Les usagers d’une bibliothèque universitaire

“Les auteurs brossent une typologie issue des pratiques et dégagent 5 profils-type illustrés de portraits :

– les usagers de la BU comme salle d’étude travaillent essentiellement sur les cours, des photocopies et leurs propres ouvrages,

– les errants de l’université de masse se caractérisent par un manque de motivation et une faible confiance dans ce qu’ils ont entrepris,

– les usagers faisant preuve de bonne volonté culturelle et scolaire,

– les internautes, eux, jonglent entre usage scolaire et privé de l’outil internet : ils adoptent la même logique de navigation et d’exploration pour la recherche d’information que pour la recherche de documentation,

– les autonomes ont des pratiques avancées et régulières en recherche documentaire et représentent le groupe le moins nombreux.”

Tags:

Comment je lis

“C’est une réflexion que je mène assez intensément — mais intuitivement — ces jours-ci… Comment organiser mes activités de lecture? Comment gérer les supports, les annotations, les références ? J’en avais déjà bien assez avec mes propres remises en question. Et voilà Marin Dacos qui me lance, via twitter, sur l’idée d’expliquer comment je lis (il parlait de mes usages réels de lecture numérique). Belle invitation, bel exercice…”

Tags:

L’intelligence de l’usager

“Définir l’usager numérique suppose qu’on prenne la mesure des changements introduits par la mise en réseau des informations, mais aussi qu’on précise ce qui est affecté par ces changements : l’usage, l’objet, l’usager lui-même ? Cette interrogation convoque à la fois les enjeux d’une théorie de l’usage et ceux d’une digital literacy. Selon qu’on envisage le numérique comme un média s’ajoutant aux autres ou comme un écosystème environnemental, le statut, l’action et le degré d’implication de l’usager changeront de valeur. Tantôt récepteur (de messages), utilisateur (d’outils), consommateur (de services et de produits) ou producteur (de ressources et de valeurs), le digital user semble de fait capitaliser toutes les postures que les systèmes d’information et de communication peuvent assigner aux usagers. Reste à savoir si cette capitalisation se limite à recycler d’anciens « arts de faire », ou si elle produit une compétence inédite.”

Tags:

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search