Le renouveau des livres dont vous êtes le héros

Les tablettes et les téléphones mobiles sont en train de donner une nouvelle jeunesse aux livres dont vous êtes le héros, estime Keith Stuart du Games Blog du Guardian. La société “Choose Your Own Adventure” (CYOA, Choisissez votre propre aventure), qui détient les droits de nombreux classiques de cette littérature dite interactive a porté plusieurs de ses titres sur l’iPhone. Edward Packard, le créateur originel de la série CYOA a créé la marque U-Ventures pour faciliter l’adaptation de nombres de ses anciens titres sur le système d’exploitation de l’iPhone.

La société Bright AI travaille à la conversion des titres de Steve Jackson, l’un des auteurs phares des livres dont vous êtes le héros (notamment la série Fighting Fantasy (Défis fantastiques en français publiés chez Folio Junior) en court de portage sur smartphones comme Le labyrinthe de la mort, Le sorcier de la montagne de feu). Pour l’iPad et l’iPhone, le développeur australien Tin Man a conçu l’excellente série de Fantasy Adventures Gamebook (déjà 4 titres : 1er épisode), qui dans un monde Tolkienesque vous entraîne dans des cimetières humides, des réseaux d’égouts labyrinthiques accompagné d’élégantes illustrations sépia et doté d’un système très efficace de jeté de dés et de mémorisation des pages… Car ici, la fiction interactive fusionne avec des éléments de jeux de rôle (combats avec des dés, inventaires des possessions…).

tinmangames.1294843374.gif

D’autres applications, moins élaborées, permettent également de télécharger des romans d’aventures interactifs en mode textes, comme Twisty pour téléphones Androïd ou Frotz pour les iPad et iPhone.

Le Kindle d’Amazon connait également ses premières applications interactives, notamment avec Choice of Broadsides (Kindle Store), une histoire interactive développée par Choice of Games, qui a reçu une mention honorable au dernier Festival des jeux indépendants (également disponible pour iPhone), l’une des compétitions du secteur.

Ce qui est intéressant c’est que les systèmes logiciels qui permettent de construire ces histoires deviennent également disponibles. Choice of Games a publié ChoiceScript, un langage disponible gratuitement sur le web et qui permet aux utilisateurs de créer leurs propres titres (même si, reconnaît Keith Stuart, le langage n’est pas encore très facile à utiliser). iStory (disponible sur l’iPhone), permet également de développer ses propres histoires interactives – même si l’interface utilisateur n’est pas encore très amicale.

Reste que cela ouvre des perspectives, estime Keith Stuart. Notamment celui de voir de plus en plus d’utilisateurs (et d’auteurs) investir ces dispositifs pour créer de nouvelles histoires, où les éléments interactifs pourraient faire partie du processus créatif lui-même.

Pour l’instant, il est juste amusant de redécouvrir le concept des romans interactifs, leurs limites et leurs bizarreries, leurs conventions et leurs tactiques narratives. Il y a juste encore deux problèmes, estime Keith Stuart, très peu d’applications vous permettent de retracer votre itinéraire à travers les pages ou de relancer les dés. Comme dans trop de versions informatiques de jeux familiaux traditionnels (comme le Monopoly ou le Scrabble), les règles l’emportent sur le lecteur. Dit autrement, ces systèmes ne permettent pas suffisamment de tricher !

Visiblement, on ne trouve encore aucun de ces titres en français. Peut-être que les éditeurs des éditions françaises devraient se rapprocher des développeurs originaux pour y porter leurs titres ? Vite, avant que la mode ne passe à nouveau, ou que les formes interactives commencent à conquérir de nouvelles natures d’histoires. Ce qui, technologie aidant, ne devrait pas être improbable, pour autant que les auteurs réinventent les conventions et les tactiques narratives un peu simplistes de ces formes précurseures.

PS : pour ceux qui cherchent quelques bonnes applications de lecture, Le BookLab vient de publier son Best Of des applications de livres enrichis.

[from sentinelle] Will iPad apps change the concept of books? | TeleRead: News and views on e-books, libraries, publishing and related topics

At The Guardian’s “The Observer” section, John Naughton looks at a couple of iPad apps that change the way reading works, and suggests that they (and others like them) may be changing the entire “concept” of a book.

