Mode d’emploi de la commercialisation sur iBookstore

iBookstore est aujourd’hui le principal concurrent d’Amazon pour l’autoédition. Mais il ne se donne pas vraiment les moyens de ses ambitions.  Alors qu’Amazon ne réclame que la création d’un compte et un fichier Word, iBooks demande aux auteurs de s’occuper des contrats, des formats de fichiers, des identifiants ISBN et tout ça dans iTunes Connect, l’interface floue de gestion d’Apple.

ITunes Connect est surtout connu pour être le site Web qui permet aux développeurs de soumettre leurs applications sur l’App Store et d’en suivre l’évolution des ventes et des téléchargements, mais si vous prenez le chemin menant à la publication sur iBookstore, il vous faut passer par là.

Et c’est ici que l’affaire se complique. Le site n’est pas des plus simples à utiliser, et pour cause, il est lent, très lent. Chaque chargement nécessite plusieurs minutes, et remplir la totalité de la paperasse contractuelle demandée par Apple requiert une journée entière en soi.

Un processus long et complexe

Parmi les données qu’il faut fournir à Apple, un ISBN. C’est un numéro international qui identifie les livres de manière unique, il est indispensable dans le processus de publication. En France, il est considéré comme mention légale et obligatoire devant figurer sur le livre. Vous pourrez l’obtenir en allant sur le site de l’AFNIL.

Bien sûr, tout cela n’a d’intérêt que si le texte est écrit et transféré sur la plateforme. Et là encore, l’auteur est sollicité. Alors qu’un fichier Word suffit chez Amazon, la validation d’un document sur iTunes se révèle bien plus compliquée. Amazon met en page votre fichier Word original tandis qu’iBooks laisse l’auteur lui-même procéder à toutes les mises en pages, conversions, etc.

Et la mise en page n’est pas le point fort d’Apple. Des applications permettent de créer des documents agréables et lisibles, mais iWork, la suite de logiciels de productivité et de bureautique d’Apple, n’est pas mis à jour depuis près de trois ans…

Témoin (et Moyen) âges

Des internautes ont mis en ligne leur parcours pour accéder à la publication via iBookstore. Si leur objectif est le même, les moyens employés et le souvenir qu’ils en ont diffèrent complètement.

Erica Sadun, du site spécialisé australien Tuaw, n’en a retiré que du négatif. Entre la signature du contrat, les demandes d’informations sur les différentes taxes et la communication des données bancaires, l’opération a pris plusieurs semaines. Petit rappel, l’édition sur Amazon prend quelques jours maximum. Son constat est simple : « iBooks doit simplifier l’édition pour les auteurs indépendants ». Amazon 1, Apple 0.

D’un autre côté, Thierry Crouzet, qui a travaillé notamment pour Soft & Mircro ou PC Expert, martèle que « La procédure est à la portée de tous les auteurs » et nous décrit pas à pas sa démarche pour publier chez iBooks.

Le problème majeur rencontré par Thierry Crouzet est qu’iBooks demande un US Tax ID, identifiant typiquement américain. Familier aux développeurs d’application sur l’App Store, il faut en demander un au gouvernement américain par courrier. Pas simple et encore moins rapide, mais selon lui « il semblerait que l’on puisse entrer un code bidon ». Facile.

Des solutions existent !

Et comme dans toute épopée antique digne de ce nom, des solutions extérieures permettent à notre héros/auteur de surmonter chaque difficulté.

Des maisons d’édition proposent leurs services pour les aider dans le chemin vers la publication. Ainsi, Lulu ou Smashwords aux États-Unis, Bookwire et Immaterial en Europe aident ces auteurs en leur fournissant numéros ISBN et soutien dans le dédale d’iTunes Connect.

Mais ce ne sont pas des mécènes pour autant. Ils laissent 50 ou 60 % de bénéfices à l’auteur, contre 70 % selon le modèle classique des livres autopubliés. Pour Erica Sadun, la déçue d’iBookstore, « Ils utilisent les difficultés d’iTunes Connect pour gagner de l’argent, alors que leur objectif initial devrait être de faciliter l’accès à l’édition ».

Autre entreprise à s’être engouffrée dans l’espace que laisse la difficulté de publier sur iBookstore, Bowker. Aux États-Unis, c’est le fournisseur exclusif des ISBN. Un numéro seul coute 125$. Bowker offre également des services gratuits, comme la création de codes-barres, nécessaires à la commercialisation.

On s’en doutait, c’est désormais confirmé. La publication via iBookstore n’est pas une sinécure, et ne permet pas comme Amazon une édition clé en main. Il apparait que le service qu’offre Apple ressemble plus à un outil de commercialisation que celui menant à une édition pure.

Mais ne serait-ce pas en train d’évoluer ?

Tags:

La loi 78-753 est-elle soluble dans le domaine public ? | Papiers et poussières

“Lors de notre récent échange par blogs interposés (voir là, puis ici, et enfin là), calimaq m’a interrogé sur la notion de domaine public. Il estime pour sa part que la réutilisation de données produites à partir d’œuvres du domaine public devrait ne souffrir d’aucune restriction, afin de respecter l’esprit même du domaine public.

