Le logiciel libre en entreprise expliqué par un communiqué de presse

Ed Yourdon - CC by-saOn m’a envoyé aujourd’hui un communiqué de presse via le formulaire de contact du blog.

Je l’ai trouvé fort instructif et j’ai décidé de vous le reproduire ci-dessous dans son intégralité, à ceci près que j’ai effacé le vrai nom de la société et de son logiciel phare qui deviennent ici « Société-X » et « CMS-X » .

D’un simple copier/coller sur un moteur de recherche, il est facile de les retrouver, là n’est pas le propos[1].

Le propos c’est que ce communiqué illustre me semble-t-il assez bien le modèle économique choisi majoritairement par les entreprises qui intègrent du logiciel libre – ou plutôt open source – dans leur stratégie de développement. Dans le fond avec sa déclinaison du produit en version « Community » et en version « Entreprise » (elle-même en double licence, libre ou propriétaire), mais aussi dans la forme avec le ton et le style particuliers adoptés par le communiqué.

Communiqué de presse de la « Société-X »

Société-X renforce sa stratégie d’innovation et offre une nouvelle solution à ses clients professionnels.

Alors qu’aujourd’hui seuls les ingénieurs de Société-X développent le coeur du CMS-X, Société-X a annoncé à l’occasion de sa conférence annuelle des changements importants afin d’encourager et d’intégrer les contributions de sa communauté Open Source dans sa plate-forme de gestion de contenu CMS-X. A partir de la prochaine version de CMS-X sortant dans les prochains jours, Société-X ouvrira ses processus de développement à sa communauté et permettra à ses membres de contribuer directement à l’évolution de la solution CMS-X. Cette initiative est centralisée dans le cadre du projet « CMS-X Community Project ».

En parallèle, Société-X proposera à ses clients professionnels une nouvelle version de sa solution en annonçant CMS-X Enterprise, version suivant des processus qualité très stricts et officiellement supportée, maintenue par Société-X sous la forme d’une souscription annuelle. CMS-X Enterprise, tout en profitant pleinement de l’innovation accélérée dans CMS-X Community Project, sera maintenu dans une code base séparée soumise à du testing intensif et intégrant des modules très spécifiques seulement disponibles aux clients ayant souscrit à CMS-X Enterprise Subscription.

Ces améliorations permettront d’offrir une nouvelle valeur ajoutée à la communauté Open Source, aux clients et aux partenaires.

Cette annonce est une formidable opportunité pour les partenaires et membres de la communauté qui seront en mesure d’influencer largement la road map et les futures orientations de l’application CMS-X.
Ainsi, les 50.000 membres de la communauté pourront contribuer simplement au développement de la solution et participer à la gouvernance du projet « CMS-X Community Project ». CMS-X est une plate-forme de CMS reposant sur les meilleurs standards du marché pour une utilisation en contexte professionnel. Elle offre pour les entreprises un haut niveau de support disponible par abonnement.

CMS-X sera donc disponible en deux versions :

  • La version communautaire développée sur la base SCRUM et dédiée aux développeurs, chercheurs…
  • La version CMS-X Enterprise conçue pour une utilisation professionnelle. Elle est disponible en deux modes GPL ou PLU (Professional User Licence). La version professionnelle est actualisée deux fois par an (mars et septembre) et disponible uniquement pour les clients professionnels.

Ce nouveau modèle de distribution sera mis en place à l’occasion de l’annonce de la prochaine version de CMS-X Enterprise délivrée dans les prochains jours.

Notes

[1] Crédit photo : Ed Yourdon (Creative Commons By-Sa)

De la motivation au sein d’une communauté

Il est fort probable que vous ayez déjà vu la vidéo ci-dessous. Elle m’est revenue en mémoire à la faveur du précédent billet De la confiance au sein d’une communauté dont elle lui fait en quelques sorte écho.

Cette vidéo me passionne dans le fond et dans la forme.

Le fond c’est son sujet, à savoir la motivation. Qu’est-ce qui nous motive au juste ?, se demande ici Dan Pink, en fustigeant l’efficacité des récompenses traditionnelles, argent en tête de gondole.

Pour vous la résumer, rien de tel que ce commentaire glané sur le site Rue89 :

« Des études comportementales scientifiques, indubitablement indépendantes du complot socialo-communiste mondial (MIT, unversité de Chicago et Carnegie, financées par la banque fédérale US), démontrent que, si l’amélioration de la productivité d’une tâche mécanique peut-être induite par sa récompense en terme de rémunération, ce n’est pas le cas des tâches cognitives et créatives.

Dans ce cas, le principe de la carotte est plutôt contre-productif. Pour les œuvres humaines plus compliquées que le travail à la chaine, en effet, les trois facteurs identifiés comme induisant une amélioration de la créativité, de la productivité et de la qualité sont :

  • Autonomy, qui se traduit comme ça se prononce.
  • Mastery, le développement personnel et la recherche de l’expertise.
  • Purpose, le but de l’activité, qui sera autant de motivation qu’il satisfait aux critères éthiques et moraux du collaborateur.

Ces résultats, outre qu’ils expliquent l’efficacité de modèles de développement coopératifs tels que Linux ou Wikipédia, remettent en question les dogmes du management, voire de notre modèle économique.

  • Taf à la con où humain = machine : motivation = thunes.
  • Taf intelligent où humain = 1 cerveau au bout des bras : motivation = autonomie + développement personnel + éthique.

C’est-à-dire le contraire de l’idéologie globalement à l’œuvre dans l’organisation de nos sociétés. »

Rien d’étonnant à ce que les deux plus célèbres projets libres soient cités en exemple parce qu’ils corroborent à merveille la théorie. On prend d’ailleurs bien soin de souligner que la participation à ces projets se fait après le boulot (alimentaire ?), sur notre temps libre.

Confiance et motivation ont assurément contribué à leur réussite. Et comme par hasard c’est ce qui semble faire le plus défaut aujourd’hui dans le monde du travail (cf par exemple les interventions de Bernard Stiegler sur la déprolétarisation et l’économie de la contribution).

Mais la forme de la vidéo est tout aussi remarquable, c’est-à-dire la mise en graphique, réalisée par la société londonienne Cognitive Media pour le compte de la RSA (Royal Society for the encouragement of Arts, Manufactures & Commerce), qui suit, illustre et structure visuellement en temps réel les propos de Dan Pink. Le dessin sollicite autrement la vue et donne sens à ce que l’on entend, apportant véritablement quelque chose en plus.

Il est vrai que cela a un côté un peu violent, parce qu’on est en quelque sorte bombardé d’informations multi-directionnelles. Mais ne pouvant prendre notre souffle, on est comme happé par l’exposé. Impossible d’en sortir ou de s’ennuyer, sauf à complètement se déconnecter.

À l’heure de la rentrée scolaire qui s’en vient à grands pas, l’enseignant que je suis trouve cette approche pédagogique extrêmement intéressante. Non seulement j’ai bien compris (alors que je n’ai qu’un piètre niveau d’anglais) mais je crois déjà, en une seule vision, en avoir retenu l’essentiel, sachant que, malgré la densité du discours, on fait tenir le tout en une dizaine de minutes top chrono[1] !

Et si jamais quelque chose vous a échappé, il suffit de la regarder à nouveau, quand vous voulez sur Internet, sans compter que, cerise sur le gâteau, vous obtenez à la fin un énorme, unique et cohérent poster de tous les dessins effectués prêt à être imprimé !

Le format est donc tout bonnement excellent (faudrait que Thierry Stœhr en consacre un billet sur son blog dédié, si ne c’est déjà fait).

Je me prends déjà à rêver d’une forge libre pleine à craquer de ce genre d’animations. Ce sont mes élèves qui seraient contents ! Mais aurait-on alors besoin des profs ? Si, oui, quand même un peu je pense 😉

D’ailleurs à ce propos, je suggère aux collègues d’anglais de trouver un prétexte pour montrer un jour cette vidéo à leurs lycéens, ça en vaut la peine et pourrait faire l’objet d’un intéressant débat dans la foulée, surtout si quelques uns ne savent pas encore ce qu’est Linux ou comment fonctionne Wikipédia.

Bon, il serait peut-être temps de la montrer, cette vidéo après une telle introduction…

URL d’origine de la vidéo sur RSA.org et au format Ogg sur TinyOgg.

Il en existe aussi une version sous-titrée en français, mais c’est presqu’alors impossible de suivre les dessins en direct live ! (mieux vaut plutôt écouter Dan Pink dire à peu près la même chose lors d’une conférences TED, autre format riche et pertinent).

Remarque : Il y a d’autres animations sur RSA.org sur des sujets aussi passionnants que l’empathie de notre civilisation, la question de l’éthique et de la charité et la crise du capitalisme.

Notes

[1] Note : L’article sur La Confiance a été peu parcouru, un commentaire me faisant de suite remarquer qu’il souffrait d’un syndrome qui affectie souvent ce blog, le syndrome TLDR, à savoir « Too Long; Didn’t Read » soit « Trop long pour être lu ». Il aurait dû lui aussi faire l’objet d’une telle animation !

Abonnement ou vente unitaire ? L’enjeu de la diversification des modèles économiques du livre numérique

Suite de la série sur les modèles du livre numérique : après les plates-formes , les supports, les contenus, évoquons simplement les modèles économiques.

Pour l’instant, j’observe 3 types de modèles économiques pour la vente du livre numérique.

  • L’abonnement.
  • Le paiement unitaire.
  • La gratuité, le don (réputation) et le paiement par un tiers (pub, mécénat ou sponsoring) que je regroupe dans une seule et même catégorie.

L’abonnement

formulemathkindle.1274453628.JPGL’abonnement est un mode qui semble embryonnaire (Publie.net, Safari d’O'Reilly… – quoique, pas dans le monde des revues électroniques !), mais c’est un modèle qui n’existait pas beaucoup auparavant dans le secteur du livre (hormis les clubs du livre ou les oeuvres à mise à jour…).

Ce modèle me semble chaque jour gagner un peu plus en vigueur : on le voit également apparaître avec le développement de livres sous forme d’applications. A mon avis, c’est ce le modèle économique que le numérique va le plus bouleverser. Nous allons demain nous abonner à des offres de contenus (imaginez quand Amazon va proposer pour 40 dollars par mois de s’abonner à tout son catalogue Kindle, vous permettant de télécharger et de lire toutes les oeuvres de votre choix, sans limites ! – j’ai dit imaginez). En fait, l’abonnement est la porte d’entrée la plus simple vers le modèle du “livre service”. On ne vend plus des contenus, mais des services, des outils : accéder à une base de contenus sur un sujet particulier a bien plus de valeur que d’accéder à un seul livre. La légitimation marketing des formes d’abonnement est simple : notre capacité d’attention, de lecture et de financement est limitée alors que la concurrence est de plus en plus forte (abondance des contenus) tout en restant difficilement finançable. Pour capter l’attention, il faut donc proposer un service avec une plus forte valeur ajoutée que le simple contenu.

Pour l’instant, l’abonnement se développe surtout sur des marchés de niches (livre informatique, BD, littérature d’avant-garde, revues électroniques…) avec l’objectif de capter une niche de public. Ce qui est surprenant c’est qu’il ne se soit pas encore développé sur d’autres niches : livres d’histoire, politique, science, littérature jeunesse, science-fiction, etc. Ou autour d’offres d’éditeurs (accès au fonds et nouveautés d’un éditeur). Mais cela ne saurait tarder… ;-)

La difficulté de ce modèle c’est de constituer une offre attractive (en quantité – il faut un certain volume – et qualité – il faut une diversité de titres et un renouvellement constant). Son principe se fonde sur quelques règles de marketing qui consistent à évaluer le panier moyen d’un client et à proposer une offre avec un panier supérieur. Exemple : la plupart des lecteurs achètent un titre par an chez un éditeur (10-20 euros). Il n’en achèterait pas vraiment plus à l’unité. L’idée est de leur proposer pour un montant légèrement supérieur un abonnement au fond qui peut le rendre captif du catalogue et qui génère sur la durée un paiement supérieur.

Le plus grand frein à l’adoption de ce modèle est qu’il est à 1000 lieux des modèles économiques traditionnels de la chaine du livre, qui ne pense qu’en vente unitaire. Surtout, si l’abonnement a toujours existé pour des institutions (type bibliothèques), on a du mal à le penser pour les particuliers (et surtout pour les entreprises et institutions autres que les bibliothèques…).

