Comment créer un média en deux temps trois mouvements ?

En mai dernier, pendant une semaine, 36 étudiants de l’IJBA (Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine) ont réalisé une série de reportage sur la vie culturelle à Berlin. Mais au lieu de publier leurs productions sur un blog ou un site d’information classique, ils ont décidé d’utiliser uniquement des plateformes de partage de contenu et des réseaux sociaux. Ils ont ainsi créé un nouveau média. Nom de code du projet : Berlin Kultur Lab

Berlin Kultur Lab

Berlin Kultur Lab n’a pas de visée commerciale, ce n’est pas un média complet, c’est simplement une expérimentation et un projet pédagogique. Pour Jean Charles Bouniol, professeur de l’IJBA à l’initiative du projet, il s’agissait de « faire comprendre aux étudiant comment les plateformes sont reliées entre elles », comment « on peut les utiliser efficacement, d’un point de vue professionnel ».

Selon lui, les futurs journalistes ont besoins de savoir se servir de ces réseaux sociaux. Elle leur donne « une valeur ajoutée sur le marché du travail » car ces compétences « répondent à une demande des médias traditionnels » et surtout à une évolution des modes de consommation de l’information.

Mais ce projet avait aussi pour objectif de donner une vision du journalisme web qui va plus loin que le phénomène du blog. Berlin Kultur Lab montre qu’on peut publier, produire du contenu journalistique en s’affranchissant de la gestion d’un site ou d’un blog.

Grâce à la multitude des plateformes de publication de contenu on peut créer un média avec une mise de départ quasi-nulle. Avec son architecture éclatée, on multiplie les chances pour qu’un sujet soit consulté. On n’attend plus que l’internaute viennent sur son site, on va le chercher sur le site communautaire qu’il utilise. Mais surtout on utilise les plateformes web de publication de contenu en fonction de ses besoins.

Berlin Kultur Lab est une lecture de cette nouvelle façon de publier de l’information.

Dans ce contexte, les étudiants ont décidé de créer une architecture originale pour le projet Berlin Kultur Lab. C’est une nouvelle forme de média.

schemapublic2-1

Accueillir le contenu

Pour mettre son contenu en ligne le projet s’appuie sur Dailymotion pour la vidéo, Flickr pour la photo, Soundcloud pour le son, et Tumblr pour l’écrit, mais pas seulement… Dans ce dispositif, Tumblr est devenu au fur et à mesure de l’avancée du projet la plateforme centrale de diffusion. Assez naturellement, l’ensemble des productions des étudiants se retrouve sur ce site sous la forme d’articles web classiques. Un peu à la manière d’un blog classique. C’est l’une des faiblesses du projet.

Agglomérer les flux

Pour donner plusieurs portes d’entrée au public Berlin Kultur Lab utilise Netvibes, Delicious, Lifestream et un Google Map pour agglomérer ses flux de contenu. Ces outils ont également pour objet de créer un maillage entre toutes  les plateformes utilisées.

Porte d’entrée principale, la page Netvibes publique,  réunie les flux de toutes les plateformes utilisées. Ainsi en un coup d’oeil, le visiteur peut avoir une vision globale de toutes les productions. Cette page Netvibes a été pensée comme une vitrine. Elle se divise en quatre partie.

Première page : les flux RSS de Flickr, de Tumblr et consorts sont visibles. Page deux : les productions sont organisées et accessibles via des rubriques. Puis on trouve une page de présentation du projet Berlin Kultur Lab et une page renvoyant sur d’autres sites sur la culture à Berlin via leur flux RSS.

En ce qui concerne le compte Delicious l’objectif est un peu différent. Il s’agit d’abord d’archiver et moins de promouvoir. Les liens de ce compte sont la mémoire du projet. Mais Delicious est aussi utilisé pour réaliser un rubriquage des sujets sur la page Netvibes. Pour ce faire quatre flux RSS issue de Delicious basés sur quatre mots-clés pointent vers la page Netvibes et crée ainsi quatre rubriques.

Le compte Lifestream a pour principal objectif de créer un flux RSS Berlin Kultur Lab exportable pour les internautes. Et en ce qui concerne la Google Map, elle est utilisée pour les sujets aisément localisable. Il s’agit de donner au visiteur une plus value d’information.

La promotion

Pour promouvoir le projet Berlin Kultur Lab a utilisé de façon très classique Twitter et Facebook. Selon ses statistiques il semblerait que ça soit ces réseaux qui aient envoyés le plus de visiteurs vers les différentes productions. 142 followers sur Twitter et 604 fans sur la page Facebook ont suivi le projet. Ces chiffres peuvent paraître faible mais le projet n’a existé concrètement que durant une semaine.

L’identité

Publier de l’information dans un dispositif du type de Berlin Kultur Lab implique une certaine cohérence pour être rapidement identifiable comme un média et pour avoir la diffusion la plus large possible.

Etant donné l’absence de site qui peut aider à identifier les publications, et que tout le contenu est voué à vivre une existence indépendante, Berlin Kultur Lab s’appuie sur une identité visuelle et sonore originale. Son objectif : unifier les productions et les plateformes pour que le public puisse rapidement identifier un reportage issue du projet ; et ce quelque soit le chemin qu’il a suivit pour nous trouver. Un logo original a donc été créé. Il a été repris dans un jingle vidéo. Et la bande audio de ce dernier a servi de jingle aux productions sonores.

Le mode de publication

Pour valoriser au maximum l’utilisation de chacune de nos plateformes en fonction de nos besoins et rendre la production cohérente, les étudiants ont mis en place un dispositif de publication.

Chacune des productions après avoir été publié sur la plateforme adéquate, devait être mise en ligne sur Tumblr. Puis pour la valoriser et la promouvoir chacun des sujets étaient relayés sur les comptes Twitter et Facebook. Dernière étape le lien vers l’article Tumblr était archivé sur Delicious en respectant des mots-clés liés à nos rubriques (cf. ci-dessus). Ainsi, sur la page Netvibes, une même production est consultable par plusieurs accès différents.

Et les sujets dans tout ça…

D’un point de vue purement éditorial, les étudiants n’ont pas déterminés une ligne précise. La culture étant un vaste domaine, les sujets traités vont de l’Ampelmahn (le célèbre bonhomme vert des passages piétons berlinois ) en passant par les tensions liées aux nouveaux projets d’urbanisme autour de la Spree (la rivière qui traverse Berlin) jusqu’à un interview d’un responsable du financement de la culture de la ville. Par contre côté forme, l’éventail des formats utilisé est assez large. Le tout allant du sujet vidéo pur et dur en passant par le diapo-son, le reportage photo, le sujet écrit classique ou encore la photo-légende.

Thomas Bartherote

Pour retrouver Berlin Kultur Lab, rendez-vous sur :

Twitter : http://twitter.com/berlinkulturlab

Facebook : https://www.facebook.com/pages/Berlin-kultur-lab/383886578791

Tumblr : http://berlinkulturlab.tumblr.com/

Flickr : http://www.flickr.com/photos/berlinkulturlab/

Netvibes : http://www.netvibes.com/berlinkulturlab#Bienvenue_sur_la_une

Dailymotion : https://www.dailymotion.com/Berlinkulturlab

Delicious : http://delicious.com/berlinkulturlab

Soundcloud : http://soundcloud.com/berlinkulturlab