C’est un thème que je n’avais jusqu’à présent jamais abordé et sur le lequel, je l’avoue, je ne m’étais jamais interrogé jusqu’à une phrase d’Adrienne Alix lors de la journée d’étude de l’AAF consacrée à la réutilisation des données publiques (écouter ici l’enregistrement n°65, notamment la fin de cet extrait). Sans doute était-ce dû à mon approche uniquement archivistique.

Dont acte, réparons cet oubli.

N’étant pas, comme je viens de le dire, familier de la question, je me suis penché sur les deux textes législatifs concernés : le chapitre II de la loi 78-753, concernant la réutilisation des informations publiques, et le code de la propriété intellectuelle et notamment son livre premier consacré au droit d’auteur. Retour aux fondamentaux.”

Tags:

Update on publishers and SOPA: Time for scholarly publishers to disavow the AAP

In my last post on scholarly publishers that support the US Congress SOPA bill I ended up making a series of edits. It was pointed out to me that the Macmillan listed as a supporter is not the Macmillan that is the parent group of Nature Publishing Group but a separate U.S. subsidiary of the same ultimate holding company, Holtzbrinck. As I dug further it became clear that while only a small number of scholarly publishers were explicitly and publicly supporting SOPA, many of them are members of the Association of American Publishers, which is listed publicly as a supporter.”

Tags:

Wikipédia : ainsi fonds fonds fonds- Ecrans

Quoi qu’en disent les observateurs/experts/spécialistes, le champion 2012 de l’économie high-tech ne sera pas Facebook. Malgré toute l’agitation que provoque son imminente entrée en bourse, on ne parvient plus à s’étonner des milliards de dollars brassés par ce monstre de réseau social qui rentabilise ses 800 millions de membres. Non : de nos jours, la véritable performance est à chercher du côté de la fondation Wikimédia. Depuis sa création en 2003, l’organisation ne peut compter sur aucune régie pub pour développer et promouvoir Wikipédia et ses projets frères. Chaque année, elle collecte la quasi totalité de son budget via une grande campagne d’appels aux dons organisé sur Internet. La sixième édition de cette levée de fonds annuelle s’est achevée hier. Son bilan est imposant : « 20 millions de dollars [15,3 millions d’euros, ndlr] ont été apportés par plus d’un million de donateurs. »

Tags:

Le prêt numérique cherche sa place sur l’étagère

En 2012 il reste une idée reçue gênante : un livre emprunté dans une bibliothèque est soi-disant un livre qui n’est pas acheté. Que l’on ajoute numérique et l’idée reçue est toujours là, empoisonnant les relations entre éditeurs et bibliothécaires.

Dans l’article “Les bibliothèques pourront-elles être le freemium de l’édition?”, je soulignais l’importance de réinsérer les bibliothèques dans la chaîne de valeur de l’édition, de manière explicite, partant de l’idée qu’il faut nous rendre nécessaires dans un monde d’abondance des données et que les emprunteurs de livres dans les bibliothèques sont aussi acheteurs. C’est ce qu’a commencé à faire la New York Public Library avec Librarybin :

Tags:

Sociale la lecture ? Hubert Guillaud. Vidéo uecleo 2011

“En septembre dernier, le Cléo organisait sa deuxième université d’été de l’édition électronique ouverte. Cet événement a permis à plus de cent personnes, chercheurs, éditeurs, bibliothécaires et documentalistes, de bénéficier de cours, conférences, ateliers pendant une semaine complète à Marseille. A partir d’aujourd’hui, et sur un rythme hebdomadaire, vous pourrez visionner sur l’Edition électronique ouverte les enregistrements vidéos des cours et conférences de l’Université d’été. Pour commencer, nous vous proposons le cours du lundi 12 septembre, animé par Hubert Guillaud : Sociale la lecture ? Cet enregistrement vidéo ainsi que tous ceux qui suivent ont été réalisés et montés par Thomas Giovannetti de l’équipe Télé Campus Provence, partenaire de cet événement.”

Tags:

Plot.io | eagereyes

Data visualization startup Plot.io has been making some noise lately. From what I know so far, it looks a lot like Tableau, but presumably works in the browser. This could be a potential successor to Swivel, which folded a bit over a year ago, and maybe what Verifiable was trying to do.

Tags:

11.000 nouveaux contenus basques dans Wikipedia | EITB Actualités Culture

Le ministère de la Culture du Gouvernement basque a incorporé 11.000 nouvelles entrées dans l’édition en basque de l’encyclopédie Wikipedia qui peut être consultée dès ce jeudi 29 décembre.
Quatre-vingt pour cent des nouvelles références, réalisée par le vice-ministère de Politique linguistique, traitent de sujets universels et 20% de contenus propres au Pays Basque, d’après un communiqué du département de la Culture.
La vice-ministre de Politique linguistique, Lurdes Auzmendi, a signalé que l’utilisation de la langue basque dans les nouvelles technologies est supérieure à l’utilisation du basque dans les rues, soit un pourcentage de 22% face au 15%, respectivement.
Ces pourcentages mettent en évidence le fait que la mondialisation favorise la langue basque et démontrent que, sur les dix dernières années, le nombre de personnes qui naviguent sur le net dans cette langue dans la Communauté autonome basque est passé de 100 000 à 200 000, qui a même égalisé le nombre des internautes en langue anglaise.

Tags:

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search