Projet Europeana libraries : des millions de contenus numériques pour la recherche

Europeana et plusieurs bibliothèques européennes lancent un projet ayant pour objectif de mutualiser et partager des millions de contenus numériques, ouvrant la voie à un nouveau réseau dédié aux chercheurs.

Dans un communiqué de presse à l'occasion de la conférence annuelle LIBER en juin dernier, Europeana Libraries annonce la mise en ligne, en deux ans, de « 5 millions de livres numérisés, rapports scientifiques, images et autres contenus numériques, incluant 1 200 films et clips vidéo, 850 000 images, et 4,3 millions de textes (livres, journaux, articles et thèses) ». La fondation Europeana est une initiative commune des membres de la Commission européenne et se présente sous la forme d’un portail public donnant accès à des collections de contenus numériques provenant de plus de 1 500 institutions culturelles européennes (bibliothèques, musées, galeries et archives). Son objectif est de devenir le point de référence pour l’ensemble de l’héritage culturel européen accessible en ligne. Le projet permettra de compléter les collections patrimoniales européennes avec des millions d’objets numériques incluant des trésors tels que des photographies de la guerre civile d’Espagne et des manuscrits serbes médiévaux, et issus d’un consortium de 19 bibliothèques universitaires et de recherche européennes.

Le projet Europeana Libraries, qui débutera officiellement en janvier 2012, est financé principalement par la Commission européenne et représente un coût total de plus de 4 millions d’euros. La Bibliothèque européenne, à l’origine de cette initiative, en assurera la coordination au cours des 2 premières années. Le projet s’appuie sur 4 associations principales : la Conference of European National Librarians (CENL), le Consortium of European Research Libraries (CERL), la Ligue des Bibliothèques Européennes de Recherche (LIBER) et la Europeana Foundation.

Lire la suite : Europeana Libraries : une collaboration à visée universitaire, Samuel MILLER, Inaglobal, 08 août 2011

 

Europeana on Youtube

Pour aller plus loin : 

Kindle : Amazon prépare son équipe européenne

Doucement, mais sûrement, Amazon se prépare à débarquer massivement sur le Vieux Continent. Ces derniers mois, deux têtes de pont ont été établies : en août, le nouveau Kindle était mis en vente sur Amazon.co.uk tandis l’Allemagne a reçu ses premiers exemplaires il y a quelques semaines. Le choix de ces deux marchés n’est pas étonnant. En effet, il s’agit aujourd’hui des marchés européens les plus dynamiques pour le livre numérique. Autre avantage du Royaume-Uni, un catalogue quasiment commun avec celui d’Amazon.com.

Tout cela n’est que la première étape. D’ici la fin de l’année, la firme de Seattle sera présente sur plusieurs nouveaux marchés, notamment l’Italie, l’Espagne ainsi que la France. Mais pour répondre à la demande et aux nouveaux débouchés, qui d’ici quelques années devraient être équivalents au marché américain, Amazon doit reconstruire un management identique à celui qui existe aux Etats-Unis. Le récent flot d’offres d’emploi mises en ligne sur le site d’Amazon viennent confirmer ce mouvement.

Le coeur du dispositif européen du Kindle sera basé au Luxembourg, comme le reste des activités numériques de la firme. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 18 offres d’emplois concernant le reader d’Amazon qui sont proposées. Les postes brossent plusieurs domaines, du management au déploiement technique du reader tout en passant par la négociations de contrats de distribution (pour l’Espagne et l’Italie). Une solide expérience est requise pour chaque poste tout comme un pratique parfaite de l’anglais. La société ne fait pas les choses à moitié et cela reflète l’importance de son investissement en Europe. On est bien loin des efforts déployés par Apple pour l’iBookstore dont l’équipe reste réduite.

Est-ce que l’importance de ce recrutement permettra un dialogue apaisé avec les éditeurs, avec une bonne capacité d’écoute de leurs besoins et leurs attentes? Cette large équipe n’ayant pas encore été recrutée, nous ne pouvons pas en être sûr. Les éditeurs ont aussi leur rôle, et des intérêts à défendre, dans les négociations qui vont être menées. Jusqu’à aujourd’hui, les premiers contacts entre Amazon et le monde de l’édition ont été organisés par le staff américain qui n’a pas manqué de rencontrer quelques difficultés avec ses interlocuteurs. La constitution d’une équipe européenne dédiée devrait palier à ce problème…

Luxembourg (Luxembourg)

Irlande (Cork)

L’Irlande va accueillir la direction du service après-vente d’Amazon. Comme la plupart des sociétés d’électroniques (Apple, Dell etc.), Cork est la ville de prédilection pour installer un service clientèle. Le Kindle ne déroge pas à la règle et un poste de manager est à pourvoir pour organiser ce futur service.

