Oeuvres indisponibles : l’exploitation gratuite n’est pas une menace

La future législation concernant les oeuvres indisponibles du XXe siècle, leur numérisation et surtout, leur exploitation commerciale, continue son petit bonhomme de chemin d’un côté à l’Assemblée nationale, de l’autre, au Sénat. Cependant, les sénateurs ont introduit une nuance que l’IABD souhaite défendre avec force. 
 
Dans l’idée, le Sénat souhaite rendre possible une mesure permettant l’exploitation gratuite de l’oeuvre sur le net, sans exclusivité, mais uniquement pour celles « dont aucun titulaire de droits sous une forme imprimée, en dehors de l’éditeur, n’aurait été retrouvé au terme d’un délai de 10 ans ». Un amendement que l’Assemblée nationale n’entend pas de cette oreille, et a tenté de faire supprimer. 

Tags:

L’édition électronique dans les pays du Sud. Octavio Kulesz. Vidéo uecleo 2011 | L’édition électronique ouverte

“En septembre dernier, le Cléo organisait sa deuxième université d’été de l’édition électronique ouverte. Cet événement a permis à plus de cent personnes, chercheurs, éditeurs, bibliothécaires et documentalistes, de bénéficier de cours, conférences, ateliers pendant une semaine complète à Marseille. Vous pouvez visionner sur L’Edition électronique ouverte les enregistrements vidéos des cours et conférences de l’Université d’été. Après la conférence d’Hubert Guillaud sur la lecture sociale, nous vous proposons la conférence du vendredi 16 septembre, animée par Octavio Kulesz : L’édition électronique dans les pays du Sud : émergence de nouveaux modèles ? Cet enregistrement vidéo ainsi que tous ceux qui suivent ont été réalisés et montés par Thomas Giovannetti de l’équipe Télé Campus Provence, partenaire de cet événement.”

Tags:

La loi 78-753 est-elle soluble dans le domaine public ? | Papiers et poussières

“Lors de notre récent échange par blogs interposés (voir là, puis ici, et enfin là), calimaq m’a interrogé sur la notion de domaine public. Il estime pour sa part que la réutilisation de données produites à partir d’œuvres du domaine public devrait ne souffrir d’aucune restriction, afin de respecter l’esprit même du domaine public.

C’est un thème que je n’avais jusqu’à présent jamais abordé et sur le lequel, je l’avoue, je ne m’étais jamais interrogé jusqu’à une phrase d’Adrienne Alix lors de la journée d’étude de l’AAF consacrée à la réutilisation des données publiques (écouter ici l’enregistrement n°65, notamment la fin de cet extrait). Sans doute était-ce dû à mon approche uniquement archivistique.

Dont acte, réparons cet oubli.

N’étant pas, comme je viens de le dire, familier de la question, je me suis penché sur les deux textes législatifs concernés : le chapitre II de la loi 78-753, concernant la réutilisation des informations publiques, et le code de la propriété intellectuelle et notamment son livre premier consacré au droit d’auteur. Retour aux fondamentaux.”

Tags:

[Proposition] Revaloriser les diplômes infos (mais pas que)

Ceux qui font du recrutement pourront vous le confirmer : le niveau des diplômes dans l’informatique a descendu drastiquement ces 10 dernières années alors que c’est un métier qui se complexifie. Les écoles accordent des diplômes à des gens qui n’en ont certainement pas le niveau, la qualité des cours est affolante, les stages de plus en plus courts…

Bref, nous sommes en train de tuer dans l’oeuf une réelle force ; la France pourrait être un acteur majeur du numérique, mais dans les nouveaux diplômés seuls les autodidactes aujourd’hui arrivent à tirer leur épingle du jeu. Sans rentrer dans le détail des programmes, il y a aujourd’hui des aberrations sur les contenus, sans parler de certains profs qui viennent vous enseigner un métier qu’ils n’ont jamais pratiqué (vécu).

De manière très concrète, voici quelques propositions que j’aimerais discuter avec vous :
Supprimer l’article 30 de la loi du 24 novembre 2009 qui impose une rémunération aux stagiaires dès 2 mois (au lieu de 3 précédemment). Ce seuil a dévasté les stages dans le milieu informatique, où 2 mois sont trop courts pour qu’un stagiaire soit productif, alors qu’il passera un mois à s’acclimater aux outils + le temps passé par le personnel pour l’accompagner/le former. Résultat net : seules les grosses entreprises se permettent le luxe de prendre des stagiaires, et souvent ceux-ci se retrouvent à faire du WordPress à la chaîne sans aucun accompagnement. Et bien sûr, s’ils ne sont pas productifs, ils sont virés. Ce n’est pas tout à fait l’idée que j’ai d’un stage, qui doit normalement être une période de découverte et un complément à la formation. Le stagiaire ne touche pas de salaire, mais l’entreprise ne facture pas non plus le temps passé (donnant-donnant). Sans compter que la moitié du boulot fait par les stagiaires part à la poubelle…
Développer un maximum le travail en alternance, qui a un coût moindre pour l’état, confronte les étudiants de manière directe à la réalité professionnelle (et permet à ceux qui se sont trompés de filière de s’en rendre compte plus tôt), leur donne un salaire (autonomie, plus besoin de bourses, lutte contre la précarité des étudiants), implique les entreprises dans le processus. Bref, je suis un fervent défenseur de l’alternance vous l’aurez compris, j’ai connu les deux (BTS en formation continue + licence en alternance), je ne regrette absolument pas le détour. Surtout, peut-être est-ce que les écoles se rendront enfin compte qu’elles sont -un peu- à l’ouest… Il serait bon de donner un objectif chiffré, je manque de données là dessus, mais si la moitié des BTS pouvaient être faits de cette manière je ne dirais pas non.
Valoriser immédiatement et de manière très importante le niveau technique de ces formations. Pour l’anecdote, j’ai failli jeter l’éponge en BTS de lassitude devant un rythme mou et un contenu faible. Résultat net : là où je suis (petite PME de 5 personnes), nous ne prenons plus de jeunes diplômés, car il faut TOUT leur apprendre. Ah, et pour info, on passait plus de temps en éco-droit qu’à programmer. Ce qui est gênant pour une formation à spécialité “développement”.
Mesure plus générale, mais qui serait intéressante à mon avis : peut-être serait-il judicieux d’informer les collégiens/lycéens sur le marché de l’emploi dans les villes environnantes ? Montrer les secteurs forts, là où il y a de la demande, là où c’est saturé… Le but n’est pas de les forcer mais de rendre l’orientation un peu plus concrète que des fiches emploi généralistes (qui ne prennent pas compte des disparités géographiques).

Voilà, ce n’est pas exhaustif, mais ça me tient à coeur car je suis un amoureux de mon métier et ça me navre de voir les nouvelles générations de développeurs qui arrivent sur le marché de l’emploi et à qui on a fait croire qu’ils pourraient s’en sortir. Je leur souhaite du courage…

Tags:

Le Sénat se prononce en faveur d’un usage gratuit des oeuvres orphelines | :: S.I.Lex ::

Le Sénat se prononce en faveur d’un usage gratuit des oeuvres orphelines
Il s’est produit hier une chose importante et inattendue lors de l’adoption en première lecture par le Sénat de la proposition de loi sur l’exploitation numérique des livres indisponibles du XXème siècle, à propos de laquelle j’avais écrit un billet le mois dernier.

Le texte initial a été modifié de manière substantielle suite à l’adoption de nombreux amendements (voyez ici pour la petite loi). Le sujet étant très complexe, il est sans doute difficile à chaud d’évaluer exactement la portée de ces modifications, mais il en est une qui me paraît opérer un rééquilibrage du système proposé, en faveur de la diffusion des oeuvres et de la mission des bibliothèques.

Tags:

Amazon : une offre numérique à la qualité inégale | eBouquin

“Si les coquilles du Goncourt corrigées par la communauté pirate ont monopolisé une bonne partie de l’attention, les lecteurs numériques ont plus à s’inquiéter de la qualité de mise en forme de certains fichiers commercialisés. Tandis que le niveau global des EPUB s’améliore (sauf pour certains qui ne manquent pas de tomber sous les critiques du lecteurencolère), la situation est bien plus inquiétante du côté des Mobipocket ou de la déclinaison la plus récente du .AZW. Arrivé il y a un mois en France, Amazon débarque avec une plateforme de lecture fondée sur un format différent du standard international, avec ses particularités. Pourtant, les éditeurs, avertis au préalable de l’arrivée du géant américain, sont au travail depuis cet été.”

Tags:

Google est-il devenu totalement irresponsable ?

“Par sa position ultra-dominante, Google est devenu un agent économique aussi influent que l’Etat ; mais il agit de manière beaucoup plus irresponsable, avec son seul intérêt particulier en ligne directrice. En témoigne la dernière mise à jour de l’algorithme de son moteur de recherche, qui impacte plus d’un tiers des pages de résultats dont dépendent un très grand nombre d’entreprises.”

Tags: