OWNI

Selon des sources internes à la Commission européenne, Amazon a largement stimulé l’enquête pour soupçon d’entente illégale qui vient d’être ouverte contre Apple et cinq grands éditeurs1. Les instances européennes suspectent Apple et les éditeurs de s’être concertés pour maintenir un prix artificiellement gonflé du livre numérique. Au terme de leurs tractations, les éditeurs espèrent ainsi protéger la distribution du livre papier vendu à un prix voisin du numérique. En contrepartie ils s’engagent à ne pas vendre leurs livres moins chers que sur l’iBook Store.

Tags:

Amazon balance Apple

Selon des sources internes à la Commission européenne, Amazon a largement stimulé l’enquête pour soupçon d’entente illégale qui vient d’être ouverte contre Apple et cinq grands éditeurs1. Les instances européennes suspectent Apple et les éditeurs de s’être concertés pour maintenir un prix artificiellement gonflé du livre numérique. Au terme de leurs tractations, les éditeurs espèrent ainsi protéger la distribution du livre papier vendu à un prix voisin du numérique. En contrepartie ils s’engagent à ne pas vendre leurs livres moins chers que sur l’iBook Store.

Tags:

eBook : Apple et cinq éditeurs soupçonnés d’entrave à la concurrence par Bruxelles

La Commission européenne a annoncé l’ouverture d’une enquête antitrust visant cinq éditeurs et la pomme. Il s’agit de savoir si les conditions de vente des livres électroniques sont contraires aux règles de concurrence.

Le prix du livre électronique est à nouveau sur la sellette en Europe. Bruxelles annonce en effet ce mardi l’ouverture d’une enquête formelle sur des soupçons d’entrave à la concurrence sur le marché du livre électronique.

Cinq grands éditeurs sont visés : Hachette Livre (filiale du groupe Lagardère), le britannique Penguin (propriété de Pearson), les américains Harper Collins (News Corp.) et Simon & Schuster (CBS) ainsi que l’allemand Georg von Holzbrinck. Mais aussi Apple.

Tags:

Cybergeo et la société de consommation

“L’offre Freemium1 promue par les journaux en libre accès, c’est exactement le renversement de ce processus. En quelque sorte une nuit du 4 août pour contrer le privilège des grands groupes éditoriaux, qui procurent à leurs actionnaires des dividendes excessifs, prélevés sur le travail des chercheurs, rédacteurs et évaluateurs bénévoles.”

Tags:

« C’est la nature même des livres qui est en train de changer »

Contrairement à ce qu’on aurait pu passer, le Graal de la numérisation des livres ne repose pas sur le fait de rendre disponible tous les livres qui ont été édités par le passé, comme nous le laissait penser le projet de numérisation de Google. Le passage par le numérique consiste avant tout à faire naître de nouvelles formes de livres. La numérisation ne consiste pas à redonner naissance à des formes anciennes, mais avant tout à faire naître et se multiplier des formes nouvelles – même si celles-ci ne sont pas forcément particulièrement innovantes.

Le numérique, en proposant une nouvelle place de marché et de nouvelles formes de distribution, plus accessibles à de nouveaux entrants et moins coûteuses que le livre traditionnel, propose de renouveler considérablement le marché du livre. Si le livre traditionnel (“homothétique” comme le décrivait le rapport Zelnik) est parfois encore hésitant à se rendre au numérique, ce n’est pas le cas de nouvelles formes, qui proviennent d’autres acteurs que les acteurs de l’édition traditionnelle.

Certes, ces nouvelles formes ne dominent pas encore les ventes, même si parfois elles s’immiscent dans les classements des meilleures ventes au format numérique. Mais elles se disséminent déjà dans tous les tuyaux de diffusion, faisant apparaître de nouveaux contenus et aussi bien sûr, de nouveaux auteurs. Nous avions déjà souligné le boom de l’auto-édition et de l’édition personnalisée… Il faut lui ajouter, le boom de l’édition purement numérique et ses nouvelles formes : des formes courtes le plus souvent, vendues à des prix inférieurs à ceux du livre de poche, mais finalement très adaptées à ces nouvelles places de marchés. Aux Etats-Unis ces nouveaux entrants s’appellent par exemple Atavist ou Byliner. En France on pense à Publie.net, à Walrus Studio, à NumerikLivre… (voire la liste des pures players recensés par Lorenzo Socavo, même si il s’y mêle un peu tout…).

Comme le rappelle le New York Times, ce sont aujourd’hui des groupes de presse qui font leur entrée sur ce marché et viennent vendre eux-mêmes des livres au format électronique, qu’ils soient des compilations d’articles par auteur ou sujet, des nouvelles ou de brefs essais (le New York Times avec Open Secrets ; le Huffinghton Post avec How we won ou Great Recession, utilisant les services de BookBrever ; mais c’est également ABC News, Politico, le New Yorker, le Boston Globe ou encore Vanity Fair qui s’essayent à ce marché…). En France, Owni a lancé les siens. InternetActu.net s’apprête également à s’y lancer en partenariat avec Publie.net dans le cadre de la collection Washing Machine que je dirigerais… Et je suis persuadé que bien d’autres acteurs de la presse traditionnelle ou pure players vont suivre à mesure que les supports seront accessibles et que les ventes de livres numériques vont commencer à frémir.

Les Single d’Amazon jouent un rôle central dans cette stratégie (voir les conditions du Label Single expliquées par eBouquin.fr) en offrant une place de marché structurée pour ces formats courts, avec des partenariats prestigieux, comme les TEDbooks. L’iBookstore d’Apple vient de lancer quant-à lui les Quick Reads annonce eBouquin. On peut supposer que bien d’autres partenaires seront demain intéressés à proposer leurs contenus sous ces nouveaux formats, à la recherche d’un potentiel nouveau marché ou cherchant juste à rendre leurs contenus accessibles à d’autres formes de lecture électronique que la lecture en ligne… Cours en ligne, somme d’articles de blogs, varia de papiers de recherche, fan fictions… : les agrégats imaginables sont multiples.

Comme le dit Jon Meacham éditeur chez Random House et à Newsweek : “Nous pensons que la nature du livre est en train de changer. La ligne de séparation entre les articles et les livres devient toujours plus ténue.”
Le numérique brouille les questions. Ce n’est pas tant la numérisation du patrimoine qui est en jeu, que la recherche, pour bien des acteurs, de nouveaux modèles économiques et d’accès. L’arrivée des supports et des plateformes permettent d’envisager à de nouveaux entrants d’accéder à la vente unitaire…

Je ne suis pas sûr qu’elle rapporte beaucoup d’argent à tous ces acteurs, notamment pour beaucoup par manque de stratégie. Mais je suis convaincu que l’essentiel de l’explosion des volumes du livre au format numérique ne sera pas le fait du livre “homothétique”, mais bien de l’arrivée de nouveaux livres. De livres “spam”, comme le dénonçait Virginie Clayssen avec raison, mais d’abord et avant tout de nouvelles formes de livres, qui n’ont pas le papier pour origine ni comme but ultime. Cela signe surtout l’arrivée de nouveaux auteurs et de nouveaux contenus dans des formes de plus en plus nativement ou exclusivement numériques.

A nouveau, ce qu’annonce le numérique, ce n’est pas la disparition de la culture livresque, mais bien son explosion.

On n’achète pas une bibliothèque comme un livre

“Mais l’arrivée du web et surtout la montée des tablettes modifient considérablement la donne et l’attitude du lecteur. Sur un Kindle ou un iPad, on n’achète pas un livre, on se constitue une bibliothèque. On peut lire un livre de la première à la dernière page, mais on en lit souvent plusieurs en même temps et on pourra y revenir à tout moment, à la bonne page ; ou encore on se contentera de feuilleter un grand nombre de livres, zappant de l’un à l’autre, faisant des recherches. Et tout cela en tout lieu, à tout moment, du fait de la portabilité de sa bibliothèque réduite à une tablette. Nous retrouvons un propos souvent tenu ici : le modèle du web est hybride entre celui de la bibliothèque et celui de la télévision.

Dès lors, sans doute le lecteur sera attiré par tel ou tel titre particulier, mais la valeur principale est constitué par l’ampleur et l’adaptation de la collection qu’il pourra constituer et par la vitesse et la commodité de l’accès aux pages. Cette donnée nouvelle modifie vraisemblablement considérablement la sensibilité au prix et donc l’élasticité de la demande, d’autant que le web tend à tirer les prix du contenu vers le bas par l’abondance des ressources accessibles gratuitement et que constituer une collection est un investissement de départ non négligeable pour un e-lecteur.

Conclusion si cette analyse est juste, F. Bon a eu bien raison de baisser drastiquement ses prix.

Tags:

Revue Interventions économiques – Papers in Political Economy

“La revue Interventions économiques / Papers in Political Economy est une revue scientifique qui s’intéresse aux débats théoriques en économie politique et en socio-économie, à l’évolution et aux transformations socio-économiques des sociétés actuelles et aux résultats de recherche menés dans ces divers domaines.
Interventions économiques / Papers in Political Economy présente des analyses et résultats de recherche pouvant provenir de l’ensemble des sciences sociales, mais privilégie les thèmes reliés à l’économie politique, à la sociologie économique, au travail et à l’emploi, au développement (local, régional, international), à la mondialisation et à l’économie politique internationale, ainsi qu’à l’analyse des écrits d’auteurs importants dans ces différents champs.”

Tags:

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search