Éthique, évaluation, publication

“Plus problématique est le phénomène de la vitesse contre lequel s’insurge le mouvement de la Slow Science. Car la nécessité de proposer rapidement de nouveaux résultats se traduit par des textes nombreux et parfois « risqués » dans leur contenus car n’ayant pas fait l’objet d’une contre-expertise suffisamment étoffée ou démultipliée, qui précisément implique du temps. Les études sur l’accroissement du phénomène de rétractation, i.e. de retrait d’articles (retraction  en anglais) sont nombreuses et s’accompagnent de constitution de bases de données ainsi que de blogs spécifiques.

Tags:

Paul Servais (dir.), L’évaluation de la recherche en sciences humaines et sociales. Regards de chercheurs

“1Cet ouvrage collectif rassemble des textes issus de communications effectuées lors de deux journées de réflexion sur l’évaluation de la recherche en sciences humaines et sociales, qui se sont tenues en novembre 2009 à l’université catholique de Louvain, à l’initiative des chercheurs de l’IACHSC1. L’un de ses apports consiste en la multiplicité de points de vue qui y sont déclinés, ancrés dans des espaces géographiques, des positions disciplinaires2 et/ou institutionnelles variées : si la majorité des intervenants sont des enseignant(e)s-chercheur(e)s ou des chercheur(e)s, certains d’entre eux occupent également des postes clés relatifs au financement de la recherche donc à l’évaluation des « meilleurs » projets3. Aussi plusieurs dispositifs d’évaluation de la recherche en sciences humaines et sociales sont abordés : en lien avec le classement des revues, les publications en général, relatifs à la quête de financement, ou encore plus marginalement à l’évaluation des laboratoires4… Ce qui caractérise évidemment cet ensemble de contributions réside dans le périmètre disciplinaire choisi : les sciences humaines et sociales. Quelles questions pose l’introduction accrue de dispositifs d’évaluation majoritairement quantitatifs, prévus d’abord pour les sciences naturelles et techniques, à des disciplines en grande partie qualitatives, dans un contexte général de réduction des financements publics alloués à la recherche et aux universités engagées dans une compétition internationale ? A la mesure de la diversité des quatorze contributions proposées, les lecteurs soucieux de saisir l’ensemble des rouages, enjeux et effets de l’évaluation de nos disciplines, peuvent être saisis de vertige. Pour autant, détracteurs comme défenseurs du système évaluatif tel qu’il est mis -et se met, via l’évaluation individuelle des enseignant(e)s-chercheur(e)s- en place, comme plus largement l’ensemble de la communauté scientifique, y trouveront réflexions et argumentations, basées sur des recherches comme des expériences, plus ou moins étayées. De multiples références bibliographiques réjouiront en outre celles et ceux qui prennent ce débat à cœur et veulent asseoir leur opinion sur des travaux et réflexions déjà élaborés. Plutôt que de suivre le fil de l’ouvrage, organisé en trois grandes sections, assorties d’une préface, j’en proposerai un compte-rendu non exhaustif, car ciblé, privilégiant la sociologie et l’anthropologie en contexte francophone ainsi que les apports réflexifs critiques.”

Tags:

The Emergence of a Citation Cartel « The Scholarly Kitchen

From an economics standpoint, self-citation is the easiest method to boost one’s citations. Every author knows this and cites his own articles, however peripheral their relationship is to the topic at hand. Editors know this as well, and some have been caught coercing authors into self-citing the journal. Other editors have published editorial “reviews” of the articles published in their own journal, focusing entirely on papers that have been published in the previous two years — the window from which the impact factor is generated.

Tags:

Le guide des égarés. » Pour une évaluation diversifiée et de nouvelles métries

Je reviens donc comme promis sur les métries et ce à quelques jours de la non-conférence du Thatcamp autour des digital humanities. Il n’y aura pas d’ateliers autour des métries. Je pense qu’il s’agit néanmoins d’un enjeu important tant il y a de nouveaux aspects à évaluer notamment autour du blog.

L’évaluation et les listes de revues – La vie des idées

L’évaluation, et la place qu’y occupe la bibliométrie, sont au cœur des débats actuels. Les enjeux sont majeurs : seront dotées en crédits les universités considérant la bibliométrie comme l’indicateur suprême de l’activité et de la qualité de la recherche. Or, comme le montre Florence Audier, les Français ont désigné comme cible d’excellence des revues auxquelles ils n’accèdent pas, sauf réseaux particuliers.

Définir l’excellence – La vie des idées

Comment juger de l’intérêt et de la qualité d’une recherche scientifique ? Dans un monde de ressources rares, l’attribution de financements implique une sélection drastique des projets et des candidats. La sociologue Michèle Lamont a enquêté sur le fonctionnement des jurys nord-américains pour comprendre comment l’« excellence » scientifique peut être définie de manière collégiale.