La mondialisation de la recherche > Qu’est-ce qu’un livre ? Grandeurs et misères de la numérisation – Roger Chartier – Collège de France

Qu’est-ce qu’un livre ? Grandeurs et misères de la numérisation. Roger Chartier
Qu’est-ce qu’un livre ? Un discours qui a cohérence et unité, ou bien une anthologie de citations et d’extraits ? La conversion numérique d’objets de la culture écrite qui sont encore les nôtres, le livre, mais aussi la revue ou le journal, oblige de faire retour sur la question fondamentale. Cette opération est au fondement même de la constitution de collections électroniques permettant l’accès à distance des fonds conservés dans les bibliothèques. Bien fou serait celui qui jugerait inutile ou dangereuse cette extraordinaire possibilité offerte à l’humanité. « Quand on proclama que la Bibliothèque comprenait tous les livres, la première réaction fut un bonheur extravagant », écrit Borges,

La France adopte un prix unique du livre numérique

“Fruit d’un compromis, ce texte “garantit une rémunération de la création”, estime Hervé Gaymard. “Nous refusons d’entrer dans la logique “amazonienne”, qui consiste à ne favoriser que les consommateurs”, ajoute le député (UMP) de Savoie, qui était un des deux rapporteurs de la proposition de loi avec Colette Mélot, sénatrice (UMP) de Seine-et-Marne.

La clause d’extraterritorialité (article 3) et la part des droits revenant aux auteurs (article 5 bis) étaient les deux points qui achoppaient entre les Assemblées. L’accord trouvé constitue un signe politique fort à l’encontre de la Commission de Bruxelles, qui est hostile à toute régulation en amont des marchés émergents.

En mars, des inspecteurs des services de la concurrence ont perquisitionné les principaux groupes d’édition français pour vérifier qu’aucune entente n’existait entre eux sur le prix du livre numérique. La loi française sera contestée par les autorités bruxelloises, tout comme la loi Lang sur le prix unique du livre avait fait l’objet de contentieux dans les années 1990. “Nous avons deux ans pour nous préparer”, indique M. Gaymard.”

Tags:

Concentration et diversité sur le marché du livre – Notes d’un économiste

“Je reconnais également que la position des libraires n’est, collectivement, pas confortable : l’essentiel des librairies vivent de fait grâce à la vente de titres, des ouvrages de Barbara Cartland à Harry Potter qu’il est de bon ton de regarder de haut quand on veut faire partie d’un certain milieu intellectuel. Un grand écart entre la réalité des masses vendues et la représentation de ce qui est culturellement valable. La vie est au contraire plus facile pour les grandes chaînes qui ne se posent pas de telles questions.

Le problème survient donc, selon moi, au moment où la volonté de défendre un statut, ou ce qui est ressenti comme une mission, finit par être en décalage avec la réalité du marché : les revendications de spécificité ou d’aides publiques finissent par être minées par cet écart, faisant le jeu d’un Amazon mettant en évidence qu’il sert les livres que les lecteurs demandent.”

Tags:

Le prix unique du livre numérique doit-il s’opposer à la création libre ? | AFUL

“Le monde du numérique et les modèles économiques associés sont complexes et mouvants, et la prudence doit probablement prévaloir avant d’y figer quoi que ce soit. Du moins faut-il préciser avec soin quels objets sont visés par le législateur. Il nous semble important que les nouveaux modèles de création et d’exploitation aient le droit de se faire entendre au même titre que les modèles traditionnels. Il y va de la compétitivité économique et culturelle de notre pays dans un univers bouleversé par le numérique. Le meilleur témoin de l’intérêt économique et social de ces modèles est le soutien que leur apportent les collectivités territoriales par leur adhésion à l’association ADULLACT présidée par l’un de nous.

Le rapport Patino préconise (6) de “mettre en place des dispositifs permettant aux détenteurs de droits d’avoir un rôle central dans la détermination des prix”. Nous ne demandons rien d’autre.”

Tags:

L’Europe à l’IDPF? – Aldus – depuis 2006

Billet envoyé par Alain Pierrot:"

L'IDPF, qui gère le standard ePub, renouvelle son bureau. Huit postes de directeurs sont ouverts. Verra-t-on les éditeurs européens porter des candidats?

A ma connaissance, seul Hadrien Gardeur (Feedbooks) jusqu'à présent, a investi temps et efforts pour participer à l'élaboration et l'amélioration du standard. Il serait temps que la voix d'autres éditeurs européens se fasse entendre.
Un bon sujet à évoquer aux Assises professionnelles du Livre Numérique organisées par le SNE qui ont lieu demain après-midi à la Mutualité à Paris.