Longue vie à Red Lemonade

Richard Nash, ancien dirigeant de Soft Skull Press, vient de lancer Red Lemonade.  Qu’est-ce que Red Limonade ? En quoi ce site se différencie-t-il de tant d’autres sites dédiés aux livres ? Est-ce que Richard Nash a véritablement inventé quelque chose ? Il me semble que oui, et je vais essayer d’expliquer pourquoi.

On trouve des livres sur Red Lemonade, les trois premiers livres publiés aux éditions Red Lemonade. L’un, Zazen de Vanessa Veselka sera également publié en France en septembre aux éditions Zanzibar. Ces trois premiers livres donnent le ton à la communauté, car Red Lemonade est avant tout un outil communautaire. D’autres livres suivront, puisés parmi les manuscrits qu’il est possible de consulter sur la plateforme, mais aussi de commenter, d’annoter et de critiquer. Chacun peut charger son manuscrit, ou le charger chapitre par chapitre.

On peut uploader un manuscrit complet, ou des chapitres d’un manuscrit (cette partie est encore en version beta privée). Chacun des membres de la communauté peut ajouter des commentaires, répondre à un commentaire déjà posté. L’idée de Richard Nash est de faire en sorte que le dispositif ainsi créé permette une nouvelle forme d’édition, confiante dans l’intelligence collective, et qui permette de reproduire en ligne ce qui existe bien souvent dans la vie des auteurs : des influences, des conseils, des rencontres intellectuelles, des références partagées, une dynamique créative. On trouve également sur le site des textes issus de revues littéraires qui ont accepté de collaborer au site, des billets qui guident les commentateurs, expliquant comment écrire des contributions constructives. Il est possible de suivre les membres de la communauté que l’on choisit, on accède ainsi à la liste de leurs écrits, qu’il s’agisse de leurs manuscrits ou des textes qu’ils ont commentés.

Pratiquement tous les ingrédients de ce site existent déjà ailleurs, ce sont ceux de ce que l’on décrit lorsque l’on évoque la «  lecture sociale  » : annotations et commentaires partagés, liens vers les réseaux sociaux. Ce sont ceux que le web 2.0 (comme ça sonne ancien, déjà, cette expression…) a banalisés, avec la possibilité d’uploader un fichier, d’éditer son profil, de modifier un contenu facilement. Ce que je n’avais jamais vu ailleurs, c’est l’agencement de tous ces éléments ensemble et cette notion d’édition contributive, cette confiance faite à l’intelligence et au talent, et la possibilité que ce travail collectif autour du travail initial d’auteurs bien identifiés, auquel chaque texte est rattaché, débouche sur le publication de livres. Qui décide qu’un manuscrit parmi tous les autres sera publié ? L’éditeur qui héberge et anime la plateforme. Pour Red Lemonade, c’est Richard Nash. Comme l’explique un membre de la communauté dans les FAQ, à tout moment Richard Nash peut «  taper sur l’épaule  » de l’un des auteurs qui a chargé son texte sur RL, et lui proposer de le publier. Mais l’auteur ne cède aucun droit en chargeant simplement son manuscrit sur la plateforme, et peut parfaitement, s’il en a l’opportunité, signer avec un autre éditeur.

À celui qui lui demande pourquoi les gens iraient acheter un livre qu’ils peuvent lire gratuitement en ligne, Richard Nash répond ceci :

Nous croyons que si un lecteur est si touché par ce que vous écrivez qu’il a passé quinze heures sur le site à le lire, il y a de bonnes chances qu’il souhaitera l’acheter lorsqu’il sortira en version imprimée. En fait, je dirais même qu’il ne se contentera pas de l’acheter, il dira à ses amis de l’acheter, mourra d’envie de vous rencontrer, et fera toutes sortes de choses qui valent bien plus que le prix d’un livre de poche. Souvenez-vous que la principale chose dont vous avez besoin, en tant qu’auteur, ce n’est pas de l’argent du lecteur, mais de son temps, et pas du temps au rabais, mais du sérieux, de la solitude, de l’attention, qu’il laisse votre voix envahir  son esprit pendant quinze heures ou plus (…) Tout ce qu’il y a à dire, c’est que nous pensons que de donner accès au texte complet de votre œuvre sur ce site augmentera votre audience, améliorera vos chances de publication dans d’autres formats, et augmentera le nombre de livres que vous vendrez dans ces formats.

