« C’est la nature même des livres qui est en train de changer »

Contrairement à ce qu’on aurait pu passer, le Graal de la numérisation des livres ne repose pas sur le fait de rendre disponible tous les livres qui ont été édités par le passé, comme nous le laissait penser le projet de numérisation de Google. Le passage par le numérique consiste avant tout à faire naître de nouvelles formes de livres. La numérisation ne consiste pas à redonner naissance à des formes anciennes, mais avant tout à faire naître et se multiplier des formes nouvelles – même si celles-ci ne sont pas forcément particulièrement innovantes.

Le numérique, en proposant une nouvelle place de marché et de nouvelles formes de distribution, plus accessibles à de nouveaux entrants et moins coûteuses que le livre traditionnel, propose de renouveler considérablement le marché du livre. Si le livre traditionnel (“homothétique” comme le décrivait le rapport Zelnik) est parfois encore hésitant à se rendre au numérique, ce n’est pas le cas de nouvelles formes, qui proviennent d’autres acteurs que les acteurs de l’édition traditionnelle.

Certes, ces nouvelles formes ne dominent pas encore les ventes, même si parfois elles s’immiscent dans les classements des meilleures ventes au format numérique. Mais elles se disséminent déjà dans tous les tuyaux de diffusion, faisant apparaître de nouveaux contenus et aussi bien sûr, de nouveaux auteurs. Nous avions déjà souligné le boom de l’auto-édition et de l’édition personnalisée… Il faut lui ajouter, le boom de l’édition purement numérique et ses nouvelles formes : des formes courtes le plus souvent, vendues à des prix inférieurs à ceux du livre de poche, mais finalement très adaptées à ces nouvelles places de marchés. Aux Etats-Unis ces nouveaux entrants s’appellent par exemple Atavist ou Byliner. En France on pense à Publie.net, à Walrus Studio, à NumerikLivre… (voire la liste des pures players recensés par Lorenzo Socavo, même si il s’y mêle un peu tout…).

Comme le rappelle le New York Times, ce sont aujourd’hui des groupes de presse qui font leur entrée sur ce marché et viennent vendre eux-mêmes des livres au format électronique, qu’ils soient des compilations d’articles par auteur ou sujet, des nouvelles ou de brefs essais (le New York Times avec Open Secrets ; le Huffinghton Post avec How we won ou Great Recession, utilisant les services de BookBrever ; mais c’est également ABC News, Politico, le New Yorker, le Boston Globe ou encore Vanity Fair qui s’essayent à ce marché…). En France, Owni a lancé les siens. InternetActu.net s’apprête également à s’y lancer en partenariat avec Publie.net dans le cadre de la collection Washing Machine que je dirigerais… Et je suis persuadé que bien d’autres acteurs de la presse traditionnelle ou pure players vont suivre à mesure que les supports seront accessibles et que les ventes de livres numériques vont commencer à frémir.

Les Single d’Amazon jouent un rôle central dans cette stratégie (voir les conditions du Label Single expliquées par eBouquin.fr) en offrant une place de marché structurée pour ces formats courts, avec des partenariats prestigieux, comme les TEDbooks. L’iBookstore d’Apple vient de lancer quant-à lui les Quick Reads annonce eBouquin. On peut supposer que bien d’autres partenaires seront demain intéressés à proposer leurs contenus sous ces nouveaux formats, à la recherche d’un potentiel nouveau marché ou cherchant juste à rendre leurs contenus accessibles à d’autres formes de lecture électronique que la lecture en ligne… Cours en ligne, somme d’articles de blogs, varia de papiers de recherche, fan fictions… : les agrégats imaginables sont multiples.

Comme le dit Jon Meacham éditeur chez Random House et à Newsweek : “Nous pensons que la nature du livre est en train de changer. La ligne de séparation entre les articles et les livres devient toujours plus ténue.”
Le numérique brouille les questions. Ce n’est pas tant la numérisation du patrimoine qui est en jeu, que la recherche, pour bien des acteurs, de nouveaux modèles économiques et d’accès. L’arrivée des supports et des plateformes permettent d’envisager à de nouveaux entrants d’accéder à la vente unitaire…

Je ne suis pas sûr qu’elle rapporte beaucoup d’argent à tous ces acteurs, notamment pour beaucoup par manque de stratégie. Mais je suis convaincu que l’essentiel de l’explosion des volumes du livre au format numérique ne sera pas le fait du livre “homothétique”, mais bien de l’arrivée de nouveaux livres. De livres “spam”, comme le dénonçait Virginie Clayssen avec raison, mais d’abord et avant tout de nouvelles formes de livres, qui n’ont pas le papier pour origine ni comme but ultime. Cela signe surtout l’arrivée de nouveaux auteurs et de nouveaux contenus dans des formes de plus en plus nativement ou exclusivement numériques.

A nouveau, ce qu’annonce le numérique, ce n’est pas la disparition de la culture livresque, mais bien son explosion.

BookCamp Paris, 4e édition le 24 septembre 2011

Samedi 24 septembre 2011 de 10h à 19h

Le Labo du Livre, 2, rue Saint-Médard, 75005 Paris. Métro Place Monge.

Le BookCamp est une journée d’ateliers participatifs autour des problématiques du livre, de la lecture et de l’édition à l’heure du numérique, qui rassemble les acteurs de ce monde dans sa plus grande diversité : éditeurs, auteurs, lecteurs, libraires, bibliothécaires et développeurs. La journée est organisée autour d’une vingtaine d’ateliers et de temps de rencontres, avec un seul mot d’ordre « tous participants ». Le BookCamp n’est pas un lieu de conférence, mais d’échanges où le principe est de discuter autour de problématiques communes.

