L’impact de l’eBook : un sondage

Aptara, société de services pour l’édition, a réalisé une étude qui vient d’être publiée courant septembre sur la base d’un échantillon de 1350 éditeurs. Plusieurs questions ont été posées dont les réponses mettent en exergue les tendances et les pratiques de nos confrères. Quatre segments ont été passés au crible :

– Le B2B : segment « corporate »,

– Le grand public : segment « trade »,

– Le professionnel : segment STM (scientifique, technique et médical),

– L’éducation : les enfants jusqu’à 12 ans (« K-12″) et l’édition pour les adolescents (« college »).

Il est important de noter que la plus grande partie des réponses proviennent d’éditeurs anglophones (70 % Etats-Unis, 8 % Royaume uni, 3 % Canada et 3 % Australie). Un tiers d’entre eux  vendent toutefois en dehors des Etats-Unis et du Canada, principalement en Allemagne, Espagne et Italie.

NB : cliquer sur les graphiques pour une meilleure lisibilité

La répartition par secteurs

L’édition grand public représente la plus grande part (30%), suivie par le segment éducation pour adolescents (25 %).

La motivation des éditeurs 

Avant tout, les éditeurs cherchent à augmenter leur chiffre d’affaires (42 %) et la demande des consommateurs (36 %), loin devant l’augmentation de la marge (3%).

Le pourcentage des titres distribués sous forme d’eBooks

Ce pourcentage augmente tous segments confondus. En moyenne, 37 % des éditeurs publient plus de 76 % de leurs titres sous cette forme.

Le pourcentage du CA généré par l’eBook

Pour 43 % des éditeurs, l’eBook génère aujourd’hui 1 à 3 % du chiffre d’affaires ; il s’élève à plus de 10 % pour 18 % des éditeurs interrogés. Toutefois, il est à noter que les éditeurs qui publient pour le segment éducatif pour adolescents sont mieux représentés (22 %), ce chiffre tombe à 7 % pour les publications destinées aux moins de 12 ans, sans doute en raison du déficit en équipements de cette cible.

Les terminaux et les plateformes

Les éditeurs ciblent principalement les ordinateurs PC/Mac (19 %), le Kindle (18 %), les supports epub (15 %) et l’ibookstore (15 %). Les PC/Mac sont l’équipement privilégié pour les segments publiant pour les moins de 12 ans (28 %), l’édition professionnelle (25 %) et les adolescents (23 %).

La distribution des eBooks

Rien d’étonnant, c’est Amazon qui domine le marché (18 %). Toutefois, la distribution sur le propre site de l’éditeur représente 16 % en moyenne (29 % pour les moins de 12 ans et 22 % pour l’édition professionnelle). Les éditeurs semblent donc avoir compris que la multiplication des canaux de distribution est un bon moyen de rendre plus visible les livres et par conséquent d’accroître le chiffre d’affaires.

Le chiffre d’affaires des eBooks est généré à 38 % par Amazon et 25 % par le site de l’éditeur.

La rétroconversion du fonds éditorial

44 % des éditeurs ont rétroconverti moins de 25 % de leur fonds éditorial et seulement 14 % ont procédé à cette conversion pour plus de 75 % du fonds. Ce chiffre est assez étonnant, car le eBook est une bonne manière de générer de nouveaux revenus, en particulier pour les titres épuisés. La théorie de la « long tail » semble donc n’avoir pas  été majoritairement appliqué.

eBook ou pBook

Les éditeurs publient majoritairement à la fois sur supports papier et numérique (85 %), ce chiffre est porté à 92 % pour le segment publiant pour les moins de 12 ans. Seulement  10 % des éditeurs publient l’ebook en remplacement du papier.

Workflow

Nous ne sommes pas encore entrés dans l’ère de l’édition multisupport. La source de l’ebook reste le PDF (38 %). C’est donc la chaîne de production traditionnelle qui est conservée. Pourtant investir dans un système éditorial est un bon moyen de réduire les coûts de production,  et de rendre les produits plus rapidement disponibles sur le marché.

Livres enrichis

21 % des éditeurs produisent des livres enrichis (35 % pour le segment des moins de 12 ans) et 42 % sont dans l’expectative.

Développement des applications

La tendance est la même pour les applications. 18 % des éditeurs en développent (23 % pour le grand public) et 41 % sont encore en cours d’investigation. Il y a donc là une réelle opportunité pour les pure players.

Challenge

Pour les éditeurs, le format des contenus et la compatibilité des terminaux s sont un réel enjeu. En effet, l’absence de compatibilité impose bien souvent de choisir de développer pour un équipement (Ipad v. tablettes androïd) au détriment d’un autre.

Pour aller plus loin, lire « Stratégie numérique des éditeurs de livres« .

[from sentinelle] Google Partners With iRiver to Make eReader

Google just announced on its blog that it's partnering with hardware maker iRiver to release the first e-reader device with built-in Google eBookstore support.

The e-reader device is called the iRiver Story HD and looks like the first generation Amazon Kindle, but with bronze buttons.

Using the Story HD, you'll be able to buy books from the Google eBookstore, a first for a dedicated e-reader device.

Before, you could buy books from the Google eBookstore and then read them on your phone or tablet.


http://www.delicious.com Bookmark this on Delicious
– Saved by sentinelle
to






More about this bookmark

[from sentinelle] Amazon multiplie les annonces concernant les ebooks

Amazon n'a jamais autant annoncé de nouveautés que ces dernières semaines. Il semble très clair que la marque accélère. Beaucoup de choses sont en cours et en préparation chez le n°1 mondial de l'ebook.

Depuis un peu plus d'une semaine, les annonces s'enchaînent chez Amazon, au point qu'on ne parle plus que de la marque Américaine lorsqu'on parle ebooks. Mais au vu des news qui tombent en ce moment, c'est plutôt justifié. Manifestement, Amazon a préparé beaucoup de choses ces derniers temps, et cherche manifestement à conforter sa position de leader du marché.


http://www.delicious.com Bookmark this on Delicious
– Saved by sentinelle
to




More about this bookmark

[from sentinelle] Bragelonne : 20 000 livres électroniques vendus en deux mois | eBouquin

Fin Novembre, les éditions Bragelonne annonçaient la commercialisation de leur catalogue en numérique. Avec, dés le lancement, près de 100 ouvrages au format ePub, vendus entre 2,99€ et 12,99€ sans DRM et distribués par l’intermédiaire des principaux e-libraires (Fnac, iBookstore, ePagine, Immatériel), l’éditeur spécialisé dans la littérature de l’imaginaire, avait mis toutes les chances de son côté pour se lancer sereinement à la conquête du marché du livre électronique.

Et il semblerait que les choix effectués aient porté leurs fruits, puisque deux mois seulement après le début de l’aventure, les éditions Bragelonne ont annoncé avoir vendu plus de 20 000 livres électroniques.

Des chiffres très encourageants donc, qui viennent récompenser l’absence de DRM et la politique de prix agressive de l’éditeur. Des chiffres qui viennent confirmer qu’en présence d’une offre légale attractive, la demande est bel et bien là, et disposée à rémunérer auteur et éditeur pour un livre électronique.


http://www.delicious.com Bookmark this on Delicious
– Saved by sentinelle
to






More about this bookmark