Royaume-Uni (Slough)

Amazon continue son expansion au Royaume-Uni. Après avoir connu un vif succès lors des fêtes de fin d’année, la firme de Seattle cherche à consolider sa position de leader sur son premier marché européen. Mais visiblement, Amazon veut améliorer ses contacts avec les éditeurs locaux en recrutant une nouvelle personne pour cette mission. Ce poste vient compléter l’équipe britannique déjà en place depuis quelques mois.

France (Paris)

Le stade de la rumeur a été dépassé depuis plusieurs semaines et c’est avec certitude que l’on peut dire que le Kindle va arriver dans nos contrées, d’ici la fin de l’année. Actuellement, Amazon France recherche trois personnes qui prendront le relais des équipes américaines pour s’occuper des négociations des contrats de distribution avec les éditeurs. Particularité française, l’ensemble de ces postes seront basés dans les locaux parisiens d’Amazon et non pas au Luxembourg (comme pour le personnel en charge de l’Espagne ou de l’Italie). Enfin, une dernière offre propre à la France a attiré notre regard. Amazon recherche également un ingénieur logiciel qui s’occupera du Kindle. On peut penser qu’il sera en charge dans un premier temps de la localisation de l’appareil. Un vrai privilège pour le marché français, là où les utilisateurs allemands doivent aujourd’hui se contenter d’un Kindle avec une interface en anglais…

Japon (Tokyo)

Enfin, Amazon semble aussi s’intéresser de près au marché japonais. A la grande surprise de l’entreprise, les utilisateurs japonais ont été attentifs à la sortie du Kindle 3. Très utilisé par les amateurs de mangas en raison de son écran E-Ink Pearl à fort contraste, l’aspect un peu rustique du produit n’a pas empêché les ventes. Du coup, la firme de Seattle se prépare à investir de manière plus organisée ce grand pays de l’électronique. A la clef, une offre d’emploi de “Kindle Book Evangelist”. Rien que pour le titre sur sa carte de visite, cela vaut le coup ! ;-)

Si le Kindle fonctionne dans une centaine de pays depuis bientôt plus d’un an, Amazon se prépare à amorcer la deuxième étape de sa stratégie. En ligne de mire, le marché européen avec des zones clefs bien définies, comme le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et la France. Pour chacun de ces pays, une petite équipe d’environ cinq personnes va préparer le lancement local du Kindle, épaulée par une solide équipe européenne. On ne peut que constater l’ampleur des moyens mis en oeuvre autour du Kindle, ce qui vient confirmer le poids considérable que pèse désormais le terminal de lecture dans les comptes de la firme. Amazon prépare donc un déploiement massif qui devrait modifier durablement le marché européen. Un effort qui sera sûrement renforcé par la sortie d’un nouveau Kindle et/ou d’une très attendue tablette. La vague Amazon ne passera pas inaperçue.

Scientix

La Commission européenne a ouvert, en mai dernier, Scientix, portail web destiné à toute personne intéressée par l’enseignement des sciences. Il donne accès à du matériel didactique, à des résultats de recherche et à des documents de fond issus des projets européens d’enseignement scientifique.
(Lu sur EchosDoc)

ENRICH Project and TEI P5 | ENRICH

Article on TEI P5 development and use in frame of ENRICH project by James Cummings and Lou Burnard, Oxford University

There are several quite distinct traditions for the description of primary sources, in particular manuscripts. Unlike books, such sources are unique objects, often of great cultural value, which are typically catalogued locally by the many different institutions holding them. This contributes further to the diversity of approaches taken. Great institutions are able to produce richly detailed, highly scholarly descriptions, while smaller or less well-resourced institutions cannot hope to do so. But with the widespread increase in the practice of digitization of such primary sources, there is increasing pressure to make their cataloguing uniform, so as to facilitate cross-site searching, and the sharing of information about resources held at many different institutions.

L’Europe à l’IDPF? – Aldus – depuis 2006

Billet envoyé par Alain Pierrot:"

L'IDPF, qui gère le standard ePub, renouvelle son bureau. Huit postes de directeurs sont ouverts. Verra-t-on les éditeurs européens porter des candidats?

A ma connaissance, seul Hadrien Gardeur (Feedbooks) jusqu'à présent, a investi temps et efforts pour participer à l'élaboration et l'amélioration du standard. Il serait temps que la voix d'autres éditeurs européens se fasse entendre.
Un bon sujet à évoquer aux Assises professionnelles du Livre Numérique organisées par le SNE qui ont lieu demain après-midi à la Mutualité à Paris.