Plus d’informations sur http://barcamp.org/w/page/40854165/BookCampParis4

Première rencontre des Humanités Digitales à l’UNIL, 17 mars 2011

 » QU’EST-CE QUI BOUT DANS LA MARMITE DIGITALE DE L’UNIL ? ‘ »

Des chercheurs de l’UNIL présentent leurs travaux en lien au numérique

Jeudi 17 mars 2011, 17h15 – 19h45

Bâtiment Anthropole, salle 2120, Métro UNIL-Dorigny

Plan d’accès : http://www.unil.ch/acces/page36432_fr.html

Des chercheurs de l’UNIL proposent pendant le semestre de printemps 2011 une plateforme «Humanités digitales@Unil» en trois rencontres et un colloque international en été.

Informations complètes sur :

http://www3.unil.ch/wpmu/digitalera2011/rencontres-humanites-digitalesunil/

L’expression «humanités digitales» signale que quelque chose émerge. L’ère digitale naît de la remise en question du support même de la pensée des sciences humaines, via la transformation de nos rapports au texte. Ce virage numérique se prend sur fond de crise des sciences humaines, une crise financière d’abord, mais de politique institutionnelle aussi. Dans ce contexte, les humanités digitales offrent l’occasion de repenser nos manières de constituer les connaissances et de les transmettre. Elles recouvrent non seulement l’ensemble des techniques numériques appliquées aux sciences humaines, mais surtout le questionnement sur les modifications que ces techniques génèrent du point de vue de la formation et de la transmission des connaissances.

Le renouveau des livres dont vous êtes le héros

Les tablettes et les téléphones mobiles sont en train de donner une nouvelle jeunesse aux livres dont vous êtes le héros, estime Keith Stuart du Games Blog du Guardian. La société “Choose Your Own Adventure” (CYOA, Choisissez votre propre aventure), qui détient les droits de nombreux classiques de cette littérature dite interactive a porté plusieurs de ses titres sur l’iPhone. Edward Packard, le créateur originel de la série CYOA a créé la marque U-Ventures pour faciliter l’adaptation de nombres de ses anciens titres sur le système d’exploitation de l’iPhone.

La société Bright AI travaille à la conversion des titres de Steve Jackson, l’un des auteurs phares des livres dont vous êtes le héros (notamment la série Fighting Fantasy (Défis fantastiques en français publiés chez Folio Junior) en court de portage sur smartphones comme Le labyrinthe de la mort, Le sorcier de la montagne de feu). Pour l’iPad et l’iPhone, le développeur australien Tin Man a conçu l’excellente série de Fantasy Adventures Gamebook (déjà 4 titres : 1er épisode), qui dans un monde Tolkienesque vous entraîne dans des cimetières humides, des réseaux d’égouts labyrinthiques accompagné d’élégantes illustrations sépia et doté d’un système très efficace de jeté de dés et de mémorisation des pages… Car ici, la fiction interactive fusionne avec des éléments de jeux de rôle (combats avec des dés, inventaires des possessions…).

tinmangames.1294843374.gif

D’autres applications, moins élaborées, permettent également de télécharger des romans d’aventures interactifs en mode textes, comme Twisty pour téléphones Androïd ou Frotz pour les iPad et iPhone.

Le Kindle d’Amazon connait également ses premières applications interactives, notamment avec Choice of Broadsides (Kindle Store), une histoire interactive développée par Choice of Games, qui a reçu une mention honorable au dernier Festival des jeux indépendants (également disponible pour iPhone), l’une des compétitions du secteur.

Ce qui est intéressant c’est que les systèmes logiciels qui permettent de construire ces histoires deviennent également disponibles. Choice of Games a publié ChoiceScript, un langage disponible gratuitement sur le web et qui permet aux utilisateurs de créer leurs propres titres (même si, reconnaît Keith Stuart, le langage n’est pas encore très facile à utiliser). iStory (disponible sur l’iPhone), permet également de développer ses propres histoires interactives – même si l’interface utilisateur n’est pas encore très amicale.

Reste que cela ouvre des perspectives, estime Keith Stuart. Notamment celui de voir de plus en plus d’utilisateurs (et d’auteurs) investir ces dispositifs pour créer de nouvelles histoires, où les éléments interactifs pourraient faire partie du processus créatif lui-même.

Pour l’instant, il est juste amusant de redécouvrir le concept des romans interactifs, leurs limites et leurs bizarreries, leurs conventions et leurs tactiques narratives. Il y a juste encore deux problèmes, estime Keith Stuart, très peu d’applications vous permettent de retracer votre itinéraire à travers les pages ou de relancer les dés. Comme dans trop de versions informatiques de jeux familiaux traditionnels (comme le Monopoly ou le Scrabble), les règles l’emportent sur le lecteur. Dit autrement, ces systèmes ne permettent pas suffisamment de tricher !

Visiblement, on ne trouve encore aucun de ces titres en français. Peut-être que les éditeurs des éditions françaises devraient se rapprocher des développeurs originaux pour y porter leurs titres ? Vite, avant que la mode ne passe à nouveau, ou que les formes interactives commencent à conquérir de nouvelles natures d’histoires. Ce qui, technologie aidant, ne devrait pas être improbable, pour autant que les auteurs réinventent les conventions et les tactiques narratives un peu simplistes de ces formes précurseures.

PS : pour ceux qui cherchent quelques bonnes applications de lecture, Le BookLab vient de publier son Best Of des applications de livres enrichis.