Concentration et diversité sur le marché du livre – Notes d’un économiste

“Je reconnais également que la position des libraires n’est, collectivement, pas confortable : l’essentiel des librairies vivent de fait grâce à la vente de titres, des ouvrages de Barbara Cartland à Harry Potter qu’il est de bon ton de regarder de haut quand on veut faire partie d’un certain milieu intellectuel. Un grand écart entre la réalité des masses vendues et la représentation de ce qui est culturellement valable. La vie est au contraire plus facile pour les grandes chaînes qui ne se posent pas de telles questions.

Le problème survient donc, selon moi, au moment où la volonté de défendre un statut, ou ce qui est ressenti comme une mission, finit par être en décalage avec la réalité du marché : les revendications de spécificité ou d’aides publiques finissent par être minées par cet écart, faisant le jeu d’un Amazon mettant en évidence qu’il sert les livres que les lecteurs demandent.”

Tags:

La lecture électronique (Lutin)

“La lecture électronique (ou lecture sur écran) consiste à étudier les comportements (représentations et processus cognitifs) induits par l’usage des technologies numériques. Ces technologies (documents multimédia, hypertextes, web…) modifient à la fois la prise d’information visuelle (visibilité, lisibilité), la compréhension et la mémorisation des informations. De nouveaux champs de recherche s’ouvrent avec le développement rapide du livre électronique (e-book), la tablette graphique et autres téléphones portables dont il s’agit d’évaluer les conséquences cognitives. “

Tags:

On n’achète pas une bibliothèque comme un livre

“Mais l’arrivée du web et surtout la montée des tablettes modifient considérablement la donne et l’attitude du lecteur. Sur un Kindle ou un iPad, on n’achète pas un livre, on se constitue une bibliothèque. On peut lire un livre de la première à la dernière page, mais on en lit souvent plusieurs en même temps et on pourra y revenir à tout moment, à la bonne page ; ou encore on se contentera de feuilleter un grand nombre de livres, zappant de l’un à l’autre, faisant des recherches. Et tout cela en tout lieu, à tout moment, du fait de la portabilité de sa bibliothèque réduite à une tablette. Nous retrouvons un propos souvent tenu ici : le modèle du web est hybride entre celui de la bibliothèque et celui de la télévision.

Dès lors, sans doute le lecteur sera attiré par tel ou tel titre particulier, mais la valeur principale est constitué par l’ampleur et l’adaptation de la collection qu’il pourra constituer et par la vitesse et la commodité de l’accès aux pages. Cette donnée nouvelle modifie vraisemblablement considérablement la sensibilité au prix et donc l’élasticité de la demande, d’autant que le web tend à tirer les prix du contenu vers le bas par l’abondance des ressources accessibles gratuitement et que constituer une collection est un investissement de départ non négligeable pour un e-lecteur.

Conclusion si cette analyse est juste, F. Bon a eu bien raison de baisser drastiquement ses prix.

Tags:

Le livre numérique vu de l’autre côté de la Méditerranée – La Feuille

“Sofiane est membre de membre de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, une association qui prône la bibliodiversité éditoriale et favorise l’édition solidaire. Cette association va d’ailleurs avoir, cette semaine, à Ouagadougou (Burkina Faso) où se tient la Foire internationale du livre, une première rencontre sur le sujet, notamment pour évoquer le lancement d’une étude sur l’opportunité de l’édition numérique pour les pays en développement. “

Tags:

Les livres numériques des Presses universitaires de Rennes

“Les PUR sont nées en 1984 de la volonté des enseignants-chercheurs de l’université Rennes 2 de prendre en main l’édition et la promotion des produits de la recherche. Elles ont désormais l’ambition d’être en priorité au service des établissements qui constituent le nouvel organisme : l’université Rennes 2, à laquelle elles restent attachées ; les universités d’Angers, de Bretagne occidentale (Brest), de Bretagne sud (Lorient-Vannes), de La Rochelle, du Maine (Le Mans), de Nantes, de Poitiers, de Tours et de Rennes 1. Le choix d’une politique d’édition indépendante et de qualité est garantie par un Comité éditorial, où les neuf universités sont représentées. La continuité des revues et des collections est assurée par des comités de lecture ou des directeurs.”

Tags:

Les électrons libres de l’édition – La vie des idées

“Marin Dacos et Pierre Mounier sont tous deux des chercheurs issus des humanités qui ont pris très tôt le virage des nouvelles technologies et plus précisément de l’édition électronique de textes, avec des plates-formes comme Revues.org, Calenda, ou Homo-numericus. Ils animent à quatre mains blogo-numericus, largement consacré à ce thème. À la pointe du développement de ces techniques, conscients à la fois des enjeux techniques et de contenu, jouissant d’une certaine distance à l’égard d’un monde de l’édition traditionnelle qui semble ne pas trop savoir par quel bout prendre la révolution numérique, ces deux auteurs étaient parmi les personnes les plus qualifiées pour parler des bouleversements que l’informatique et les réseaux apportent dans l’édition.”

Tags:

Livre numérique: "Pas de scénario catastrophe" – LeMonde.fr

“Au premier chef, les deux spécialistes estiment que “toutes les conditions sont aujourd’hui réunies pour que les lecteurs effectuent leur virage numérique”. Ils prédisent que d’ici à l’horizon 2015, entre 15 % et 20 % des lecteurs auront adopté comme support pour lire les tablettes multimédias, du genre iPad ou les liseuses, du type Kindle. La tablette multifonctions qui s’adresse à un plus large public et la liseuse se démocratisent enfin. La première devrait occuper entre deux tiers et trois quarts du marché, la seconde, qui s’adresse plus aux 20 % de la population qui lisent le plus, conservera entre un tiers et un quart du marché. Mais loin de se cannibaliser, ces deux supports seraient mêmes complémentaires. Le principal effet du lancement de l’iPad, la tablette d’Apple, a été de contraindre Amazon à diviser par deux le prix de vente de son Kindle.

MM. Béhar et Colombani notent que les Etats-Unis, les pays asiatiques et, dans une certaine mesure, le Royaume-Uni vont basculer plus vite dans le numérique (autour de 20 %) tandis que l’Allemagne et la France, qui conservent un réseau très dense d’acteurs qui vendent des livres (librairies, maisons de la presse, grandes surfaces…), vont évoluer plus lentement vers le numérique (15 % du marché en 2015).”

Annotations:

  • Au premier chef, les deux spécialistes estiment que “toutes les conditions sont aujourd’hui réunies pour que les lecteurs effectuent leur virage numérique”. Ils prédisent que d’ici à l’horizon 2015, entre 15 % et 20 % des lecteurs auront adopté comme support pour lire les tablettes multimédias, du genre iPad ou les liseuses, du type Kindle. La tablette multifonctions qui s’adresse à un plus large public et la liseuse se démocratisent enfin. La première devrait occuper entre deux tiers et trois quarts du marché, la seconde, qui s’adresse plus aux 20 % de la population qui lisent le plus, conservera entre un tiers et un quart du marché. Mais loin de se cannibaliser, ces deux supports seraient mêmes complémentaires. Le principal effet du lancement de l’iPad, la tablette d’Apple, a été de contraindre Amazon à diviser par deux le prix de vente de son Kindle.

Tags:

L’édition électronique | Bulletin des Bibliothèques de France

“Ainsi, proposant un ordre de ce que nous croyions être le chaos, Marin Dacos et Pierre Mounier dessinent, en conclusion de leur ouvrage, ce que pourrait être leur livre électronique idéal comme ils ont pu le faire le 13 mai 2010 lors de la publication d’un point de vue dans le journal Le Monde 7. Celui-ci doit être lisible (c’est-à-dire décrit dans un format ouvert, conservable dans le temps, adaptable sur tous les systèmes de lecture), manipulable (possibilité d’effectuer des copier-coller, d’annoter et de recomposer), citable (c’est-à-dire bénéficier d’un identifiant unique), et surtout interopérable (c’est-à-dire capable de fonctionner avec d’autres systèmes informatiques sans restriction d’accès ou de mise en œuvre). Ce cahier des charges ainsi dressé, les deux auteurs de L’édition électronique nous donnent à comprendre les débats qui se font jour chez les éditeurs mais pas uniquement… En intégrant ainsi un vaste écosystème numérique en réseau, le livre/texte n’a plus besoin d’être pensé comme une entité monolithique mais comme une chaîne de caractères algorithmiques en recomposition et en circulation continue et permanente.”

Tags:

Sciences et société en interaction sur Internet. Éléments pour une histoire de l’édition électronique en sciences humaines et sociales

Dans l'histoire des rapports complexes qu'entretiennent sciences et société, le développement des réseaux numériques constitue un moment stratégique, que ce soit au niveau de leur développement technique, ou des modifications que ce développement produit sur les formes de la communication scientifique. Le cas particulier des sciences humaines et sociales met bien en évidence le rôle de médiation que les TIC jouent dans les relations entre sciences et société.

The rise of digital networks is a critical time in the complicated history of the relationship between science and society, both in terms of technological development and its impact on scientific communication. The example of humanities and social science highlights their mediating role in the relationship between science and society.