Avant d’ouvrir Red Lemonade, Richard Nash parlait de son projet qu’il nommait Cursor, et je n’arrivais pas bien à faire le lien entre Cursor et Red Lemonade. La lecture du blog de Richard Nash ne me permettant pas d’éclaircir cette question, je lui ai demandé par mail de m’expliquer. En réalité, Cursor est le nom de la plateforme qui a été créée, et Red Lemonade est le premier éditeur à utiliser cette plateforme. L’idée de Richard Nash est de proposer cette plateforme nommée Cursor, pour permettre à des éditeurs ou à des personnes qui désirent monter une maison d’édition, ou à des gens qui animent déjà des communautés en ligne et qui désirent publier des livres, de se doter d’une plateforme semblable, d’en modifier l’aspect, et de se lancer dans un projet utilisant les mêmes fonctionnalités, mais avec leur propre sensibilité, qui attirera à chaque fois des auteurs différents, et des lecteurs / commentateurs / éditeurs différents. Il est donc possible d’obtenir une licence d’utilisation, et d’ouvrir sa propre plateforme, en utilisant la même technologie que Red Lemonade.

Cette initiative est à suivre de près. Elle est beaucoup plus radicale que celle qui consiste pour un éditeur à publier ses livres en version numérique, ou même à publier des livres directement et exclusivement en numérique. Elle inaugure une nouvelle forme d’exercice de la fonction d’éditeur, qui s’appuie sur ce que le numérique change dans la relation entre auteur et lecteur, qui associe l’expertise des lecteurs contributeurs au processus de sélection des œuvres, un changement qui me semble bien plus fondamental que le changement de support de lecture qui occupe tant les esprits aujourd’hui.

En complément à ce billet, j’ai traduit un texte dans lequel Richard Nash explique les idées qui ont inspiré son projet.

Le monde de l’édition tente de séduire les développeurs

L’édition américaine serait-elle en train de faire sa mue? Il y a quelques semaines se tenait un événement rassemblant les dirigeants des plus prestigieuses maisons d’édition américaines et ce fut le moment de constater que toute la profession se dirige vers une nouvelle ère. Livres Hebdo rapporte cette semaine le contenu des ces échanges qui permettent de réfléchir au tournant que prend actuellement l’édition américaine.

Sur les 80 dirigeants présents, ils ont été nombreux à avoir recruté des profils jadis absents des maisons d’éditions, comme des ingénieurs, des développeurs, des webdesigners ainsi que des statisticiens. Pour Scott Lubeck, directeur du Book Industry Study Group, ces recrutements d’un nouveau type concernent environ 10 à 15% des éditeurs qu’il étudie. Le reste des acteurs n’a pas encore amorcé ce changement de mentalité mais il est fort probable que ce pourcentage comprenne les éditeurs les plus importants (Random House, Simon & Schuster, Penguin etc.). Ainsi, l’édition adopterait progressivement la composition qui existe dans les start-ups évoluant dans l’édition numérique, dont les équipes sont majoritairement composées de développeurs mobiles et de designers.

Cependant, pour certaines entreprises, le choix de l’externalisation est fait au dépend de la constitution d’équipes en interne. HarperCollins fut le seul éditeur à détailler son choix, visant à trouver un juste milieu entre recrutement de compétences en interne et emploi de prestataires. Aujourd’hui, 22 salariés dédiés au numérique ont été recrutés par HarperCollins et l’entreprise envisage de continuer les recrutements dans les prochains mois. Une maison comme Random House est également engagée dans le même processus de recrutement, notamment avec cette récente annonce pour un Senior Digital Producer qui conviendrait parfaitement à un profil technique (mêlé d’une expérience marketing).