C’est pourtant selon moi assurément le modèle innovant et le modèle d’avenir, qui permet de proposer de multiples formats de livres, sans être incompatibles avec les ventes unitaires. J’imagine fort bien être abonné à plusieurs bouquets (avec des niveaux d’offres différents), comme d’autres sont abonnés à des bouquets télévisuels : un bouquet science-fiction (un livre par mois), un bouquet livre jeunesse (60 livres par mois), un bouquet essais d’actualité (surtout pour accéder à la base de données), me permettant d’optimiser mon budget livre et répondre à mes besoins de lecture et de recherche…

L’abonnement à une autre vertu : il montre le chemin de la diversification. Avec le numérique, il n’y aura pas qu’un mode de financement, qu’un modèle économique, mais que pour tenir, il faudra diversifier ses modèles. L’édition ne tiendra pas sur le seul modèle de la vente unitaire, comme l’expliquent bien les purs players de la presse dans cette excellente émission d’@arrêt sur images.

La vente unitaire

La vente unitaire est LE modèle économique du secteur du livre. Mais elle peine à faire ses preuves pour le livre numérique.

Pourquoi ?
D’abord parce que les prix sont inadaptés. Il demeure difficile de ventre un produit dématérialisé au prix du produit physique, d’autant qu’en l’absence de formes de régulation du marché traditionnel – occasion, prêt, passage en poche… rendu impossibles par les DRM -, le prix unique du livre a tendance à devenir un prix perpétuel.

L’argument qui veut que l’offre soit absente est en train de tomber. En anglais, le catalogue Kindle commence à être très fourni. L’offre, longtemps inégalement répartie (best-sellers, livres autoédités et livres du domaine public en composent l’essentiel ; en terme de genres, c’est le roman qui domine très largement alors que sa lecture est la plus dépendante de supports dédiés) est en passe de devenir plus homogène : l’essentiel des nouveautés est désormais accessible au format numérique (ce n’est pas encore vrai pour le catalogue de titres en français, loin s’en faut, mais cela ne peut que progresser). Cette limitation de l’offre devrait peu à peu disparaître, pour autant qu’elle ne conduise pas à une limitation des plateformes et supports. Et aujourd’hui, c’est peut-être là qu’il faut voir l’essentiel des limitations : elles ne reposent plus tant dans l’offre, que dans ses limitations techniques (DRM, marketing favorisant certaines plateformes (un titre accessible sur une plateforme et pas une autre…), etc.).

La vente unitaire souffre également de l’absence de pratiques et d’appétences (et certains vous diront de l’absence des supports).
Enfin, il faut souligner la difficulté résiduelle du micropaiement, hormis pour les supports dédiés et les plates-formes de livres logiciels. Comme le disait Jo Wikert récemment, il faut reconnaître que le micropaiement que tout le monde avait enterré, semble renaître, progressant lentement à mesure que progressent les pratiques d’achat en ligne. “Désormais, je suis surpris de constater comme je fais des petits achats rapidement”, notamment via iTunes et le KindleStore. Mais ces deux magasins emblématiques ne suffiront pas à généraliser la pratique. Sans compter que les livres numériques ne sont pour l’instant pas proposés à des prix qui entrent dans le cadre du micropaiement. “Que proposons-nous à moins de 5 dollars ?”, lance Wikert à la profession. Des contenus jetables ? Vites consommés ? Pas sûr que ce soit ce qui marche, explique clairement Wikert.

Le problème de la vente unitaire, comme l’exprimaient très bien Marin Dacos et Pierre Mounier, c’est qu’à défaut de proposer des garanties de récupération du fichier, de duplication et de portage, ce n’est pas une vente dont il s’agit, mais d’une simple location (Dacos et Mounier parlent de conservabilité). La vente unitaire ne décollera massivement que lorsque l’offre sera clarifiée : soit on est dans un système de contenus jetables et périssables, auquel cas, le prix du marché doit s’établir au plus bas. Soit on est dans des contenus pérennes, citables, récupérables, alors le prix du marché peut s’établir vers le haut (les deux sont d’ailleurs complémentaires et ne s’excluent pas l’un l’autre : on peut vendre les deux). Le contrat de lecture issu de la vente d’un texte électronique n’est pas le même que celui de la vente d’un texte papier.

La vente unitaire de livres électroniques doit encore faire ses preuves, c’est-à-dire montrer qu’elle peut générer des revenus suffisants pour compléter efficacement ceux du papier, voir permettre d’envisager des éditions électroniques pures. Cela va finir par arriver. Mais cela demande de parvenir à décupler le nombre d’exemplaires vendus, alors que les utilisateurs sont potentiellement moins nombreux (surtout quand on ne se concentre que sur ceux qui disposent de certains supports aux perspectives de développement malgré tout limitées). Les publics du livre n’ont cessé de se fragmenter ces 20 dernières années. L’électronique prolonge cette fragmentation. Combien de titres peuvent tirer leur épingle du jeu sur un marché mondial limité à 30 millions d’appareils de lecture dédiés pour 2013 ?

Faisons un petit calcul pour comprendre. Estimons que demain, en France, il y ait 600 000 liseuses en circulation. Aujourd’hui, le papier touche potentiellement 60 000 000 de Français. Combien pourraient faire un succès commercial qui se vend à 100 000 exemplaires (c’est devenu un beau chiffre) sur un public potentiel de 60 millions quand le public potentiel n’est plus que de 600 000 lecteurs équipés ? Un livre numérique se vendant à 1 000 exemplaires (rapport au parc de machine) serait donc l’équivalent d’un best-seller dans le monde physique ! Voilà qui permet de remettre les pendules à l’heure.

Par rapport au parc d’équipement, au niveau de maturation des usages, un succès en numérique n’a donc encore rien à voir avec un succès papier. D’où la déception affichée de nombreux éditeurs qui estiment que cela ne rapporte pas encore grand chose. Et cela risque d’être le cas encore tout le long de la transition qui s’opère. Reste que si ça ne rapporte pas grand-chose, ça n’en coûte pas beaucoup non plus pour être présent dans le numérique. Mais pour aller au-delà, pour développer la vente unitaire, il faudra trouver les moyens d’élargir le public potentiel. C’est dire que le texte numérique ne peut pas attendre que les lecteurs viennent à lui (notamment les plus gros lecteurs, comme c’est le cas actuellement : ce sont eux d’abord qui achètent des liseuses), mais doit également aller les chercher là où ils sont les plus nombreux. En se concentrant sur l’offre pour les seuls supports dédiés, on risque de se restreindre à un marché de niche, certes composé de gros lecteurs, mais qui va prendre du temps à s’imposer.

Le modèle de la vente unitaire demeure LE modèle, mais il risque de peiner longtemps à faire ses preuves. Pour longtemps, il n’y aura pas de modèle économique unique dans le numérique. C’est leur diversification qui seule permet de trouver rapidement des équilibres.

La gratuité et le paiement par un tiers

Contrairement à ce que l’on pense bien souvent, l’accès gratuit est incontestablement le modèle économique dominant – et ce, même sur les plateformes payantes : le succès de Stanza, du Kindle Store et demain de l’iBookStore reposent sur l’offre gratuite, de contenus libres de droits ou dont les auteurs autorisent l’accès libre. L’offre gratuite est surabondante. Pour qu’elle diminue, il faudra que les plateformes de ventes (unitaires ou autre) proposent des modalités d’ajouts de contenus simplifiées et des options de commercialisation accessibles facilement aux éditeurs comme aux auteurs.

Mais je ne pense pas que cela suffira à changer la donne. Dans le numérique, la gratuité est entrée en concurrence frontale avec les contenus payants. Et cette concurrence est là pour longtemps. La gratuité offre un autre type de rémunération à l’auteur : reconnaissance, expertise, paiement par un tiers (publicité ou sponsoring)… Elle est aujourd’hui très peu exploitée par les éditeurs traditionnels, qui la négligent, sous prétexte qu’il n’y aura pas de grand “repas culturel gratuit”. Pourtant, ceux-ci n’ont pas arrêté, depuis quelques années en tout cas, à chercher des sponsors et mécène du livre… Regardez sur les vôtres, tous ces logos qui les ornent allant de grandes sociétés françaises à l’incontournable CNL. La subvention, le sponsoring sont devenus courants.

L’économie du livre est une économie très basse (par rapport à la production audiovisuelle notamment) qui permet d’imaginer que des formules de rentabilité en ligne soient accessibles, possibles. Hormis les purs players, force est de constater que les éditeurs ne cherchent pas vraiment à les exploiter… Il faudra peut-être attendre les désillusions de la vente unitaire pour que les éditeurs se remettent à exploiter toutes les pistes de revenus possibles autour d’un même titre…

(à suivre)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search