(…)
Another is an appbook by David Eagleman, a $7.99 iPad-only publication called Why the Net Matters. As with Stephen Fry’s recent appbook, Eagleman’s arranges the text in a different way than simply static text. It can be read non-sequentially, and has multimedia and hypertextual features to enhance the experience. Eagleman has a YouTube video explaining how it works:


http://www.delicious.com Bookmark this on Delicious
– Saved by sentinelle
to







More about this bookmark

Une mise à jour majeure pour iBooks

On l’attendait depuis plusieurs semaines, c’est désormais chose faite. Apple vient de réaliser une mise à jour importante de son application iBooks. Estampillée 1.2, cette nouvelle version apporte plusieurs améliorations bienvenues telles que la gestion des collections (PDF, Livres + Collections Personnalisées) ou le support d’AirPrint pour l’impression de documents PDF.

Côté visuel, on observera qu’Apple a également revu la texture et la couleur du bois de la bibliothèque, désormais plus claire, plus légère, pour faire davantage ressortir les livres posés sur les étagères.

Les principales nouveautés d’iBooks 1.2

  • Profitez de livres illustrés, allant des livres d’images pour enfants à de magnifiques livres d’art, disponibles dans l’iBookstore.
  • Rangez vos livres et PDF dans des collections personnelles. Balayez l’écran vers la gauche ou la droite pour passer d’une collection à l’autre.
  • Servez-vous de la fonction AirPrint pour imprimer des documents PDF et des notes que vous avez prises dans iBooks.
  • iBooks permet désormais l’affichage de plus de mots par page grâce à la fonction de coupure de mot automatique, disponible uniquement sur les appareils équipés d’iOS 4.2 ou ultérieur.

Partager cet article :

Twitter
Facebook
Identi.ca
Digg
del.icio.us
Wikio
Netvibes
email
Print
PDF

InDesign vers l’iPad et l’ePub : Adobe donne des détails

Sur son blog, Adobe vient d’apporter un certain nombre de précisions à propos de la publication vers l’iPad (et autres tablettes) de documents mis en page dans InDesign.
La solution complète comprendra trois parties, l’une existante partiellement, les deux autres à venir. Depuis la CS5, InDesign comprend plusieurs outils “interactifs”, permettant (entre autre) d’intégrer des vidéos, des diaporamas et des boutons de navigation. Ces différentes fonctionnalités ne nécessitent aucune forme de programmation. L’inconvénient est que le résultat obtenu n’est actuellement exportable qu’en Flash. A la fin de l’été, une mise à jour du logiciel (ou un plug-in, Adobe ne précise pas) permettra d’exporter les documents InDesign interactifs vers la deuxième partie de la solution : Digital Content Bundler, une sorte d’intégrateur.

Digital Content Bundler (littéralement un “paquet de contenu digital”) est une sorte de mini système de gestion de flux éditorial (du type Woodwing ou Quark Publishing System), mais très simplifié. Il permet de formater le document interactif : méta-données pour l’indexation (fondamentale pour l’édition numérique), gestion du chemin de fer et, enfin, exportation vers l’iPad dans un nouveau format : “.issue” (rappelons que “issue” signifie “numéro” en français, dans le sens d’une publication périodique : le numéro de juillet de Wired, “the July issue of Wired” par exemple).

La dernière partie sera en fait un “player” (logiciel de lecture qui permet la consultation d’un type de document : vidéo, PDF, musique, image, etc.) Digital Content Viewer, qui permettra de consulter les documents au format “.issue”. Adobe ne précise pas s’il aura des fonctions de “gestion de bibliothèque” (comme le logiciel de lecture vidéo VLC par exemple) pour les anciens numéros. L’aspect le plus important de cette annonce est l’arrivée d’un nouveau format de document, le “.issue”. En attendant d’avoir plus de détails nous pouvons nous poser quelques questions.

Tout d’abord, pourquoi Adobe n’essaye-t-il pas d’adapter les fichiers PDF pour qu’ils soient lisibles sur iPad et autres tablettes en exploitant toutes leurs possibilités ? Le format PDF est capable de gérer de la vidéo, d’avoir des boutons, d’intégrer de la 3D, etc. Alors quand on sait que l’éditeur a bataillé pendant plusieurs années avant de réussir à l’imposer aussi bien auprès du grand public que des professionnels (de la chaîne graphique par exemple), nous nous demandons pourquoi Adobe n’essaie pas de développer les fonctions interactives de ce format pour les rendre plus performantes. A moins que la structure du format PDF n’ai atteint ses limites ?

Et si une de ses principales limites est qu’il n’est pas réellement “reformatable” comme l’ePub (permettant ainsi d’adapter la mise en page du texte sur des écrans 3,5″ aussi bien que sur des écrans de 10″), il serait surprenant que le format “.issue” le soit. D’autre part, quelle sera la nature de ce format “.issue” ? Sera-t-il un dérivé enrichi du PDF, de l’ePub (ce dernier ayant déjà pour cœur un autre format, le xHTML), voir même du format de base d’InDesign (INDD) ou un nouveau format inconnu ?

Et sera-t-il lisible sur d’autres supports que les tablettes ? Cette vidéo le laisse supposer, via Adobe Air qu’Adobe essaie de promouvoir depuis quelques temps. Et dans ce cas, à quel point pourrait-il être un concurrent du format SWF (généré par le logiciel Flash d’Adobe) ? Ce qui signifierait que Digital Content Viewer serait porté sur iOS (le système d’exploitation de l’iPad), sur MacOS et sur Windows…

Ensuite, si les outils paraissent assez simple pour les graphistes et les non-développeurs, ils n’auront certainement pas (du moins dans un premier temps) la puissance d’un développement spécifique avec du code. Solution qui permet une totale liberté et une puissance de de navigation interactive inégalée mais à un prix bien supérieur. Le format “issue” sera-t-il le bon compromis entre capacité de navigation interactive et coût réduit ?

Enfin, nous avions mentionné l’un des possible (mais conséquent) inconvénients de la publication numérique avec InDesign : être obligé de créer plusieurs fois le même document, une par destination. Sauf bonne surprise, les précisions apportées vont, malheureusement, dans ce sens : un document InDesign pour la version imprimée, un document InDesign vers le format .issue pour les tablettes, un document InDesign pour l’ePub à destination des livres électroniques, des smartphones et des tablettes (mais alors avec une interactivité et un contenu très limités pour l’instant, même s’il commence à être possible d’intégrer de la vidéo) et jusqu’à trois document InDesign pour le format PDF (un par taille de document…) !

Mais, quelque part, cette quête du Graal de la publication (un seul document lisibible sur tous les supports électroniques – née avec le Web et le HTML) n’est-elle pas vaine ? Jusqu’à présent, un éditeur doit souvent réaliser plusieurs documents informatiques pour chacune des éditions papiers d’un même ouvrage…

Ces questions purement techniques s’ajoutent aux très nombreuses interrogations que se posent les auteurs, les éditeurs et les différents acteurs de la chaîne du livre et que nous relayons régulièrement. Les mois qui viennent devraient enfin voir des solutions de publication concrètes et économiquement viables émergées…

Partager cet article :

Twitter
Facebook
Digg
del.icio.us
Wikio
Netvibes
email
Print
PDF

Discover transforme Wikipedia en magazine grâce à l’iPad

Depuis la sortie de l’iPad, les applications qui permettent d’accéder à Wikipedia avec une interface et une navigation différentes de celle proposées par le site n’en finissent plus de sortir sur l’AppStore. Après Wikipanion, Articles, WikiHD, voici la dernière application de la société Cooliris, Discover, spécialiste des interfaces innovantes pour accéder à différents types de contenus. Discover est une application pour iPad qui permet d’afficher le contenu de Wikipedia avec une interface à laquelle nous n’aurions pas forcément pensé pour une encyclopédie : le design d’un magazine.

Cette application est l’exemple parfait de ce qu’un choix d’interface peut apporter au contenu et comment il change le rapport que le lecteur a avec ce dernier. Au-delà de la simple mise en page, on notera également que Discover utilise tous les moyens possibles pour que le lecteur interagisse avec Wikipedia : passage mode paysage à mode portrait, intégration de plusieurs gestes pour faciliter la navigation etc.

Discover for iPad

Il se pourrait bien que Discover renouvelle le genre des applications Wikipedia. En tout cas, il s’agit d’un programme à suivre de très près et que nous ne manquerons pas de tester dans les prochains jours. Pour être tenu au courant de la sortie de Discover, rendez-vous sur le site dédié.

Partager cet article :

Twitter
Facebook
Digg
del.icio.us
Wikio
Netvibes
email
Print
PDF

App Inventor and the culture wars

Google’s new App Inventor gets to the heart of the cultural difference between Apple and Google. If you haven’t seen it yet, App Inventor is an experimental new SDK for the Android platform. What’s different about App Inventor is that there’s practically no coding per se; it’s an entirely visual language. Its heritage goes back to Logo, but more directly, to Scratch, which has a snap-together, building-block model for describing behavior.

App InventorApp Inventor’s intent is to enable people who wouldn’t normally program to develop the apps that they want; to make it possible to write Android apps without being a “software developer.” This is revolutionary; they’re not trying to lower the bar, they’re throwing it away entirely. I don’t know if App Inventor will succeed, but it’s an important experiment.

I want to contrast this with the iPhone, which has a much different model. When I last wrote about the iPhone, many commented on Apple’s focus on the perfect user experience. I largely agree (and said so in the article), and I think Google is unlikely to match that. Apple has an app store to guarantee that poorly designed apps never get to the user (the fact that many junky apps make it into the store is, well, another issue). The user gets the perfect curated experience. I won’t even begin to argue about whether App Inventor’s UI components are as elegant as Cocoa’s. They aren’t. But Google has taken another direction altogether: the user’s experience isn’t going to be perfect, but the user’s experience will be the experience he or she wants. If you want to do something, you can build it yourself; you can put it on your own phone without going through a long approval process; you don’t have to learn an arcane programming language. This is computing for the masses. It’s computing that enables people to be creative, not just passive consumers.

It’s sort of like travel: you can go to Club Med or take a cruise ship if you want a crafted experience. But you won’t find out anything about the local culture, you’ll only eat the local food in controlled settings, you’ll never hear the native language spoken. You’ll just do the limited set of things the organizers want you to do. Many years ago, I was in Juneau, Alaska, wandering around on a back street in what may well have been a “dangerous” part of town. I kicked a piece of trash lying in the gutter, and it turned out to be an Eagle totem crudely carved on a piece of scrap lumber. That’s still one of my prize possessions, and it’s not the sort of thing you find if you insist on the safe guided tour.

That’s an important difference. Apple is saying “trust us, it will just work.” Google is saying “We’ll help you to be creative and make your own stuff that works for you.” There’s nothing inherently wrong with either approach. Apple’s approach is more appropriate for an entertainment device, more like the ’60s TV, radio, or dial phone. It does more, but it’s still sealed; you can’t open it up and hack it. There are plenty of people who want that kind of experience — possibly a majority. Google is opening up the guts and letting you create — and taking the gamble that people who haven’t been creative in the past will start.

What will we see coming out of App Inventor? Probably lots of junk, but does that matter? In Cognitive Surplus, Clay Shirky talks about the “stupidest possible creative act,” which he associates with LOLcats. What Clay realizes, and what Google realizes, is that the “stupidest possible creative act” is much better than no creative act at all, or limiting creativity to a small elite. A world full of LOLcats is preferable to a world full of network sitcoms. The history of creativity is filled with lots of trash; but in a weird way, the trash enables the truly great creative works to come into being. You can’t have one without the other.

I did say that there’s nothing inherently wrong with Apple’s approach, but it’s clear that I don’t really believe that. I can muster some grudging respect for that position (and yes, I do like stuff that “just works”), but I can’t imagine anything more dreadful than a world where creativity is always mediated by someone else. I don’t think I’ll ever take a vacation at Club Med. Apple has built a culture around creating the perfect user experience, and they’ve done wonderful things in refining that experience, but at great cost: I cannot imagine Apple offering non-programmers the ability to develop for the iPhone. If ported to iOS, App Inventor, or its equivalent, would presumably violate the iOS developer agreement. Creativity — whether the creativity of others or your own — is what makes life worthwhile, and enabling creativity is a heroic act. Google has built a culture around enabling others’ creativity, and that’s worth celebrating.

Related:

De InDesign à l’iPad : les nouvelles solutions de publication


eBouquin participait mardi soir à la première réunion du Paris InDesign User Group (groupe d’utilisateur d’InDesign de Paris). Cette session était consacrée aux fonctions de publication plurimedias à partir d’InDesign, le logiciel professionnel de mise en page d’Adobe. Quelques informations et réflexions par rapport à ce qui a été dit et montré sur InDesign et sur l’actualité récente de l’iPad.

Tout d’abord l’iPad. Comme il est possible de le constater en lisant la presse spécialisée (abandon des projets de Microsoft et de HP – sans doute jugés pas assez compétitifs par rapport à l’appareil d’Apple –, portage de la solution de lecture d’Amazon sur l’iPad, adaptations plus ou moins réussie de journaux et de livres, portages d’applications iPhone, etc.), l’iPad est pris très au sérieux par les différents acteurs technologiques et éditoriaux. Et Adobe fait partie de ces entreprises qui ont compris le potentiel offert par la tablette. Ses équipes sont en train d’adapter certains de leurs logiciels pour qu’ils puissent publier des documents lisibles sur l’iPad (rappelons que pour différentes raisons, Apple refuse l’implémentation du plug-in Flash sur ses appareils mobiles). Comme d’autres, l’éditeur de San Jose a compris combien les possibilités de navigation offertes par la tablette allait changer notre rapport à l’outil informatique (l’un des principaux animateurs de la soirée, Branislav Milic, parlait d’une “immersion complète” pendant la navigation, ce que ne permettent ni les interfaces – clavier, souris, écran non tactile – d’un ordinateur, ni les dimensions trop réduites de l’iPhone).

D’autre part, Adobe a compris que l’avenir de la publication papier était de plus en plus compromis (même s’ils ne l’expriment pas aussi directement). Chaque nouvelle version d’InDesign apporte de nouvelles fonctions de publication vers l’écran. S’il était déjà possible de générer des PDF interactifs (donc exploitable avec plus ou moins de facilité sur un livre électronique en fonction de son écran, tactile ou non), des pages HTML, des données XML, de l’ePub depuis la CS3, InDesign CS5 permet de transformer facilement un document destiné à l’impression en document Flash ! A chaque nouvelle version, InDesign se positionne un peu plus comme un logiciel de mise en page multi-supports plutôt que comme un “simple” logiciel de mise en page “papier”.

Enfin deux produits, plus ou moins concurrents ont récemment été présentés en France : Woodwing Entreprise de Woodwing mardi soir donc et PressDisplay de NewspaperDirect lors du forum ePaperWorld à La Villette. Dans les deux cas, l’objectif est de générer un document lisible sur l’iPad avec une “expérience utilisateur enrichie”.

Woodwing Entreprise (réservé à une gestion de flux multi-supports à grosse échelle, de par son prix envisagé et la richesse de l’outil) est un système de gestion éditoriale, dans lequel InDesign n’est qu’une brique. Le système est centré sur la gestion du contenu (articles, photos, vidéos, fichier audio, etc.) qui peut être adapté et diffusé, via InDesign pour la mise en page, vers un document imprimé, un site Web, un smartphone, une tablette iPad, etc. L’exemple d’adaptation le plus connu est celui du Time Magazine.

Tandis que PressDisplay est un système de kiosque à journaux très amélioré, qui intervient (sans InDesign) à la post-publication des titres. Il permet de s’abonner à la lecture des journaux avec qui NewspaperDirect à passé un accord (1500 environ). Il est alors possible d’y accéder n’importe ou dans le monde depuis de nombreux appareils (ordinateur, smartphone, tablette, livre élecronique, etc.) avec un accès Internet, bien sur.

Pour l’iPad, une fois le journal téléchargé sur son ordinateur, une moulinette analyse le contenu et enrichie le fichier : surlignage des titres, affichage des articles dans une fenêtre déroulante optimisée, création d’une table des matières interactives, etc. De nombreuses fonctions permettent d’accéder à l’information : filtres thématiques, recherches avec mots-clés, alertes emails, etc.

Avec le succès de l’iPad (aux Etats-Unis pour l’instant), les éditeurs de presse ont la possibilité de renouveler complètement la notion de “journal” ou de magazine, aussi bien dans le contenant que dans le contenu (lire ce que nous en disions à propos de Vanity Fair). Les outils de production (logiciel, plateforme en ligne, système de gestion de contenu, etc.) et les formules vont certainement se multiplier : un “journal-application” à télécharger à chaque nouveau numéro (comme les CD-Roms culturels des années 90 mais plus facilement accessible et beaucoup plus interactif – un logiciel comme Director pourrait retrouver toute sa raison d’être), une web-application (ce que semble permettre le HTML5) une application de lecture (à ne télécharger qu’une fois) et un contenu séparé, une application indépendante pour chaque article, une application thématique qui génère “mon journal” en récupérant les articles de différents journaux (comme un agrégateur de flux RSS mais en recomposant les différents articles), etc. Les possibilités ne manquent pas et nous ne manquerons pas de vous signaler les plus intéressantes.

Partager cet article :

Twitter
Facebook
Digg
del.icio.us
Wikio
Netvibes
email
Print
PDF