Pourtant, même si ce volontarisme est à souligner, qu’est-ce qui poussera un jeune développeur à venir sur la côte Est? En tout cas, ce ne sera pas la feuille de paie. D’après le site Payscale (un outil de comparaison de salaires), la rémunération d’un développeur chez un éditeur (presse ou livres) est de 61 100$ (soit plus de 42 000€) tandis que dans la Silicon Valley, une même personne pourra prétendre à un salaire de 69 000$ (47 600€). Bien entendu, ces chiffres ne reflètent pas forcément la réalité et l’écart peut s’avérer être plus élevé suivant les entreprises.

La situation est semblable en France où l’édition peine encore à séduire les techniciens du numérique dont elle a besoin. Aujourd’hui, les éditeurs se contentent d’externaliser leurs tâches de développement et d’élaboration de contenus. Concernant la production, Jouve ou Nord Compo récupère la majorité des contrats. Mais lorsqu’il s’agit de mettre un peu d’originalité, les maisons s’adressent à de petits structures, des start-ups qui exercent dans l’univers encore jeune de l’édition numérique ou du webdesign. Cependant, ce tissu de compétences est encore maigre et l’on ne peut déplorer le manque (actuel) d’innovations ou de créations en provenance de ces structures.

Encore jeunes, elles ont du mal à se mettre en phase avec les groupes d’éditions pour lesquels le numérique est encore un marché peu rentable. L’édition française est particulièrement hiérarchisée et les avis sur un projet numérique divergent souvent. De plus, l’absence de culture partagée entre le monde éditorial et celui des nouvelles technologies laisse parfois ces deux acteurs perplexes, l’un en face de l’autre. Une réponse intelligente passera par une intégration en interne de ces talents issus du monde du numérique, soit par un recrutement (mais comment séduire ces spécialistes?) ou bien des rachats de sociétés. Même si certaines d’entre elles laissent penser le contraire, les grands groupes d’édition ont encore une situation financière qui leur permet de réaliser des investissements, tant en ressources humaines qu’en technologies. Des investissements essentiels qui, s’ils sont faits, seront un pas important de l’édition vers l’ère du numérique.

USA : les ventes de livres électroniques explosent

L’association des éditeurs américains vient de rendre public les derniers chiffres concernant les ventes de livres électroniques aux Etats Unis. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le marché de la lecture numérique outre-Atlantique se porte bien. Les ventes ont en effet progressé de 115,8% entre janvier 2010 et janvier 2011 avec un chiffre d’affaire mensuel passant de 32,4  à 69,9 millions de dollars.

Alors que les ventes globales de livres aux Etats Unis pour le mois de janvier s’élevaient à 805,7 millions de dollars, le segment du livre numérique est en passe de franchir la barre des 10% de parts de marché. Une progression vertigineuse qui tend à montrer que les efforts réalisés par Amazon, Google, Apple, Barnes & Noble et les éditeurs américains sont en train de porter le fruit. La démocratisation du livre électronique aux Etats Unis ne fait que commencer, mais elle a le mérite de déjà exister…

Modèles économiques d’un marché naissant : le livre numérique

Le Département des Etudes de la Prospective et des Statistiques (DEPS) du Ministère de la Culture et de la Communication vient de faire paraître une synthèse très intéressante concernant les différents modèles économiques s’appliquant actuellement au marché du livre numérique en France et dans le monde.

  • Résumé

«Alors que le marché du livre numérique est encore balbutiant en France et représente moins de 1 % du chiffre d’af- faires des éditeurs, les stratégies commerciales mises en œuvre par les acteurs traditionnels de la chaîne du livre et par de nouveaux entrants permettent d’esquisser différentes configurations des marchés du livre numérique. La dématé- rialisation induit des mutations qui auront des conséquences sur l’ensemble de la filière : disparition et apparition d’ac- teurs, perte, création et déplacement de valeur, restructuration industrielle.

Les enjeux de marché, soumis à certaines contraintes techniques comme celle de l’interopérabilité entre normes de fichiers et matériels de lecture, dépendent aussi du maintien ou de l’évolution de la législation régissant le commerce du livre en France : droits de propriété intellectuelle, fiscalité, mode de fixation du prix. Cette photographie cherche à synthétiser les futurs possibles de l’économie du livre numérique.»

Concentration et diversité sur le marché du livre – Notes d’un économiste

“Je reconnais également que la position des libraires n’est, collectivement, pas confortable : l’essentiel des librairies vivent de fait grâce à la vente de titres, des ouvrages de Barbara Cartland à Harry Potter qu’il est de bon ton de regarder de haut quand on veut faire partie d’un certain milieu intellectuel. Un grand écart entre la réalité des masses vendues et la représentation de ce qui est culturellement valable. La vie est au contraire plus facile pour les grandes chaînes qui ne se posent pas de telles questions.

Le problème survient donc, selon moi, au moment où la volonté de défendre un statut, ou ce qui est ressenti comme une mission, finit par être en décalage avec la réalité du marché : les revendications de spécificité ou d’aides publiques finissent par être minées par cet écart, faisant le jeu d’un Amazon mettant en évidence qu’il sert les livres que les lecteurs demandent.”

Tags:

Lieux de savoir 2. Les Mains de l’intellect (janvier 2011) | Lieux de savoir

“Il s’agit de montrer la part d’intelligence qui s’exprime dans les gestes de la main, dans son habileté, sa capacité à dessiner, écrire, fabriquer ; mais aussi la part des gestes dans l’intelligence : des opérations intellectuelles comme le raisonnement, la mémorisation, l’abstraction, la comparaison peuvent être conçues comme la manipulation d’objets, de problèmes ou d’idées, de concepts qui sont travaillés par des techniques particulières. “

Tags:

Le livre numérique vu de l’autre côté de la Méditerranée – La Feuille

“Sofiane est membre de membre de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, une association qui prône la bibliodiversité éditoriale et favorise l’édition solidaire. Cette association va d’ailleurs avoir, cette semaine, à Ouagadougou (Burkina Faso) où se tient la Foire internationale du livre, une première rencontre sur le sujet, notamment pour évoquer le lancement d’une étude sur l’opportunité de l’édition numérique pour les pays en développement. “

Tags:

Les livres numériques des Presses universitaires de Rennes

“Les PUR sont nées en 1984 de la volonté des enseignants-chercheurs de l’université Rennes 2 de prendre en main l’édition et la promotion des produits de la recherche. Elles ont désormais l’ambition d’être en priorité au service des établissements qui constituent le nouvel organisme : l’université Rennes 2, à laquelle elles restent attachées ; les universités d’Angers, de Bretagne occidentale (Brest), de Bretagne sud (Lorient-Vannes), de La Rochelle, du Maine (Le Mans), de Nantes, de Poitiers, de Tours et de Rennes 1. Le choix d’une politique d’édition indépendante et de qualité est garantie par un Comité éditorial, où les neuf universités sont représentées. La continuité des revues et des collections est assurée par des comités de lecture ou des directeurs.”

Tags:

Les électrons libres de l’édition – La vie des idées

“Marin Dacos et Pierre Mounier sont tous deux des chercheurs issus des humanités qui ont pris très tôt le virage des nouvelles technologies et plus précisément de l’édition électronique de textes, avec des plates-formes comme Revues.org, Calenda, ou Homo-numericus. Ils animent à quatre mains blogo-numericus, largement consacré à ce thème. À la pointe du développement de ces techniques, conscients à la fois des enjeux techniques et de contenu, jouissant d’une certaine distance à l’égard d’un monde de l’édition traditionnelle qui semble ne pas trop savoir par quel bout prendre la révolution numérique, ces deux auteurs étaient parmi les personnes les plus qualifiées pour parler des bouleversements que l’informatique et les réseaux apportent dans l’édition.”

Tags:

La schizophrénie des éditeurs franchouillards

“Les Anglo-saxons savent qu’on ne peut pous­ser deux mes­sages à la fois. Ils ont choisi le plus impor­tant. En France, il faut croire que l’éditeur passe avant l’auteur. Certes ils s’affichent en plus petit, mais tou­jours à une place de choix. En plus de limi­ter les pos­si­bi­li­tés gra­phiques, ce qui peut-être explique la médio­crité de nos cou­ver­tures, cette pra­tique résume le pen­chant nar­cis­sique de notre indus­trie du livre. « Nous d’abord. » La ren­contre entre un texte et un lec­teur n’est pas leur priorité.”

Tags:

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search