Open access and preservation in the European Research Area (Bruxelles, 25 et 26 novembre)

Openaccess

Licence CC by-nc-nd 2.0

Marin Dacos, directeur du Cléo, a été mandaté par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour le représenter à l’atelier de travail sur le libre accès réuni par la Commission européenne les 25 et 26 novembre.

Voici la présentation de l’atelier :

The workshop will explore the following question:

HOW CAN WE PROMOTE OPEN ACCESS AND PRESERVATION IN THE EUROPEAN RESEARCH AREA?

The purpose of the workshop is to offer a space for collective reflection with national experts on open access and preservation, develop a shared understanding of Europe’s needs in these areas, reinforce relevant connections and networks, and engage Member States to take action individually and collectively.

Results of this seminar will inspire the European Commission’s ongoing policy development on open access and preservation in the context of the Framework Programme for Research and Development, and of the European Research Area.

An Update on Taking Up a Collection for arXiv – Wired Campus – The Chronicle of Higher Education

In January, Cornell University announced that it would be passing the hat for arXiv, the widely used online repository that houses e-prints of journal articles in physics, quantitative biology, mathematics, computer science, and related fields. The repository has long been housed at Cornell but had gotten too expensive to maintain alone, the university said…

Tags:

Archives scientifiques ouvertes : HAL

Photo de D'Arcy Norman (flickr)

Initié par le CNRS en 2001, le projet HAL (Hyper archives en ligne) participe d’un mouvement plus large de développement des archives ouvertes (l’Open Archives Initiative)1.

Consulter HAL

Côté lecteur, on y trouve un grand nombre de travaux universitaires, sur le même principe que les revues en ligne, mais avec une variété de documents plus importante : working papers, version écrite d’intervention en colloque, etc. HAL se décline en plusieurs sous-portails. L’un d’entre eux est Thèse en ligne (TEL), dont le nom se suffit à lui-même ! Deux autres, qui intéresseront également particulièrement les lecteurs de ce carnet, sont HAL-SHS, consacré aux articles en sciences humaines et sociales, et @rchiveSIC, dédié aux articles en sciences de l’information et de la communication. Évidemment, tous ces sous-portails et quelques autres sont inclus dans le portail HAL, et une recherche dans HAL donne accès à tous les articles disponibles dans l’archive quel que soit le sous-portail auquel ils sont associés.

La citation d’un article en ligne sur HAL est particulièrement aisée. Chaque dépôt est définitif (donc pas de mauvaises surprises lorsque vous citez un article HAL, vous pourrez toujours le retrouver), et dispose d’une référence relativement courte, à l’image de cet article, un des derniers archivés sur HAL-SHS au moment où je rédige ce billet : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00275564/fr/

Notez qu’en bas de la notice, vous trouvez l’adresse e-mail du contributeur. Ce peut être une bonne façon de savoir comment contacter tel ou tel chercheur…

Attention toutefois. HAL ne publie pas que des articles publiés et validés par un comité scientifique, mais aussi des working papers, des articles en cours de soumission dans des revues fonctionnant sur le principe du peer-reviewing, et des articles qui n’ont fait l’objet d’aucun peer-review2.

N’allez plus à HAL, laissez HAL venir à vous

Outre la consultation via le moteur de recherche du site HAL, on peut s’abonner à des flux RSS 3 dont certains sont particulièrement intéressants. Il est ainsi possible d’être tenu automatiquement informé des nouveaux archivages d’un chercheur dont on souhaite suivre le travail, de son directeur de thèse (au besoin, poussez-le à déposer sur HAL ;-) ), de son laboratoire ou d’un laboratoire dont les activités sont particulièrement intéressantes… La façon de créer un tel flux RSS n’est pas des plus intuitives, puisqu’il faut composer soi-même l’URL du flux RSS. Mais moyennant quelques tentatives, on y arrive sans trop de difficulté. Quelques exemple :

  • Pour être abonné aux nouveaux dépôts sur HAL d’un chercheur : http://hal.archives-ouvertes.fr/rss.php?author=prenom_nom
  • Pour être abonné aux nouveaux dépôts sur HAL d’un laboratoire, il suffit de connaître le nom de l’UMR : http://hal.archives-ouvertes.fr/rss.php?lab=UMRXXXX
  • ou le nom du laboratoire : http://hal.archives-ouvertes.fr/rss.php?lab=labo

Photo d'ALA TechSource (flickr)

Le principe de composer soi-même le flux RSS devient particulièrement intéressant lorsque l’on souhaite combiner les nombreux critères que l’on peut prendre en compte (nom du chercheur, laboratoire, année de publication, type de publication, langue, etc.)

Déposer sur HAL

Côté contributeur, le principe général est celui de l’auto-archivage : chacun est libre de mettre ses textes scientifiques à disposition, ou une notice indiquant les informations principales relatives à telle ou telle publication4. Il est également possible de renseigner les articles d’autres personnes – le plus souvent, dans ce cas, seule la notice est disponible. Attention à ne pas alimenter les déceptions5

Le dépôt sur HAL à plusieurs avantages. D’abord, il assure une forte visibilité à l’article ainsi archivé. Il est non seulement disponible en ligne (si l’auteur ne se contente pas d’une notice…), mais également relativement bien référencé dans les moteurs de recherche scientifiques. La publication d’un article déposé sur HAL est rapide (48h en général), et constitue en outre une forme de protection du travail. Enfin, HAL permet d’exporter des bibliographies à partir des articles archivés6.

  1. Pour plus de détails sur le principe des archives ouvertes, voir « L’archive ouverte HAL-SHS : Comment ça marche, pourquoi s’en servir ? » de Caroline Abela, disponible, bien sûr, sur HAL
  2. Au passage, un petit billet qui porte, précisément, sur cette question de la validation par les pairs sur le blog d’Enro.
  3. Si la notion de flux RSS vous est inconnue, bientôt un billet devrait vous faire découvrir les usages sympathiques que cache ce nom barbare.
  4. Odile Contat propose un document synthétique présentant une description précise du fonctionnement et du cadre juridique du dépôt sur HAL.
  5. Voir à ce sujet l‘article d’Éliane Daphy et Minh Ha-Duong – disponible sur HAL, bien sûr.
  6. On trouvera une analyse plus poussée de l’intérêt  à déposer sur HAL sur les Carnets de la Phonothèque.