Designing for Print-on-Demand Production

As the technology we use to manufacture books changes, designers responsible for creating those books adapt. Sometimes slowly. Sometimes reluctantly. But they adapt, because the new technology will eventually supplant the old technology.

Today most books are still printed by offset lithography, and any print run over about 1,000 units will benefit from the more mature, ink and paper way we’ve been printing for a long time. Digital technology, the automated ink and toner method of reproduction, is far less expensive for very short runs. Anyone who has studied the history of technological transitions can see that eventually offset printing will die off and some form of digital imaging will replace it.

For now, we have to know how to design for both technologies, because our books—and sometimes the very same book—are produced on both.”

Tags:

Triple A, Grand Emprunt et numérisation : les conséquences oubliées

Le Triple A, la presse ne parle plus que de cela. Et avec un gouvernement qui désormais minimise, ou tente de faire avaler que finalement, cela n’est plus si grave, difficile de comprendre pourquoi les enjeux initiaux de cette dégradation furent tout d’abord si importants. 

Qu’est-ce donc que cette notation financière ? Pour faire simple, des agences de notation, à la légitimité discutable et discutée, décident, selon certains critères de la solvabilité d’une société, d’un État ou d’une opération. Toutes personne ou société privée qui seraient désireuses d’investir dans l’une de ces trois possibilités vont donc consulter la notation pour savoir quelle est la mesure du risque qu’il prend. 

Tags:

Jalons pour une étude (con)textuelle du web « Socio-informatique et argumentation

Des billets précédents, consacrés par exemple à l’Hypothesosphère et à la temporalité du web, se sont tournés vers le domaine très actif de l’analyse du web – la sociologie du web ayant depuis longtemps constitué à la fois une limite et un horizon pour la sociologie pragmatique des controverses1. Comme il existe un intérêt aujourd’hui à faire converger l’analyse relationnelle du web, appelée webométrie, avec la sociologie argumentative, je propose ici de présenter la manière dont ces domaines méthodologiques peuvent se combiner.

Tags:

Oeuvres indisponibles : l’exploitation gratuite n’est pas une menace

La future législation concernant les oeuvres indisponibles du XXe siècle, leur numérisation et surtout, leur exploitation commerciale, continue son petit bonhomme de chemin d’un côté à l’Assemblée nationale, de l’autre, au Sénat. Cependant, les sénateurs ont introduit une nuance que l’IABD souhaite défendre avec force. 
 
Dans l’idée, le Sénat souhaite rendre possible une mesure permettant l’exploitation gratuite de l’oeuvre sur le net, sans exclusivité, mais uniquement pour celles « dont aucun titulaire de droits sous une forme imprimée, en dehors de l’éditeur, n’aurait été retrouvé au terme d’un délai de 10 ans ». Un amendement que l’Assemblée nationale n’entend pas de cette oreille, et a tenté de faire supprimer. 

Tags:

L’édition électronique dans les pays du Sud. Octavio Kulesz. Vidéo uecleo 2011 | L’édition électronique ouverte

“En septembre dernier, le Cléo organisait sa deuxième université d’été de l’édition électronique ouverte. Cet événement a permis à plus de cent personnes, chercheurs, éditeurs, bibliothécaires et documentalistes, de bénéficier de cours, conférences, ateliers pendant une semaine complète à Marseille. Vous pouvez visionner sur L’Edition électronique ouverte les enregistrements vidéos des cours et conférences de l’Université d’été. Après la conférence d’Hubert Guillaud sur la lecture sociale, nous vous proposons la conférence du vendredi 16 septembre, animée par Octavio Kulesz : L’édition électronique dans les pays du Sud : émergence de nouveaux modèles ? Cet enregistrement vidéo ainsi que tous ceux qui suivent ont été réalisés et montés par Thomas Giovannetti de l’équipe Télé Campus Provence, partenaire de cet événement.”

Tags:

Rakuten finalise le rachat de Kobo | eBouquin

Ça y est, la société Kobo est définitivement passée sous le contrôle de la société japonaise Rakuten pour un montant de 315 millions de dollars. Les autorités canadiennes ont validé le rachat presque un mois après l’annonce de la vente par les deux entreprises. Cet argent frais va permettre à la société canadienne d’investir massivement pour rester dans la course face aux géants Amazon, Barnes&Noble ou Apple mais aussi d’être en mesure de soutenir son expansion. Sans moyen, une croissance d’une telle ampleur n’est pas soutenable.

En effet, Kobo a annoncé avoir gagné plus d’un million de clients rien qu’au mois de décembre (contre 5 millions depuis sa création). L’arrivée de nouveaux clients pendant les fêtes a été dix fois plus importante qu’en temps normal. Même si ces nouveaux clients vont consommer sur la librairie Kobo et rapporter à terme de l’argent à la société, elle doit prendre soin de faire évoluer son infrastructure, d’améliorer ses outils et ajouter constamment de nouvelles fonctionnalités. L’entretien d’une gamme d’ereaders, tel que le Kobo Touch qui a rencontré un vif succès pendant les fêtes, est un investissement lourd qui nécessite de solides finances.

Tous ces éléments font que le rachat par Rakuten intervient à un moment idéal pour Kobo (cf. notre précédente analyse). Il va être intéressant de voir dans les prochains mois comment le changement de propriétaire et cet ajout de moyens vont être perceptibles dans le quotidien des lecteurs. En tout cas, les clients européens risquent d’entendre parler un peu plus de l’écosystème Kobo qui compte bien augmenter la cadence pour séduire les lecteurs et endiguer l’avancée d’Amazon.

Tags:

Christian Robin, Les livres dans l´univers numérique

« L’histoire des moyens de communication nous montre que chacun d’entre eux s´ajoute à l´autre : le cinéma n’a pas supplanté le théâtre, ni la télévision le cinéma. Nous le constatons dans les usages des produits culturels, où les plus gros “consommateurs” cumulent les différentes pratiques culturelles : un comédien amateur va au théâtre, lit des livres, se rend au cinéma et utilise internet en moyenne beaucoup plus souvent qu’une personne qui ne va jamais au théâtre. Les livres numériques complèteront donc les livres imprimés » (p.149). Tel est le constat de Christian Robin après avoir restitué l’histoire des enjeux numériques et du livre. Le livre numérique n´implique pas forcément une diversification des publics, mais renforce la diversité des usages de consommateurs intéressés par la culture. L’ouvrage analyse la manière dont le paysage éditorial a été bouleversé par l’écriture numérique. La programmation assistée par ordinateur et le traitement de texte ont modifié la chaîne de production des livres : les auteurs deviennent de plus en plus responsables des conditions techniques de la production de leur ouvrage, la maîtrise du logiciel ayant des effets sur la mise en page. L’impression numérique a eu également un impact sur la production des livres. Les analyses de Christian Robin, au-delà des enjeux du numérique, nous rappellent que le livre est aussi un objet technique dont les conditions de production mobilisent une organisation sociale et économique spécifique.

Tags:

Open and Shut?: ITHAKA becomes the second AAP member to disavow the Research Works Act

Yesterday I reported that MIT Press has distanced itself from the Research Works Act (RWA). The RWA is a new bill introduced into the House of Representatives at the end of last year that would reverse the US National Institutes of Health Public Access Policy requiring taxpayer-funded research to be made freely accessible online. It would also prevent other federal agencies from imposing similar requirements on their funded researchers.

The RWA is backed by the Association of American Publishers ( AAP ) and its Professional and Scholarly Division (PSP), which last December published a press release describing the bill as, “significant legislation that will help reinforce America’s leadership in scholarly and scientific publishing in the public interest and in the critical peer-review system that safeguards the quality of such research.”

If passed, however, the bill would be a major setback for the Open Access movement. As I noted yesterday, AAP has therefore been widely criticised for its support of the RWA, and some in the research community have called on members of the association to disavow both the bill and AAP’s support for it. There have also been calls for AAP members to resign in protest.

Today I received an email from ITHAKA, the non-profit organisation dedicated to helping the academic community take full advantage of information and networking technologies, and which includes JSTOR, the online service providing access to archived academic journals, and Portico, the electronic-archiving Initiative.

The email was in response to an enquiry I made a few days ago asking ITHAKA to comment on the RWA, and AAP’s support for it. It contained the following statement:

“A core principle of our organisation is to provide the broadest possible access to scholarly works in ways that are sustainable and account for their long term preservation. We have no intention of endorsing RWA. We also have no intention of leaving the AAP. We do not agree with them on every issue, but we value our membership, as we do our participation in a number of library and scholarly associations.”

Commenting on the news, Open Access advocate Peter Suber said, “I applaud ITHAKA for distancing itself from the harmful Research Works Act. The AAP acts in the name of its members when it lobbies for the RWA, in effect recruiting all its members as allies in a cause that not all of them support. Through their public statements, MIT Press and ITHAKA have refused to lend their weight to a policy they do not endorse.”

Tags:

» Revues.org : des dizaines de milliers d’articles de revues de sciences humaines et sociales en libre accès Ressources électroniques

“Revues.org est une plateforme de revues et collections de livres en sciences humaines et sociales, ouverte aux collections désireuses de publier en ligne du texte intégral.

Elle diffuse actuellement plus d’une vingtaine de collections de livres et plus de trois cents revues, dans des disciplines très variées. Le contenu des revues est soit intégralement accessible en ligne, soit partiellement (pour des questions de droit).

Les domaines représentés vont de la bande dessinée ou de la musique populaire aux revues de sociologie, histoire, politique, littérature, histoire de l’art – entre autres domaines – et ne cessent de s’enrichir…

Cette plateforme est rattachée au portail OpenEdition, donnant également accès à :

– Calenda, le calendrier des sciences sociales
– Hypotheses.org, plateforme de carnets de recherche.

Pour suivre son actualité, vous pouvez vous abonner à la Lettre électronique de Revues.org mais aussi suivre l’édition électronique ouverte, le blog de l’équipe de Revues.org.”

Tags:

À propos d’OpenEdition Freemium | Insula

“Un modèle économique en faveur du libre accès soutenu par le SCD de l’université Lille 3.

Depuis septembre 2011, le Service commun de la documentation de Lille 3 soutient le libre accès en s’abonnant aux services Freemium de la plate-forme OpenEdition. Nous avons réalisé un entretien avec Nadège Sieckelinck (Responsable des ressources électroniques au SCD Lille 3) et Élise Nelson (Responsable de la formation aux usagers au SCD Lille 3) pour nous éclairer sur cette nouvelle offre. L’entretien est accompagné d’un diaporama en fin de billet.”

Tags: