Linux Plus-Value: XFS

XFS combine la technologie de journalisation avançée avec un adressage full 64-bit et des structures et algorithmes scalable. Cette combinaison fournit le système de fichiers scalable et le plus performant des systèmes de fichiers au monde.
Le Système de fichier XFS fournit les dispositifs principaux suivants:
Journalisation – recouvrement rapide :
Le XFS inscrivant la technologie lui permet de se remettre en marche très rapidement après une interruption inattendue, indépendamment du nombre de dossiers qu’il contrôle. La nécessité traditionnelle de filesystems font les contrôles spéciaux de filesystem après une interruption, qui peut prendre beaucoup d’heures pour accomplir. L’inscription de XFS évite ces contrôles prolongés de filesystem.

Tags:

Pour une migration plus tendre vers GNU/Linux ?

En ce sens, malgré l’aspect brut des propositions d’UFC, je pense sincèrement qu’elles pourraient nettement favoriser le support et l’image de Linux, pour à terme permettre une migration plus tendre vers GNU/Linux. Malheureusement, cela devra passer passer par une étape difficile durant laquelle les habitudes utilisateurs vont être bousculées.

Tags:

Linux-HA

The Linux-HA project maintains a set of building blocks for high availability cluster systems, including a cluster messaging layer, a huge number of resource agents for a variety of applications, and a plumbing library and error reporting toolkit.

You usually want to deploy the Pacemaker Cluster Resource Manager on top of the Heartbeat infrastructure layer. If you happen to be still under the impression that this CRM would be part of Heartbeat, please see Why was the Pacemaker Project Created?

De la motivation au sein d’une communauté

Il est fort probable que vous ayez déjà vu la vidéo ci-dessous. Elle m’est revenue en mémoire à la faveur du précédent billet De la confiance au sein d’une communauté dont elle lui fait en quelques sorte écho.

Cette vidéo me passionne dans le fond et dans la forme.

Le fond c’est son sujet, à savoir la motivation. Qu’est-ce qui nous motive au juste ?, se demande ici Dan Pink, en fustigeant l’efficacité des récompenses traditionnelles, argent en tête de gondole.

Pour vous la résumer, rien de tel que ce commentaire glané sur le site Rue89 :

« Des études comportementales scientifiques, indubitablement indépendantes du complot socialo-communiste mondial (MIT, unversité de Chicago et Carnegie, financées par la banque fédérale US), démontrent que, si l’amélioration de la productivité d’une tâche mécanique peut-être induite par sa récompense en terme de rémunération, ce n’est pas le cas des tâches cognitives et créatives.

Dans ce cas, le principe de la carotte est plutôt contre-productif. Pour les œuvres humaines plus compliquées que le travail à la chaine, en effet, les trois facteurs identifiés comme induisant une amélioration de la créativité, de la productivité et de la qualité sont :

  • Autonomy, qui se traduit comme ça se prononce.
  • Mastery, le développement personnel et la recherche de l’expertise.
  • Purpose, le but de l’activité, qui sera autant de motivation qu’il satisfait aux critères éthiques et moraux du collaborateur.

Ces résultats, outre qu’ils expliquent l’efficacité de modèles de développement coopératifs tels que Linux ou Wikipédia, remettent en question les dogmes du management, voire de notre modèle économique.

  • Taf à la con où humain = machine : motivation = thunes.
  • Taf intelligent où humain = 1 cerveau au bout des bras : motivation = autonomie + développement personnel + éthique.

C’est-à-dire le contraire de l’idéologie globalement à l’œuvre dans l’organisation de nos sociétés. »

Rien d’étonnant à ce que les deux plus célèbres projets libres soient cités en exemple parce qu’ils corroborent à merveille la théorie. On prend d’ailleurs bien soin de souligner que la participation à ces projets se fait après le boulot (alimentaire ?), sur notre temps libre.

Confiance et motivation ont assurément contribué à leur réussite. Et comme par hasard c’est ce qui semble faire le plus défaut aujourd’hui dans le monde du travail (cf par exemple les interventions de Bernard Stiegler sur la déprolétarisation et l’économie de la contribution).

Mais la forme de la vidéo est tout aussi remarquable, c’est-à-dire la mise en graphique, réalisée par la société londonienne Cognitive Media pour le compte de la RSA (Royal Society for the encouragement of Arts, Manufactures & Commerce), qui suit, illustre et structure visuellement en temps réel les propos de Dan Pink. Le dessin sollicite autrement la vue et donne sens à ce que l’on entend, apportant véritablement quelque chose en plus.

Il est vrai que cela a un côté un peu violent, parce qu’on est en quelque sorte bombardé d’informations multi-directionnelles. Mais ne pouvant prendre notre souffle, on est comme happé par l’exposé. Impossible d’en sortir ou de s’ennuyer, sauf à complètement se déconnecter.

À l’heure de la rentrée scolaire qui s’en vient à grands pas, l’enseignant que je suis trouve cette approche pédagogique extrêmement intéressante. Non seulement j’ai bien compris (alors que je n’ai qu’un piètre niveau d’anglais) mais je crois déjà, en une seule vision, en avoir retenu l’essentiel, sachant que, malgré la densité du discours, on fait tenir le tout en une dizaine de minutes top chrono[1] !

Et si jamais quelque chose vous a échappé, il suffit de la regarder à nouveau, quand vous voulez sur Internet, sans compter que, cerise sur le gâteau, vous obtenez à la fin un énorme, unique et cohérent poster de tous les dessins effectués prêt à être imprimé !

Le format est donc tout bonnement excellent (faudrait que Thierry Stœhr en consacre un billet sur son blog dédié, si ne c’est déjà fait).

Je me prends déjà à rêver d’une forge libre pleine à craquer de ce genre d’animations. Ce sont mes élèves qui seraient contents ! Mais aurait-on alors besoin des profs ? Si, oui, quand même un peu je pense 😉

D’ailleurs à ce propos, je suggère aux collègues d’anglais de trouver un prétexte pour montrer un jour cette vidéo à leurs lycéens, ça en vaut la peine et pourrait faire l’objet d’un intéressant débat dans la foulée, surtout si quelques uns ne savent pas encore ce qu’est Linux ou comment fonctionne Wikipédia.

Bon, il serait peut-être temps de la montrer, cette vidéo après une telle introduction…

URL d’origine de la vidéo sur RSA.org et au format Ogg sur TinyOgg.

Il en existe aussi une version sous-titrée en français, mais c’est presqu’alors impossible de suivre les dessins en direct live ! (mieux vaut plutôt écouter Dan Pink dire à peu près la même chose lors d’une conférences TED, autre format riche et pertinent).

Remarque : Il y a d’autres animations sur RSA.org sur des sujets aussi passionnants que l’empathie de notre civilisation, la question de l’éthique et de la charité et la crise du capitalisme.

Notes

[1] Note : L’article sur La Confiance a été peu parcouru, un commentaire me faisant de suite remarquer qu’il souffrait d’un syndrome qui affectie souvent ce blog, le syndrome TLDR, à savoir « Too Long; Didn’t Read » soit « Trop long pour être lu ». Il aurait dû lui aussi faire l’objet d’une telle animation !

KTCPVS – LVSKB

KTCPVS stands for Kernel TCP Virtual Server. It implements application-level load balancing inside the Linux kernel, so called Layer-7 switching. Since the overhead of layer-7 switching in user-space is very high, it is good to implement it inside the kernel in order to avoid the overhead of context switching and memory copying between user-space and kernel-space. Although the scalability of KTCPVS is lower than that of IPVS (IP Virtual Server), it is flexible, because the content of request is known before the request is redirected to one server.

LVS NAT + Keepalived HOWTO

"The main goal of the keepalived project is to add a strong & robust keepalive facility to the Linux Virtual Server project. This project is written in C with multilayer TCP/IP stack checks. Keepalived implements a framework based on three family checks : Layer3, Layer4 & Layer5. This framework gives the daemon the ability of checking a LVS server pool states. When one of the server of the LVS server pool is down, keepalived informs the linux kernel via a setsockopt call to remove this server entrie from the LVS topology. In addition keepalived implements a VRRPv2 stack to handle director failover. So in short keepalived is a userspace daemon for LVS cluster nodes healthchecks and LVS directors failover.

DRBD:What is DRBD

DRBD® refers to block devices designed as a building block to form high availability (HA) clusters. This is done by mirroring a whole block device via an assigned network. DRBD can be understood as network based raid-1.

In the illustration above, the two orange boxes represent two servers that form an HA cluster. The boxes contain the usual components of a Linux™ kernel: file system, buffer cache, disk scheduler, disk drivers, TCP/IP stack and network interface card (NIC) driver. The black arrows illustrate the flow of data between these components.

The orange arrows show the flow of data, as DRBD mirrors the data of a high availably service from the active node of the HA cluster to the standby node of the HA cluster.

TSM clients for Debian

Here you can find TSM clients for Debian 1) DEBIAN TSM CLIENT IS NOT SUPPORTED BY IBM – THEREFORE USE AT YOUR OWN RISK 2) clients were created by unpacking rpm packages, modifying startup scripts and packing things up using dpkg-deb if request is made, I will upload step-by-step HOWTO 3) you have to use set up your dsm.sys and dsm.opt files 4) I am learning with every version, so newer version is usualy better (give more info during installation, enviroment variables are set more properly etc.) 5) clients were tested on woody and sarge

Un Centre de Formation Logiciels Libres pour les Universités d’Île-de-France ! – Framablog

C’est pourquoi nous sommes fiers et heureux de pouvoir annoncer une grande première dans le monde universitaire : l’ouverture prochaine d’un CF2L, c’est-à-dire Centre de Formation Logiciels Libres en direction de tous les personnels des universités de la région d’Île-de-France (enseignants, chercheurs, administratifs, techniciens, ingénieurs, bibliothécaires,…).

D’autant plus fiers que Framasoft est directement impliqué en participant de près à la logistique.