Projet Europeana libraries : des millions de contenus numériques pour la recherche

Europeana et plusieurs bibliothèques européennes lancent un projet ayant pour objectif de mutualiser et partager des millions de contenus numériques, ouvrant la voie à un nouveau réseau dédié aux chercheurs.

Dans un communiqué de presse à l'occasion de la conférence annuelle LIBER en juin dernier, Europeana Libraries annonce la mise en ligne, en deux ans, de « 5 millions de livres numérisés, rapports scientifiques, images et autres contenus numériques, incluant 1 200 films et clips vidéo, 850 000 images, et 4,3 millions de textes (livres, journaux, articles et thèses) ». La fondation Europeana est une initiative commune des membres de la Commission européenne et se présente sous la forme d’un portail public donnant accès à des collections de contenus numériques provenant de plus de 1 500 institutions culturelles européennes (bibliothèques, musées, galeries et archives). Son objectif est de devenir le point de référence pour l’ensemble de l’héritage culturel européen accessible en ligne. Le projet permettra de compléter les collections patrimoniales européennes avec des millions d’objets numériques incluant des trésors tels que des photographies de la guerre civile d’Espagne et des manuscrits serbes médiévaux, et issus d’un consortium de 19 bibliothèques universitaires et de recherche européennes.

Le projet Europeana Libraries, qui débutera officiellement en janvier 2012, est financé principalement par la Commission européenne et représente un coût total de plus de 4 millions d’euros. La Bibliothèque européenne, à l’origine de cette initiative, en assurera la coordination au cours des 2 premières années. Le projet s’appuie sur 4 associations principales : la Conference of European National Librarians (CENL), le Consortium of European Research Libraries (CERL), la Ligue des Bibliothèques Européennes de Recherche (LIBER) et la Europeana Foundation.

Lire la suite : Europeana Libraries : une collaboration à visée universitaire, Samuel MILLER, Inaglobal, 08 août 2011

 

Europeana on Youtube

Pour aller plus loin : 

Ecriture web et dimension juridique

Hier, j’étais invité par l’établissement Livre au Centre à donner une conférence au CCDP de Tours sur le thème « Ecriture web et dimension juridique« , dont voici le support.

Excellente expérience et angle d’attaque très intéressant, pour traiter deux sujets au coeur de mes préoccupations : le droit et l’écriture, ainsi que les rapports qu’ils entretiennent.

En préparant le support, je me suis rendu compte que j’écrivais toujours en gardant en arrière plan les règles applicables à l’acte d’écriture en ligne, et que plutôt que de les vivre comme un carcan, elles avaient fini par devenir une sorte de « contrainte oulipienne », dont on peut jouer et même tirer profit pour créer.

C’est ce que j’ai essayé de faire passer dans cette présentation.

Vous y trouverez un panorama des règles applicables à l’écriture web du droit d’auteur à la liberté d’expression, en passant par des questions comme la dimension collaborative de l’écriture en ligne, l’intégration du multimédia, la propulsion et la dissémination des contenus, la curation.

Mise en abîme en temps réel, l’intevention a été copieusement livetweetée par l’auditoire, avec le hashtag #Juriweb, et la conférence sur l’écriture web s’est instantanément volatilisée en écritures sur le web…

Merci @fbon, @GBoutouillet, @Isamaton, @Cecile_k, @s_caillaud, @livreaucentre pour leurs tweets ! Merci aussi à Lionel Dujol, pour son (remarquable) support « L’écriture web au service de la médiation des contenus« , dont je me suis inspiré pour mon plan.

Avant de vous laisser le support de l’intervention (sous licence CC-BY comme d’habitude), je vous part de la dernière question qui m’a été posée. On me demandait quel espoir j’avais de voir évoluer le système et si le droit serait toujours en retard sur l’évolution technologique et les pratiques.

J’ai répondu qu’il y avait à mon sens deux façons de changer le système : par le bas, en libérant dès l’origine les contenus en les plaçant sous licence libre ou par le haut en changeant la loi. La première option a montré son efficacité, mais elle a aussi ses limites (ex : sur les 5 milliards de photos de Flickr, 190 millions « seulement » sont sous licence Creative Commons). La seconde option, le changement de la loi, paraît improbable, surtout dans le contexte d’un pays comme la France.

Mais en réfléchissant, j’ai conclu en disant qu’après tout, le droit d’auteur avait réussi à s’adapter à un grand nombre d’évolutions technologiques parce que son appareil conceptuel était formulé de manière suffisamment large et abstraite pour épouser le changement. On peut penser ce que l’on veut du droit d’auteur, mais il faut reconnaître que jusqu’à une date récente la loi était remarquablement bien écrite. Les notions d’oeuvre, d’auteur, de reproduction, de représentation ou de contrefaçon ont pu ainsi glisser de l’environnement physique à l’environnement analogique, sans grande difficulté.

Mais pour y poser des interdictions et organiser des monopoles…

Ce qui nous manque, ce sont les mots de l’autorisation, un appareil de concepts permissifs, pensés de manière suffisamment abstraite pour s’adapter aux évolutions et organiser l’ouverture.

Et donc, l’évolution du droit d’auteur dépend avant tout de la capacité, du législateur à savoir réinventer les mots de l’autorisation.

Une question d’écriture, en somme…

Filed under: Formations et ressources pour se former Tagged: écriture, curation, dissémination, droit d’auteur, internet, liberté d’expression, partage, propulsion

Les technomades vivent et lisent léger

Nous dirigeons-nous vers une technoculture du prêt, du partage, du streaming ?

Trop d’objets autour de nous, trop de bruit dans notre champ visuel, dans nos agrégateurs, dans nos résultats de recherche, trop de super-butinage (power-browsing), trop consommer, accumuler, remplir, excéder, évaluer, élaguer, se débarrasser, recycler-réduire-réutiliser, ouvrir la fenêtre, pas quinze fenêtres, respirer, relaxer, se vider l’esprit. C’est le printemps et une saison nouvelle qui s’annonce aux teintes discrètes (chromophobes ?) du néominimalisme.

After the bacchanal of post-modernism, the time has again come for neo-minimalism, neo-ascetism, neo-denial and sublime poverty.  (Juhani Pallasmaa, cité dans Wikipedia)

ou encore :

By definition, « neo-minimalists » don’t have an overabundance of things in their lives. But one thing they tend to have more and more of these days is visibility. Recently, The New York Times talked to some people participating in the 100 Thing Challenge about how it has affected their lives; The BBC looked into the « Cult of Less; » and here on Boing Boing, Mark has beengetting down to the nitty-gritty of what the « lifestyle hack » involves. The common thread here is a growing number of people are realizing that our mountains of physical stuff are actually cluttering up more than just our houses. »

Cet extrait provient d’un article publié sur Boing Boing (traduit dans Le Courrier International), dans lequel Sean Bonner explore la dématérialisation ou la décroissance matérielle comme une possibilité issue des technologies actuelles et qui nous permet de reconsidérer nos interactions avec le monde et les autres en favorisant l’expérience plutôt que la consommation. À Toronto, le même auteur a aussi animé une présentation [en] sur le courant des technomades.

L’usage de circonstance par le prêt, le partage, le streaming

D’autres journalistes, comme Ramon Munez d’El Païs ont, dans la même perspective, élaboré l’idée que la propriété est un fardeau et que l’avenir de la consommation de la culture n’est plus lié à la propriété mais à l’usage de circonstance par le prêt, le partage, le streaming :

Après avoir été pendant trois siècles la valeur suprême de la civilisation occidentale, la propriété cesse d’être à la mode. Ne vous y trompez pas : il ne s’agit pas d’un retour du communisme ou d’une vague de ferveur qui nous ramènerait au détachement matériel des premières communautés chrétiennes. Ce sont le capitalisme lui-même, son incitation permanente à consommer et les technologies liées à Internet qui viennent bousculer des habitudes que l’on croyait bien enracinées. À quoi bon posséder des biens, les stocker, les entretenir, les protéger des voleurs, lorsqu’on dispose d’une offre illimitée de produits et de services accessibles en quelques clics ou moyennant la signature d’un contrat de location ?

Si cette tendance ne se limite pas au numérique, c’est sur Internet que la révolution est le plus avancée. Le téléchargement de contenus cède du terrain au streaming [diffusion en continu], c’est-à-dire à la reproduction instantanée de musique et de vidéos sans qu’il soit besoin de les conserver sur le disque dur de l’ordinateur. Des milliers de sites, légaux et illégaux, proposent un catalogue illimité de logiciels, films, morceaux de musique et jeux vidéo. Le succès du site de musique suédois Spotify ou du portail espagnol de séries télévisées Seriesyonkis vient bousculer les habitudes des consommateurs.

YouTube, le célèbre portail de vidéos en ligne de Google, est le symbole de la révolution en marche. Ses chiffres laissent pantois. Sur toutes les vidéos regardées chaque mois aux États-Unis, 43% (14,63 milliards) sont diffusées par YouTube, selon la société d’études de marché comScore. YouTube est suivi de près par Hulu, un site de streaming qui propose gratuitement des films et des séries télévisées. Avec 1,2 milliard de vidéos regardées, Hulu dépasse non seulement des monstres d’Internet comme Yahoo! ou Microsoft, mais aussi les portails de chaînes et de studios comme Viacom, CBS ou Fox.

D’après une étude sur le paysage audiovisuel espagnol réalisée en 2010 pour le compte de l’opérateur Telefónica et de la chaîne de télévision privée Antena, 3, 30% des internautes espagnols déclarent télécharger moins de fichiers, tandis que la moitié d’entre eux assurent que le streaming est leur manière habituelle de consommer des contenus audiovisuels sur Internet. “On constate un essor du streaming depuis au moins le printemps 2009”, assure Felipe Romero, l’un des auteurs de l’étude. “À court terme, les deux méthodes – téléchargement et streaming – vont coexister, mais il est clair que la seconde va prendre de plus en plus d’ampleur.”

Sur le blog Agnostic, May Be, on mentionne également cet article qui témoigne de l’émergence de la culture du partage dans le Time [en] :

[T]he ownership society was rotting from the inside out. Its demise began with Napster. The digitalization of music and the ability to share it made owning CDs superfluous. Then Napsterization spread to nearly all other media, and by 2008 the financial architecture that had been built to support all that ownership — the subprime mortgages and the credit-default swaps — had collapsed on top of us. Ownership hadn’t made the U.S. vital; it had just about ruined the country.

L’étape suivante franchie par le blogueur Andy Woodworth [en] (incidemment élu dans le palmarès 2010 des Shakers and Movers [en])  m’intéresse tout particulièrement. Il fait l’hypothèse qu’en ce moment l’attrait pour les bibliothèques reposerait peut-être moins sur la récession économique que sur l’accroissement du nombre de gens qui préfèrent emprunter plutôt que posséder.

L’émergence de cette culture suggère des possibilités et des tendances sur lesquelles les bibliothèques pourraient largement capitaliser, dit-il. Comment ? Pas seulement en incarnant elles-mêmes les instances équipées pour prêter des documents à partir de leurs collections mais peut-être surtout en se positionnant  comme des facilitateurs, ou des médiateurs, capables de négocier et de supporter les citoyens en vue d’accéder aux ressources disponibles dans la déferlante du web.

Mais la question la plus évidente est la suivante : est-ce que les bibliothèques seront en mesure de profiter de l’apparition de cette société du prêt et du partage ? Elles apparaissent elles-mêmes souvent éreintées par les résistances, trop déboussolées pour servir de guide à qui ce soit, sans vision, sans plan pour penser la culture numérique au-delà de cet effort qui les amène à prononcer et à servir à toutes les sauces, le mot magique de la « bibliothèque numérique ».

Billet initialement publié sur Bibliomancienne

Image Flickr AttributionNoncommercialShare Alike Gubatron et AttributionNoncommercialShare Alike Michael D. Dunn