un compte et un fichier Word, iBooks demande aux auteurs de s’occuper des contrats, des formats de fichiers, des identifiants ISBN et tout ça dans iTunes Connect, l’interface floue de gestion d’Apple.

ITunes Connect est surtout connu pour être le site Web qui permet aux développeurs de soumettre leurs applications sur l’App Store et d’en suivre l’évolution des ventes et des téléchargements, mais si vous prenez le chemin menant à la publication sur iBookstore, il vous faut passer par là.

Et c’est ici que l’affaire se complique. Le site n’est pas des plus simples à utiliser, et pour cause, il est lent, très lent. Chaque chargement nécessite plusieurs minutes, et remplir la totalité de la paperasse contractuelle demandée par Apple requiert une journée entière en soi.

Un processus long et complexe

Parmi les données qu’il faut fournir à Apple, un ISBN. C’est un numéro international qui identifie les livres de manière unique, il est indispensable dans le processus de publication. En France, il est considéré comme mention légale et obligatoire devant figurer sur le livre. Vous pourrez l’obtenir en allant sur le site de l’AFNIL.

Bien sûr, tout cela n’a d’intérêt que si le texte est écrit et transféré sur la plateforme. Et là encore, l’auteur est sollicité. Alors qu’un fichier Word suffit chez Amazon, la validation d’un document sur iTunes se révèle bien plus compliquée. Amazon met en page votre fichier Word original tandis qu’iBooks laisse l’auteur lui-même procéder à toutes les mises en pages, conversions, etc.

Et la mise en page n’est pas le point fort d’Apple. Des applications permettent de créer des documents agréables et lisibles, mais iWork, la suite de logiciels de productivité et de bureautique d’Apple, n’est pas mis à jour depuis près de trois ans…

Témoin (et Moyen) âges

Des internautes ont mis en ligne leur parcours pour accéder à la publication via iBookstore. Si leur objectif est le même, les moyens employés et le souvenir qu’ils en ont diffèrent complètement.

Erica Sadun, du site spécialisé australien Tuaw, n’en a retiré que du négatif. Entre la signature du contrat, les demandes d’informations sur les différentes taxes et la communication des données bancaires, l’opération a pris plusieurs semaines. Petit rappel, l’édition sur Amazon prend quelques jours maximum. Son constat est simple : « iBooks doit simplifier l’édition pour les auteurs indépendants ». Amazon 1, Apple 0.

D’un autre côté, Thierry Crouzet, qui a travaillé notamment pour Soft & Mircro ou PC Expert, martèle que « La procédure est à la portée de tous les auteurs » et nous décrit pas à pas sa démarche pour publier chez iBooks.

Le problème majeur rencontré par Thierry Crouzet est qu’iBooks demande un US Tax ID, identifiant typiquement américain. Familier aux développeurs d’application sur l’App Store, il faut en demander un au gouvernement américain par courrier. Pas simple et encore moins rapide, mais selon lui « il semblerait que l’on puisse entrer un code bidon ». Facile.

Des solutions existent !

Et comme dans toute épopée antique digne de ce nom, des solutions extérieures permettent à notre héros/auteur de surmonter chaque difficulté.

Des maisons d’édition proposent leurs services pour les aider dans le chemin vers la publication. Ainsi, Lulu ou Smashwords aux États-Unis, Bookwire et Immaterial en Europe aident ces auteurs en leur fournissant numéros ISBN et soutien dans le dédale d’iTunes Connect.

Mais ce ne sont pas des mécènes pour autant. Ils laissent 50 ou 60 % de bénéfices à l’auteur, contre 70 % selon le modèle classique des livres autopubliés. Pour Erica Sadun, la déçue d’iBookstore, « Ils utilisent les difficultés d’iTunes Connect pour gagner de l’argent, alors que leur objectif initial devrait être de faciliter l’accès à l’édition ».

Autre entreprise à s’être engouffrée dans l’espace que laisse la difficulté de publier sur iBookstore, Bowker. Aux États-Unis, c’est le fournisseur exclusif des ISBN. Un numéro seul coute 125$. Bowker offre également des services gratuits, comme la création de codes-barres, nécessaires à la commercialisation.

On s’en doutait, c’est désormais confirmé. La publication via iBookstore n’est pas une sinécure, et ne permet pas comme Amazon une édition clé en main. Il apparait que le service qu’offre Apple ressemble plus à un outil de commercialisation que celui menant à une édition pure.

Mais ne serait-ce pas en train d’évoluer ?

Tags:

Wikipédia : ainsi fonds fonds fonds- Ecrans

Quoi qu’en disent les observateurs/experts/spécialistes, le champion 2012 de l’économie high-tech ne sera pas Facebook. Malgré toute l’agitation que provoque son imminente entrée en bourse, on ne parvient plus à s’étonner des milliards de dollars brassés par ce monstre de réseau social qui rentabilise ses 800 millions de membres. Non : de nos jours, la véritable performance est à chercher du côté de la fondation Wikimédia. Depuis sa création en 2003, l’organisation ne peut compter sur aucune régie pub pour développer et promouvoir Wikipédia et ses projets frères. Chaque année, elle collecte la quasi totalité de son budget via une grande campagne d’appels aux dons organisé sur Internet. La sixième édition de cette levée de fonds annuelle s’est achevée hier. Son bilan est imposant : « 20 millions de dollars [15,3 millions d’euros, ndlr] ont été apportés par plus d’un million de donateurs. »

Tags:

Amazon adopte la nouvelle TVA du Luxembourg… à 3% | eBouquin

Alors que le gouvernement français confirmait son choix de baisser la TVA du livre numérique à 7 % (au lieu de 19,6 %), le Grand-Duché de Luxembourg appliquait une même baisse drastique de sa taxe pour garder un avantage comparatif sur ses voisins européens. En effet, la TVA sur le livre numérique au Luxembourg est de 15 %, mais à compter du 1er janvier, elle ne sera plus que de 3 %.

Tags:

[Proposition] Revaloriser les diplômes infos (mais pas que)

Ceux qui font du recrutement pourront vous le confirmer : le niveau des diplômes dans l’informatique a descendu drastiquement ces 10 dernières années alors que c’est un métier qui se complexifie. Les écoles accordent des diplômes à des gens qui n’en ont certainement pas le niveau, la qualité des cours est affolante, les stages de plus en plus courts…

Bref, nous sommes en train de tuer dans l’oeuf une réelle force ; la France pourrait être un acteur majeur du numérique, mais dans les nouveaux diplômés seuls les autodidactes aujourd’hui arrivent à tirer leur épingle du jeu. Sans rentrer dans le détail des programmes, il y a aujourd’hui des aberrations sur les contenus, sans parler de certains profs qui viennent vous enseigner un métier qu’ils n’ont jamais pratiqué (vécu).

De manière très concrète, voici quelques propositions que j’aimerais discuter avec vous :
Supprimer l’article 30 de la loi du 24 novembre 2009 qui impose une rémunération aux stagiaires dès 2 mois (au lieu de 3 précédemment). Ce seuil a dévasté les stages dans le milieu informatique, où 2 mois sont trop courts pour qu’un stagiaire soit productif, alors qu’il passera un mois à s’acclimater aux outils + le temps passé par le personnel pour l’accompagner/le former. Résultat net : seules les grosses entreprises se permettent le luxe de prendre des stagiaires, et souvent ceux-ci se retrouvent à faire du WordPress à la chaîne sans aucun accompagnement. Et bien sûr, s’ils ne sont pas productifs, ils sont virés. Ce n’est pas tout à fait l’idée que j’ai d’un stage, qui doit normalement être une période de découverte et un complément à la formation. Le stagiaire ne touche pas de salaire, mais l’entreprise ne facture pas non plus le temps passé (donnant-donnant). Sans compter que la moitié du boulot fait par les stagiaires part à la poubelle…
Développer un maximum le travail en alternance, qui a un coût moindre pour l’état, confronte les étudiants de manière directe à la réalité professionnelle (et permet à ceux qui se sont trompés de filière de s’en rendre compte plus tôt), leur donne un salaire (autonomie, plus besoin de bourses, lutte contre la précarité des étudiants), implique les entreprises dans le processus. Bref, je suis un fervent défenseur de l’alternance vous l’aurez compris, j’ai connu les deux (BTS en formation continue + licence en alternance), je ne regrette absolument pas le détour. Surtout, peut-être est-ce que les écoles se rendront enfin compte qu’elles sont -un peu- à l’ouest… Il serait bon de donner un objectif chiffré, je manque de données là dessus, mais si la moitié des BTS pouvaient être faits de cette manière je ne dirais pas non.
Valoriser immédiatement et de manière très importante le niveau technique de ces formations. Pour l’anecdote, j’ai failli jeter l’éponge en BTS de lassitude devant un rythme mou et un contenu faible. Résultat net : là où je suis (petite PME de 5 personnes), nous ne prenons plus de jeunes diplômés, car il faut TOUT leur apprendre. Ah, et pour info, on passait plus de temps en éco-droit qu’à programmer. Ce qui est gênant pour une formation à spécialité “développement”.
Mesure plus générale, mais qui serait intéressante à mon avis : peut-être serait-il judicieux d’informer les collégiens/lycéens sur le marché de l’emploi dans les villes environnantes ? Montrer les secteurs forts, là où il y a de la demande, là où c’est saturé… Le but n’est pas de les forcer mais de rendre l’orientation un peu plus concrète que des fiches emploi généralistes (qui ne prennent pas compte des disparités géographiques).

Voilà, ce n’est pas exhaustif, mais ça me tient à coeur car je suis un amoureux de mon métier et ça me navre de voir les nouvelles générations de développeurs qui arrivent sur le marché de l’emploi et à qui on a fait croire qu’ils pourraient s’en sortir. Je leur souhaite du courage…

Tags:

Ebook et TVA : les éditeurs revoient les prix à la baisse

ePagine, la société française spécialisée dans les services aux éditeurs en matière d’ebooks, a pris la température auprès des éditeurs concernant la réduction de la TVA sur le livre numérique (de 19,6 à 7 %). On savait déjà que Gallimard avait décidé de ne pas attendre le 1er janvier pour revoir le prix de ses ebooks.
 

 
D’autres maisons ont suivi le mouvement et ont déjà pratiqué une baisse du prix de leurs livres numériques. Il en ainsi de Joëlle Losfeld (avec des versions numérique désormais 30 % moins chères que les versions imprimées) mais aussi de P.O.L. dont les prix passent de 12,99 € à 3,99 € (c’est une baisse assez remarquable) ainsi que Ginko dont les titres ne dépasseront pas 9,99 € avec la moitié du catalogue à 4,49 €.
 
Certains éditeurs ont fait savoir qu’ils baisseraient les prix de leurs ebooks à partir du 1er janvier. En l’occurrence, il s’agit de Denoël et Mercure de France qui proposeront en 2012 des ebooks 30 % moins chèrs que leurs équivalent imprimés.
 
Notons que certains, comme Au diable vauvert, Liana Levi et les Editions de la branche n’envisageraient pas pour l’instant de baisser le prix de leurs livres numériques. Pour certains, cela se comprend, attendu que leur politique tarifaire était déjà revue à la baisse.
 
Dans le cas d’un autre acteur comme Bragelonne, dont l’offre numérique est saluée comme l’une des plus pertinentes à ce jour pour un éditeur non pure-player, la non-répercussion des 14,1 % a été annoncée, mais également revendiquée. En même temps, quand on a des tarifs déjà particulièrement  bien conçus, il est assez compréhensible de garder la marge de la TVA, pour la reverser aux auteurs, comme nous l’avait suggéré l’éditeur.

Tags: