Ecriture web et dimension juridique

Hier, j’étais invité par l’établissement Livre au Centre à donner une conférence au CCDP de Tours sur le thème « Ecriture web et dimension juridique« , dont voici le support.

Excellente expérience et angle d’attaque très intéressant, pour traiter deux sujets au coeur de mes préoccupations : le droit et l’écriture, ainsi que les rapports qu’ils entretiennent.

En préparant le support, je me suis rendu compte que j’écrivais toujours en gardant en arrière plan les règles applicables à l’acte d’écriture en ligne, et que plutôt que de les vivre comme un carcan, elles avaient fini par devenir une sorte de « contrainte oulipienne », dont on peut jouer et même tirer profit pour créer.

C’est ce que j’ai essayé de faire passer dans cette présentation.

Vous y trouverez un panorama des règles applicables à l’écriture web du droit d’auteur à la liberté d’expression, en passant par des questions comme la dimension collaborative de l’écriture en ligne, l’intégration du multimédia, la propulsion et la dissémination des contenus, la curation.

Mise en abîme en temps réel, l’intevention a été copieusement livetweetée par l’auditoire, avec le hashtag #Juriweb, et la conférence sur l’écriture web s’est instantanément volatilisée en écritures sur le web…

Merci @fbon, @GBoutouillet, @Isamaton, @Cecile_k, @s_caillaud, @livreaucentre pour leurs tweets ! Merci aussi à Lionel Dujol, pour son (remarquable) support « L’écriture web au service de la médiation des contenus« , dont je me suis inspiré pour mon plan.

Avant de vous laisser le support de l’intervention (sous licence CC-BY comme d’habitude), je vous part de la dernière question qui m’a été posée. On me demandait quel espoir j’avais de voir évoluer le système et si le droit serait toujours en retard sur l’évolution technologique et les pratiques.

J’ai répondu qu’il y avait à mon sens deux façons de changer le système : par le bas, en libérant dès l’origine les contenus en les plaçant sous licence libre ou par le haut en changeant la loi. La première option a montré son efficacité, mais elle a aussi ses limites (ex : sur les 5 milliards de photos de Flickr, 190 millions « seulement » sont sous licence Creative Commons). La seconde option, le changement de la loi, paraît improbable, surtout dans le contexte d’un pays comme la France.

Mais en réfléchissant, j’ai conclu en disant qu’après tout, le droit d’auteur avait réussi à s’adapter à un grand nombre d’évolutions technologiques parce que son appareil conceptuel était formulé de manière suffisamment large et abstraite pour épouser le changement. On peut penser ce que l’on veut du droit d’auteur, mais il faut reconnaître que jusqu’à une date récente la loi était remarquablement bien écrite. Les notions d’oeuvre, d’auteur, de reproduction, de représentation ou de contrefaçon ont pu ainsi glisser de l’environnement physique à l’environnement analogique, sans grande difficulté.

Mais pour y poser des interdictions et organiser des monopoles…

Ce qui nous manque, ce sont les mots de l’autorisation, un appareil de concepts permissifs, pensés de manière suffisamment abstraite pour s’adapter aux évolutions et organiser l’ouverture.

Et donc, l’évolution du droit d’auteur dépend avant tout de la capacité, du législateur à savoir réinventer les mots de l’autorisation.

Une question d’écriture, en somme…

Filed under: Formations et ressources pour se former Tagged: écriture, curation, dissémination, droit d’auteur, internet, liberté d’expression, partage, propulsion

Le Parlement européen vote en faveur d’un Internet mobile ouvert

“Le Parlement européen a validé par 615 voix contre 26 le rapport sur le spectre radioélectrique, issu de l’examen du paquet télécom. Le document dresse une stratégie de gestion du spectre à l’échelle européenne, afin de soutenir le développement du haut débit sur le Vieux Continent. La Quadrature du Net a salué pour sa part des amendements ouvrant la voie à un Internet mobile ouvert.”

Tags:

La Freedom Box ou la petite boîte qui voulait que l’Internet restât libre – Framablog

“Eben a conclu en annonçant la création de la Freedom Box Foundation, qui a vocation à rendre tout cela disponible et « moins cher que des chargeurs de téléphone portable ». Il y a une génération, nous avons pris le chemin de la liberté, et nous y sommes encore. Mais nous devons passer à la vitesse supérieure, et donner à nos outils un objectif plus politique. Nos amis sont dans la rue ; si nous ne les aidons pas, ils seront en danger. La bonne nouvelle est que nous avons déjà presque tout ce dont nous avons besoin, et qu’il n’y a plus qu’à se retrousser les manches.”

Tags:

La neutralité d’Internet – Winston MAXWELL, Nicolas CURIEN

“L’explosion du trafic, les menaces croissantes contre la sécurité, ainsi que la nécessité de financer les réseaux du futur bouleversent l’écosystème de l’Internet.
Né aux États-Unis, un débat passionné autour de la « neutralité » de la Toile gagne aujourd’hui l’Europe. D’un côté, les éditeurs de contenus et les internautes veulent innover et échanger en toute liberté, sans ingérence des opérateurs de réseaux ; de l’autre, les opérateurs souhaitent gérer le trafic à leur guise sur leurs infrastructures et recevoir une rémunération de la part des éditeurs pour le transport des données.
Cet ouvrage a pour ambition de présenter les termes du débat, ses protagonistes et ses enjeux. Mêlant cas concrets et analyses théoriques, articulant les aspects historiques, techniques, juridiques, économiques et sociétaux de la neutralité d’Internet, il en offre une vision équilibrée hors de toute position partisane.”

Tags:

Pour contourner le blocage du Web, les modems 56K (et FDN!)

“Parce qu’il s’agit bien d’une attaque flagrante d’un Etat contre Internet, FDN a décidé d’ouvrir une petite fenêtre sur le réseau en mettant à disposition de qui le souhaite un compte d’accès RTC [réseau téléphonique commuté]”, explique le FAI, connu pour ses engagements en faveur de la neutralité d’Internet ou la liberté d’expression. Les internautes égyptiens peuvent utiliser la ligne +33 1 72 89 01 50 et se connecter avec l’identifiant et le mot de passe “toto” pour accéder à une connexion de secours à bas débit.”

Tags:

Internet, information et société : mes 200 sites et blogs de référence

Parmi les petites nouveautés que je mets en place peu à peu depuis quelques temps sur novövision (j’y reviendrai au fur et à mesure), voilà donc mon annuaire dynamique et interactif en ligne de mes (presque) 200 sites et blogs de référence dans les domaines qui m’intéressent ici, c’est à dire pour l’essentiel : « internet, information et société ».

Annuaire dynamique, qu’est-ce que c’est ?

Un annuaire, c’est d’abord une liste. J’ai donc passé en revue les plus de 700 sources regroupées dans mon agrégateur, pour retenir les plus intéressantes et pertinentes parmi celles qui sont actives (qui avaient publié récemment). Je les ai référencées dans un annuaire avec une petite description et classées dans l’une des catégories que j’ai retenues :

Dynamique ?

J’exploite les possibilités assez développées de syndication de sites internet que me propose le logiciel de publication de ce blog, Spip2. Ainsi, cet annuaire ne se contente pas de référencer l’adresse internet des sites retenus. Il intègre également l’adresse de leurs flux RSS, ce qui permet de référencer ici leurs publications en temps réel : mises à jour plusieurs fois par jour ; seuls le titre, un extrait du texte et un lien direct sont publiés ; les publications datant de plus de deux mois sont effacées automatiquement ; les blogs qui n’ont rien publié depuis deux mois n’apparaissent plus ; ils réapparaissent automatiquement s’ils se réveillent. :o).

Interactif ?

La possibilité vous est offerte d’interagir avec cet annuaire de plusieurs manières :

  • en notant les sites référencés. Quand ces sites auront accumulé suffisamment de vos notations pour que le résultat soit significatif, je publierai votre propre top de sites préférés, mis à jour en temps réel.
  • en commentant ces sites, pour dire ce que vous en pensez (en restant courtois et, si possible, constructif, bien entendu, sinon je censure ! B-) ).
  • le logiciel de publication de ce blog offre une fonctionnalité pour vous permettre de suggérer vous-mêmes un nouveau site à référencer, mais l’expérience que j’en ai fait ces dernières semaines m’amène à constater que cette fonctionnalité est très mal protégée contre le spam. Je l’ai donc suspendue, lassé du nettoyage permanent et massif que ça m’imposait… Vous pouvez, à défaut, proposer de nouveaux blogs et sites à référencer dans les commentaires de ce billet (les commentaires sont bien mieux protégés contre le spam que la fonction de suggestion de site ou blog ;-) ).

