« Les grandes langues scientifiques doivent être préservées » | Digital Humanities à l’IHA

L’objet des sciences humaines et sociales est l’étude de l’homme et de la société. L’élaboration des concepts est par conséquent (en particulier au sein des grandes communautés scientifiques) étroitement liée aux langues nationales respectives. C’est dans la langue nationale que s’expriment la pensée et l’expérience de l’individu et du corps social, que le chercheur formule ses hypothèses, ses analyses et ses explications et qu’il les présente à ses collègues ainsi qu’à un plus large public.

Si la communication et les échanges scientifiques en Europe et dans le monde ne peuvent faire l’économie d’une lingua franca – l’anglais à l’heure actuelle –, il n’en demeure pas moins que le recours systématique à une langue tierce est insuffisant et n’est souvent qu’un pis-aller – certes souvent incontournable – dans l’optique d’une véritable communication et coopération entre des chercheurs issus de différentes communautés linguistiques. Dans le cadre de la coopération internationale, la qualité du travail de recherche en sciences humaines et sociales dépend pour une part non négligeable de bonnes connaissances dans la langue du partenaire, d’une part, et, d’autre part, de la qualité (établie en fonction de critères scientifiques rigoureux) des traductions. Actuellement, la qualité de la recherche, et par là celle de l’enseignement, est menacée par la tendance regrettable qui consiste à considérer qu’il n’est pas nécessaire de s’intéresser à ce qui n’est pas publié en anglais. Les traductions sont une manière de remédier à cette situation, faire du plurilinguisme une condition obligatoire pour l’accès aux études doctorales (au plus tard !) en serait une autre.

Tags: