InDesign vers l’iPad et l’ePub : Adobe donne des détails

Sur son blog, Adobe vient d’apporter un certain nombre de précisions à propos de la publication vers l’iPad (et autres tablettes) de documents mis en page dans InDesign.
La solution complète comprendra trois parties, l’une existante partiellement, les deux autres à venir. Depuis la CS5, InDesign comprend plusieurs outils “interactifs”, permettant (entre autre) d’intégrer des vidéos, des diaporamas et des boutons de navigation. Ces différentes fonctionnalités ne nécessitent aucune forme de programmation. L’inconvénient est que le résultat obtenu n’est actuellement exportable qu’en Flash. A la fin de l’été, une mise à jour du logiciel (ou un plug-in, Adobe ne précise pas) permettra d’exporter les documents InDesign interactifs vers la deuxième partie de la solution : Digital Content Bundler, une sorte d’intégrateur.

Digital Content Bundler (littéralement un “paquet de contenu digital”) est une sorte de mini système de gestion de flux éditorial (du type Woodwing ou Quark Publishing System), mais très simplifié. Il permet de formater le document interactif : méta-données pour l’indexation (fondamentale pour l’édition numérique), gestion du chemin de fer et, enfin, exportation vers l’iPad dans un nouveau format : “.issue” (rappelons que “issue” signifie “numéro” en français, dans le sens d’une publication périodique : le numéro de juillet de Wired, “the July issue of Wired” par exemple).

La dernière partie sera en fait un “player” (logiciel de lecture qui permet la consultation d’un type de document : vidéo, PDF, musique, image, etc.) Digital Content Viewer, qui permettra de consulter les documents au format “.issue”. Adobe ne précise pas s’il aura des fonctions de “gestion de bibliothèque” (comme le logiciel de lecture vidéo VLC par exemple) pour les anciens numéros. L’aspect le plus important de cette annonce est l’arrivée d’un nouveau format de document, le “.issue”. En attendant d’avoir plus de détails nous pouvons nous poser quelques questions.

Tout d’abord, pourquoi Adobe n’essaye-t-il pas d’adapter les fichiers PDF pour qu’ils soient lisibles sur iPad et autres tablettes en exploitant toutes leurs possibilités ? Le format PDF est capable de gérer de la vidéo, d’avoir des boutons, d’intégrer de la 3D, etc. Alors quand on sait que l’éditeur a bataillé pendant plusieurs années avant de réussir à l’imposer aussi bien auprès du grand public que des professionnels (de la chaîne graphique par exemple), nous nous demandons pourquoi Adobe n’essaie pas de développer les fonctions interactives de ce format pour les rendre plus performantes. A moins que la structure du format PDF n’ai atteint ses limites ?

Et si une de ses principales limites est qu’il n’est pas réellement “reformatable” comme l’ePub (permettant ainsi d’adapter la mise en page du texte sur des écrans 3,5″ aussi bien que sur des écrans de 10″), il serait surprenant que le format “.issue” le soit. D’autre part, quelle sera la nature de ce format “.issue” ? Sera-t-il un dérivé enrichi du PDF, de l’ePub (ce dernier ayant déjà pour cœur un autre format, le xHTML), voir même du format de base d’InDesign (INDD) ou un nouveau format inconnu ?

Et sera-t-il lisible sur d’autres supports que les tablettes ? Cette vidéo le laisse supposer, via Adobe Air qu’Adobe essaie de promouvoir depuis quelques temps. Et dans ce cas, à quel point pourrait-il être un concurrent du format SWF (généré par le logiciel Flash d’Adobe) ? Ce qui signifierait que Digital Content Viewer serait porté sur iOS (le système d’exploitation de l’iPad), sur MacOS et sur Windows…

Ensuite, si les outils paraissent assez simple pour les graphistes et les non-développeurs, ils n’auront certainement pas (du moins dans un premier temps) la puissance d’un développement spécifique avec du code. Solution qui permet une totale liberté et une puissance de de navigation interactive inégalée mais à un prix bien supérieur. Le format “issue” sera-t-il le bon compromis entre capacité de navigation interactive et coût réduit ?

Enfin, nous avions mentionné l’un des possible (mais conséquent) inconvénients de la publication numérique avec InDesign : être obligé de créer plusieurs fois le même document, une par destination. Sauf bonne surprise, les précisions apportées vont, malheureusement, dans ce sens : un document InDesign pour la version imprimée, un document InDesign vers le format .issue pour les tablettes, un document InDesign pour l’ePub à destination des livres électroniques, des smartphones et des tablettes (mais alors avec une interactivité et un contenu très limités pour l’instant, même s’il commence à être possible d’intégrer de la vidéo) et jusqu’à trois document InDesign pour le format PDF (un par taille de document…) !

Mais, quelque part, cette quête du Graal de la publication (un seul document lisibible sur tous les supports électroniques – née avec le Web et le HTML) n’est-elle pas vaine ? Jusqu’à présent, un éditeur doit souvent réaliser plusieurs documents informatiques pour chacune des éditions papiers d’un même ouvrage…

Ces questions purement techniques s’ajoutent aux très nombreuses interrogations que se posent les auteurs, les éditeurs et les différents acteurs de la chaîne du livre et que nous relayons régulièrement. Les mois qui viennent devraient enfin voir des solutions de publication concrètes et économiquement viables émergées…

Partager cet article :

Twitter
Facebook
Digg
del.icio.us
Wikio
Netvibes
email
Print
PDF

De InDesign à l’iPad : les nouvelles solutions de publication


eBouquin participait mardi soir à la première réunion du Paris InDesign User Group (groupe d’utilisateur d’InDesign de Paris). Cette session était consacrée aux fonctions de publication plurimedias à partir d’InDesign, le logiciel professionnel de mise en page d’Adobe. Quelques informations et réflexions par rapport à ce qui a été dit et montré sur InDesign et sur l’actualité récente de l’iPad.

Tout d’abord l’iPad. Comme il est possible de le constater en lisant la presse spécialisée (abandon des projets de Microsoft et de HP – sans doute jugés pas assez compétitifs par rapport à l’appareil d’Apple –, portage de la solution de lecture d’Amazon sur l’iPad, adaptations plus ou moins réussie de journaux et de livres, portages d’applications iPhone, etc.), l’iPad est pris très au sérieux par les différents acteurs technologiques et éditoriaux. Et Adobe fait partie de ces entreprises qui ont compris le potentiel offert par la tablette. Ses équipes sont en train d’adapter certains de leurs logiciels pour qu’ils puissent publier des documents lisibles sur l’iPad (rappelons que pour différentes raisons, Apple refuse l’implémentation du plug-in Flash sur ses appareils mobiles). Comme d’autres, l’éditeur de San Jose a compris combien les possibilités de navigation offertes par la tablette allait changer notre rapport à l’outil informatique (l’un des principaux animateurs de la soirée, Branislav Milic, parlait d’une “immersion complète” pendant la navigation, ce que ne permettent ni les interfaces – clavier, souris, écran non tactile – d’un ordinateur, ni les dimensions trop réduites de l’iPhone).

D’autre part, Adobe a compris que l’avenir de la publication papier était de plus en plus compromis (même s’ils ne l’expriment pas aussi directement). Chaque nouvelle version d’InDesign apporte de nouvelles fonctions de publication vers l’écran. S’il était déjà possible de générer des PDF interactifs (donc exploitable avec plus ou moins de facilité sur un livre électronique en fonction de son écran, tactile ou non), des pages HTML, des données XML, de l’ePub depuis la CS3, InDesign CS5 permet de transformer facilement un document destiné à l’impression en document Flash ! A chaque nouvelle version, InDesign se positionne un peu plus comme un logiciel de mise en page multi-supports plutôt que comme un “simple” logiciel de mise en page “papier”.

Enfin deux produits, plus ou moins concurrents ont récemment été présentés en France : Woodwing Entreprise de Woodwing mardi soir donc et PressDisplay de NewspaperDirect lors du forum ePaperWorld à La Villette. Dans les deux cas, l’objectif est de générer un document lisible sur l’iPad avec une “expérience utilisateur enrichie”.

Woodwing Entreprise (réservé à une gestion de flux multi-supports à grosse échelle, de par son prix envisagé et la richesse de l’outil) est un système de gestion éditoriale, dans lequel InDesign n’est qu’une brique. Le système est centré sur la gestion du contenu (articles, photos, vidéos, fichier audio, etc.) qui peut être adapté et diffusé, via InDesign pour la mise en page, vers un document imprimé, un site Web, un smartphone, une tablette iPad, etc. L’exemple d’adaptation le plus connu est celui du Time Magazine.

Tandis que PressDisplay est un système de kiosque à journaux très amélioré, qui intervient (sans InDesign) à la post-publication des titres. Il permet de s’abonner à la lecture des journaux avec qui NewspaperDirect à passé un accord (1500 environ). Il est alors possible d’y accéder n’importe ou dans le monde depuis de nombreux appareils (ordinateur, smartphone, tablette, livre élecronique, etc.) avec un accès Internet, bien sur.

Pour l’iPad, une fois le journal téléchargé sur son ordinateur, une moulinette analyse le contenu et enrichie le fichier : surlignage des titres, affichage des articles dans une fenêtre déroulante optimisée, création d’une table des matières interactives, etc. De nombreuses fonctions permettent d’accéder à l’information : filtres thématiques, recherches avec mots-clés, alertes emails, etc.

Avec le succès de l’iPad (aux Etats-Unis pour l’instant), les éditeurs de presse ont la possibilité de renouveler complètement la notion de “journal” ou de magazine, aussi bien dans le contenant que dans le contenu (lire ce que nous en disions à propos de Vanity Fair). Les outils de production (logiciel, plateforme en ligne, système de gestion de contenu, etc.) et les formules vont certainement se multiplier : un “journal-application” à télécharger à chaque nouveau numéro (comme les CD-Roms culturels des années 90 mais plus facilement accessible et beaucoup plus interactif – un logiciel comme Director pourrait retrouver toute sa raison d’être), une web-application (ce que semble permettre le HTML5) une application de lecture (à ne télécharger qu’une fois) et un contenu séparé, une application indépendante pour chaque article, une application thématique qui génère “mon journal” en récupérant les articles de différents journaux (comme un agrégateur de flux RSS mais en recomposant les différents articles), etc. Les possibilités ne manquent pas et nous ne manquerons pas de vous signaler les plus intéressantes.

Partager cet article :

Twitter
Facebook
Digg
del.icio.us
Wikio
Netvibes
email
Print
PDF