Le web de narvic

Pourquoi un annuaire ?

Cet annuaire dynamique (et interactif) fait de novövision une sorte d’agrégateur en ligne. C’est pour vous une porte d’entrée supplémentaire sur le web, sous cet angle particulier que c’est le reflet de ma propre vision du web. Ce sont des sites et blogs qui m’intéressent et que je lis. C’est le web de narvic.

Comme ce blog est mon propre espace de publication pour mes billets, comme – désormais – il l’est aussi pour ma revue du web (je vous en reparle bientôt), je ne souhaite pas m’en remettre à des services extérieurs, que je ne contrôle pas, pour assurer ma « présence en ligne » en ce qui concerne l’agrégation non plus. Je me méfie en effet des services tels que ceux de Google, Netvibes, Facebook, Twitter, etc. Si je ne me prive pas d’utiliser certains d’entre eux, je préfère garder tout de même un certain contrôle sur tout ça. Du coup, vous disposez de tout ça ici, sur novövision : mes billets, ma revue web et mon outil de veille.

Le second point qui me parait important, après cette question d’autonomie en ligne, c’est la question de la qualification des sources sur internet, qui me préoccupe depuis longtemps. Les sources que je référence ici sont ainsi validées par la lecture régulière que j’en fais moi-même – et la possibilité que je conserve de couper le robinet, si quelque chose me pose un problème.

Il ne s’agit ici d’agrégation ni automatisée, ni sociale, mais purement personnelle. C’est fait par moi et sous mon contrôle. Si vous appréciez les billets de ce blog, il est possible que vous appréciiez aussi les sources qui me nourrissent.

« Re-publier, c’est piller »

Par ailleurs, j’ai tâché de mettre en place un système qui soit respectueux des sites et blogs référencés, en veillant à ne pas verser dans la tare absolue, à mes yeux, de la pure et simple re-publication de billets sur un autre site. Lire sur novövision, si besoin était : Agrégation de contenus versus agrégation de liens : les parasites du net (janvier 2009).

« Lier, c’est partager ; re-publier, c’est piller. »

C’est toujours ma philosophie (les blogueurs qui acceptent la re-publication fussent-ils les complices de leur propre pillage, en donnant leur accord à celui qui leur tond la laine sur le dos !). :-P

Donc, ici, on ne re-publie pas ! On référence ! (avec une petite description, un simple extrait, et un lien direct, bien mis en valeur). Qui plus est, on qualifie la source, et on veille sur sa production. Donc, on ne cherche nullement à vous dispenser d’aller consulter l’information à la source. Bien au contraire, on vous y encourage.

Sur ce, bonne lecture. Et revenez souvent, il y a du neuf en permanence, dans l’annuaire dynamique et interactif de novövision.


Illustration : …fa…, par 0% (CC)


Un “AlloCiné” pour le livre

Le site Liwreo.com propose depuis un an des bandes-annonces de livres, ou -pour employer le vocabulaire de la publicité- des sortes de « teasers » d’une minute pour « accrocher » le lecteur en lui dévoilant de manière ludique quelques éléments de l’intrigue ou de l’ambiance d’un livre.
Les vidéos, parfois réalisées en collaboration avec l’auteur, sont insérées dans un environnement web très 2.0, avec des fiches détaillées sur les auteurs, des critiques presse et des critiques de lecteurs. Par ailleurs, le site se veut aussi une librairie en ligne par le biais d’Amazon.fr pour passer en un clic de la vidéo au papier.

Lire la suite : Liwreo.com, mai 2010

Interview de Philippe Fuentes, l'un des créateurs de Liwreo, lors du Salon du Livre de Paris 2010

Pour aller plus loin :